Développement Durable et Center Parcs quelques propositions pour relever le défi

L’étude proposée ici s’attache à rendre compte des différents enjeux liés à l’impact de l’implantation d’un Center Parcs dans la forêt de Chambaran en Isère. Une première partie descriptive situe le projet dans son cadre d’implantation. Ce projet qui a débuté en 2007 a fait l’objet d’une contestation forte qui a ralentie jusqu’à stopper son déroulement depuis 2010. Nous analyserons les positions de l’association Pour les Chambarans Sans Center Parcs dans une deuxième partie. La troisième partie propose des indicateurs pour évaluer l’impact de ce futur Center Parcs sur le développement local : nous avons choisi de nous positionner en temps qu’urbaniste mandatée par le Conseil Général de l’Isère. Il s’agit en effet pour celui-ci de voir naitre un projet dans lequel il croit tout en valorisant les fonds publics et les territoires utilisés par un acteur privé. Nous proposons dans une dernière partie une analyse plus détaillée d’une politique de gestion des déchets verts qui pourrait être mise en place sur le site et permettrait d’aller vers une démarche de limitation maximale de l’impact du Center Parcs sur son site d’implantation.

Implantation d’un Center Parcs dans la forêt de Chambaran, Roybon, Isère 

Situation géographique 

L’accessibilité de Roybon – Village d’accueil du Center Parcs 

C’est Roybon, commune rurale située en Isère (38) à la frontière avec la Drôme (26) qui accueillera le Center Parcs de la Forêt de Chambaran. A mi-chemin entre Grenoble, Lyon, Valence et Chambéry, ce village est néanmoins enclavé du fait du relief des Chambaran. Trois départementales (D20, D71 et D156) traversent le cœur du village et permettent de venir en passant par Hauterives, Saint Marcellin, Saint Siméon-de-Bressieux et Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs. En allant jusqu’à Vinay ou Saint Marcellin en voiture, il est ensuite possible de descendre vers Valence en bus pour une durée de 1h30 en moyenne depuis Vinay et environ 50 minutes depuis Saint-Marcellin. Ceux qui souhaitent utiliser le train à Roybon, doivent d’abord descendre à Rives, Le Grand-Lemps voir Voiron pour emprunter la ligne Grenoble Lyon. Pour aller à Valence, ils devront rouler jusqu’à Vinay ou Saint Marcellin. Toutes ces gares sont en moyenne à 25 minutes du village et sont desservies environ toutes les heures. Les roybonnais peuvent donc espérer être à Valence en 45 minutes en voiture ou en 1h10 en associant voiture et bus. On comprend alors qu’en milieu rural, et au vues des infrastructures actuelles de transport en commun, la voiture soit toujours l’outil de transport le plus privilégié. Il y a tout de même des efforts de la part du conseil général de l’Isère. Par exemple des sites tels que www.itinisère.fr sont mis en place pour faciliter les déplacements des isérois, en proposant des trajets combinant les moyens de transports. C’est ainsi que l’on voit se développer de nouvelles alternatives. Le covoiturage entre autres a le vent en poupe, de nombreux sites internet se sont créés ces dernières années afin de permettre aux personnes voyageant quotidiennement ou ponctuellement vers un même lieu, de rentrer en contact et de partager à la fois le trajet et les frais d’utilisation du véhicule (http://www.itinisere.fr/presentation/index.asp?rub_code=51&thm_id=70). On constate donc que la façon la plus simple d’accéder au site du Center Parcs reste l’utilisation de véhicules personnels. Grâce à l’autonomie qu’ils apportent, ils permettent en effet d’accéder à des sites tels que le futur emplacement du Center Parcs.

Caractéristiques morphologiques du terrain 

Caractéristiques du site d’implantation 

Le lieu d’implantation du site touristique se situe dans le bois des Avenières à 4 km au Sud-Ouest de Roybon par la départementale D20f. Il possède une frontière commune avec la forêt de Chambaran, lieu clos de protection de la faune et de la flore forestière. Bien que le nom du Center Parcs « domaine de la forêt de Chambaran » puisse porter à confusion, le Center Parcs n’aura aucune emprise sur la forêt de Chambaran à proprement parler. Cette forêt dont l’accès au public est réglementé a pour but la protection de la faune et la flore locale.

Située de l’autre côté de la vallée de l’Isère, au Nord du Vercos, les collines des Chambaran, sont vallonnées. L’altitude du lieu d’implantation du site varie entre 542 et 625m d’altitude. C’est un point culminant dans les collines, ce qui confère au site un emplacement de choix et cache également aux voisins proches une vue qui pourrait apparaître comme désagréable s’ils surplombaient le site. Cette topographie est également source de réflexions quant à l’implantation des cottages. En effet ceux-ci devront être au maximum intégrés dans le paysage et suivre au mieux les courbes du terrain afin de limiter les terrassements et de préserver la forêt dans son état initial, autant que faire se peut. La route faisant le tour du Center Parcs ne permet pas une vue directe sur l’intérieur du site. D’autant plus qu’une frange de 50 m de bois sera laissée la plupart du temps entre la limite extérieure du terrain et les premiers bâtiments.

Hydrographie

L’hydrographie est un élément important de cet endroit puisque plusieurs rivières prennent leur source dans le bois des avenières. La Verne d’un débit moyen de 0,14m3/s d’après l’agence de l’eau et l’Herbasse d’un débit de 0,76 m3/s. Un ruisseau longe également le futur emplacement du parc, le ruisseau de l’aigue noire d’un débit de 0,20 m3/s. Le bois est également un lieu très marqué par les zones humides qui le jalonnent. Il est donc important que le projet prenne en compte toute la mesure de l’impact que peut avoir l’implantation de zones imperméabilisées.

Le site d’implantation se situe sur le bassin versant de la Drôme. Les échanges entre nappes phréatiques et cours d’eau ne sont pas favorisée ce qui fait que les eaux de ruissèlement rejoignent directement ces derniers. La nappe Miocène se situe au niveau du terrain, mais bien en dessous du niveau du sol, excluant « tout échange entre les eaux de superficielles (Herbasse, Galaure et leurs affluents) et les eaux souterraines de la nappe du Miocène » d’après l’étude d’impact de Center Parcs (septembre 2009).

Géologie et pédologie 

Roybon est une commune située dans le « contexte géologique du Plateau de Chambaran, un vaste ensemble qui s’étend entre les massifs subalpins du Vercors et de la Chartreuse, à l’Est et la plaine du Rhône, à l’Ouest. » La description géologique est issue de la notice de la carte géologique de Beaurepaire (feuille XXXI-34) et ne concerne que les types de terrains présents dans le périmètre d’étude.

Le substratum
On rencontre partout sur la commune de Roybon des molasses à faciès multiples (aspects et constitutions variées). Elles sont datées du Miocène moyen et supérieur (-15 à -8 millions d’années). On trouve sur le terrain :
➤ Des molasses sableuses formant une couche de 300m au niveau de la commune, mais s’étendant sur tout le Bas-Dauphiné. Sur la rive gauche de la Galaure, dans le secteur des Envers et du Peyrinard formations sont affleurantes. De par leur constitution en sables consolidés par un ciment calcaire de façon irrégulière, elles n’influencent pas la topographie de la commune de façon marquée et forment des roches à la « compacité très variable ».
➤ Des molasses caillouteuses sont situées au-dessus de la molasse sableuse. Elles forment une couche d’une épaisseur d’environ 200m. « Ces formations affleurent sur les versants de l’Aigue-Noire et les coteaux bordant la Galaure vers le Nord. Il s’agit d’un conglomérat de galets de nature très variée (calcaires, grès silex, roches cristallines etc.), cimentés par des sables plus ou moins indurés. Ce faciès de molasse est, en règle générale, assez compact.
➤ Des molasses argileuses, qui forment des affleurements de faibles extensions, disséminées au sein des molasses caillouteuses ou sableuses. Elles ont été observées notamment au Gerbet, aux Adroits, aux Envers à la Verne à l’Aigue-Noire. Il s’agit de lentilles d’argilites ou de marnes produites par des sédiments lacustres et qui constituent des roches de médiocre qualité mécanique. » .

Pédologie
Le Référentiel Régional Pédologique (RRP) sur la région Rhône-Alpes de 1994 établit par l’association Sols Info Rhône-Alpes (SIRA) donne des informations sur les types de sols forestiers. Ils sont fonction des conditions topographiques et hydrologiques du terrain. Ainsi « l’humus présent dans le massif, de type Mull à Mull-Moder, traduit l’acidité des roches mères et la bonne décomposition de la matière organique ». Les sols le plus souvent rencontrés sur le site sont les Luvisols acides hydromorphes. Ce sont des limons de plateaux et correspondent à l’unité typologique de sol n°35 dans le RRP sous l’appellation ‘Limons de recouvrement des plateaux de Bonnevaux et de Chambaran’. Ces sols hydromorphes sont de qualité très variable dans l’espace. Ils sont toujours « lessivés, désaturés, pauvres et de mauvaise capacité de rétention d’eau. » Ils sont qualifiés de sols à pseudogley du fait de leur hydromorphie temporaire en surface avec oxydoréduction partielle du fer qui subit une réduction en taches rouilles et concrétions. Les écoulements verticaux de l’eau sont limités par la composition granulométriques fine des luvisols. Ainsi l’infiltration des eaux de pluie est-elle limitée. Une longue période d’élaboration du sol a permis le lessivage puis le rassemblement d’argiles en profondeur. De ce fait et avec l’accumulation d’argiles, ce sont des sols hydromorphes qui jalonnent le site. Un sol est dit de type hydromorphe lorsqu’il montre des marques physiques d’une saturation régulière en eau.

Météorologie

Roybon se situe dans contexte climatique de transition du Bas-Dauphiné où se manifestent des influences atlantiques humides en automne et au printemps. Les influences méridionales apportant la sécheresse en été et les froids rigoureux d’hiver viennent des influences continentales.

La station météorologique la plus proche de Roybon est située à Saint Geoirs (38-Isère), j’utilise majoritairement ces données pour décrire la météo du site d’étude. La température moyenne annuelle est proche de 11°C. L’amplitude annuelle avoisine les 17,9°C ce qui est assez élevé. En hiver (entre novembre et avril) les précipitations peuvent passer à l’état de neiges. Des épisodes pluvieux peuvent aller jusqu’à des pluies supérieures ou égales à 10 mm par 24h. Ceci arrive en moyenne 39 jours dans l’année et principalement sur les mois de Mai, Avril et Octobre.

Le territoire isérois du fait de sa topographie est souvent soumis à des épisodes météorologiques localisés. Le site d’implantation du Center Parcs, situé au cœur des Chambaran sera plus souvent soumis aux pluies que les villages situés dans la plaine de Bièvre. En effet, cette chaine de colline constitue une barrière contre les pluies venues de l’Ouest. On notera alors une pluviométrie annuelle de 1 100mm/an supérieure à celle enregistrée à la Station météorologique de Saint Etienne de Saint Geoirs, située plus au Nord et protégée par le plateau de Chambaran. Tous ces épisodes pluvieux n’empêchent pas des périodes de sécheresses. Il est régulier que cette zone soit en vigilance ou en alerte sécheresse en Juillet Aout.

Malgré cette pluviométrie l’ensoleillement sur Roybon est de 2066h par an ce qui revient à un équivalent de 86 jours d’ensoleillement. Cette météorologie ne fait pas de Roybon la destination touristique la plus attractive en termes d’ensoleillement. Il faudra que Center Parcs mise sur d’autres facteurs pour attirer les touristes.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Avertissement
Remerciements
Introduction
I. Implantation d’un Center Parcs dans la forêt de Chambaran, Roybon, Isère (38)
Situation géographique
Caractéristiques morphologiques du terrain
Aménagement d’un village de vacances
Impact du projet du point de vue de Pierre et Vacances
Pistes de réflexion de gestion du site
II. Contestation du projet
Un projet contesté devant les tribunaux
L’association Pour les Chambaran Sans Center Parcs
Motifs, argumentaire des opposants
III. Indicateurs pour la mesure de l’impact du Center Parcs sur le lieu d’implantation
IV. Proposition d’aménagement – tri des déchets organiques
Conclusion
Gestion des déchets
Quelles façons de traiter les déchets ?
Justification de la mise en place d’un compost
Synthèse de l’étude
Bibliographie

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.