Developpement du tourisme rural

Le tourisme naît au XVIIIe siècle. Pourtant, la découverte fait partie du tourisme. Dans ce monde, les touristes ont leur choix de visiter tel ou tel pays pour trouver un nouvel environnement. Certains choisissent d’aller le plus loin que possible si les autres choisissent les pays voisins. La plupart des iles et ilots de l’Océan Indien, Madagascar inclus, sont des terres découvertes par les Européens. Madagascar a des atouts touristiques et donc les visiteurs tendent à aller dans notre pays pour passer leurs vacances ou autres motifs. Dans le domaine du tourisme, comme les autres pays de cette planète Terre, la majorité des typologies de tourisme existent à Madagascar : balnéaire, culturel, géo tourisme, écotourisme, communautaire, urbain, rural et autres types. Le tourisme rural attire de nombreux visiteurs grâce à l’authenticité et l’environnement, et cette raison nous pousse à focaliser sur le tourisme rural. Grace aux potentialités touristiques et des richesses culturelles que Madagascar possède, et l’accessibilité par différentes voies (aérienne, maritime pour les étrangers ou les visiteurs internationaux) _ (ferroviaire, routière pour les nationaux), et ses spécificités insulaires, le tourisme attire différents visiteurs tant nationaux qu’internationaux.

APPROCHE GLOBALE DU THEME

D’abord, l’étude se focalise sur l’approche globale, fondé sur l’état des connaissances de la Commune Rurale d’Alasora en matière du tourisme et d’une analyse de l’existant. En fait, ce chapitre va nous illuminer la raison pour laquelle nous traitons le tourisme rural et pourquoi choisir cette commune comme champ d’étude. L’analyse de la localité concernant la vie quotidienne de la population locale reflétée par les activités qu’ils pratiquent nous aide aussi à orienter nos recherches.

Choix de l’objet de recherche et justification du sujet

Au niveau national, selon les statistiques du Ministère du tourisme, le tourisme à Madagascar est un secteur vivant et développé. La plupart des types de tourisme pratiqués dans le monde existent à Madagascar comme le tourisme balnéaire, le tourisme solidaire, le tourisme de masse, l’éco-tourisme, le tourisme urbain et le tourisme rural. Dans le cadre du tourisme, nombreux sont les typologies du tourisme et la plupart des types de tourisme existent à Madagascar. Ayant un environnement avec une faune et une flore endémiques nombreuses, des espaces ruraux attractifs, Madagascar bénéficie des intérêts des touristes. Et, la zone d’études se situe dans la Région Analamaga, District d’Avaradrano, Commune Rural d’Alasora. Nous avons choisi cette commune comme champ d’étude parce quand les touristes arrivent dans la capitale de Madagascar, nombreux quittent Antananrivo pour joindre leur destination comme celles des destinations fameuses comme Isalo et les autres parcs et sites touristiques. Mais Antananarivo n’est qu’un lieu de passage pour eux, sauf le tourisme urbain et culturel pratiqué dans la commune urbaine d’Antananarivo. Certains visiteurs joignent les lieux historiques pendant la royauté malgache, comme Ambohimanga et Ambohitrabiby mais concernant Alasora, le tourisme dans cette zone reste encore à exploiter.

Présentation d’Alasora

Malgré sa proximité de la capitale de Madagascar, Alasora reste encore une commune rurale. Mais sa ruralité n’est pas une barrière pour le développement de la commune. Elle est avantageuse grâce à sa situation géographique, sa richesse culturelle, la dextérité et la créativité de sa population.

A- Situation géographique
Sur le plan géographique, Alasora fait partie des Communes du District d’Antananarivo Avaradrano dans la Région Analamanga. Elle se trouve à 7km au Sud-est d’Antananarivo ville. Les délimitations ne sont pas matérialisées, il s’agit plutôt des lignes imaginaires . Vu son l’altitude par rapport au bas fond, Alasora n’est pas un site perché. Il a une forme allongée du Nord Nord-est au Sud Sud-ouest, et le site qui se trouve au sommet de la colline a une forme complexe et ovale. Ainsi, grâce à la borne interactive sise à Antaninarenina, les visiteurs peuvent apercevoir le site d’Alasora en quelques minutes via la navigation dans la borne.

B- Situation historique et culturelle
Historiquement, Alasora était le berceau de la royauté du Merina. Il faisait l’un des plus anciens villages de l’Imerina (les douze collines sacrées) car il avait été créé en 1490 par le prince RAMASIMPARIHY.

Origine du nom

Alasora , également nommé « aîné du pays et origines des rois » est un des plus anciens villages de l’Imerina. Il a été fondé par le prince Ramasimparihy en 1490. Le souverain de Merimanjaka, Rangita (1500-1520) et son frère Andrianaponga, lui ont donné le nom d’Alasora ce qui signifie « ala be sora » ou « forêt de hérissons». A sa mort, la fille de Rangita, Rafohy (1520-1540) décida de déplacer la capitale de sa seigneurie de Merimanjaka à Alasora et s’y installa définitivement. Née en 1540 à Imerimanjaka, décédé en 1575 à Alasora à l’age de 35 ans, Andriamanelo fut le premier roi qui dit-on utilisa le fer en matière d’armement. Il jeta les bases de la politique de l’expansion du royaume Merina en prenant pour épouse la fille de son puissant voisin le roi Rabiby d’Ambohitrabiby, près d’Ambohimanga au Nord-Est d’Antananarivo. Ce fut le roi Andriamanelo qui réussit à construire le village. L’avènement d’Andriamanelo a marqué la fin du règne des vazimba et le début de la dynastie des « andriana ». Un siècle après, Andriamasinavalona (1675-1710) aménage les « fasanafitomiandalana » où les rois et les membres de leur famille sont inhumés, achevant ainsi l’aménagement de l’espace royale d’Alasora.Il a également érigé la première pierre levée en Imerina. La première retenue digue pour l’irrigation de la plaine d’Alasora estimée à 650ha. Alasora était alors la capitale du Vakiniadina.

Implantation humaine à Alasora

Le PCD de la commune rurale Alasora nous affirme que la migration des habitants de cette partie datede 1540.La première migration est celle d’Andriamanelo (1540-1575) qui succédant sa mère Rafohy et achève la construction du palais. Il fait creuser tout autour de son palais un fossé hadivory pour se protéger contre ses ennemis et un autre parallèle hadifetsy doublé d’un autre fossé de diversion et de vigilance. Il n’y avait qu’un seul accès au palais, le vavahady, un portail à pierre plate abrité par les figuiers ou Aviavy, arbres séculaires signes de la royauté. C’était Andriamanelo qui avait fabriqué et utilisé les premières pirogues en bois. Il avec ces outils avait pu terroriser ses adversaires et assouvir ses ambitions dans l’extension de son royaume. Ainsi était né un lien de parenté très étroit entre eux.

Le portail en pierre existe encore à Alasora (Ambohimanandraisoa). D’après ces photos, ce n’est pas le vrai portail mais c’est un signe de son existence dont les responsables administratifs de la localité ont l’initiative de renouveler et de réhabiliter ce portail.

Après Andriamanelo, la migration remarquable est celle d’Andriamasinavalona (1675- 1710) qui naquit à Alasora et y passa son enfance et sa jeunesse. Après, il quitta Alasora pour s’emparer du Trône d’Antananarivo. Il avait achevé l’organisation de l’espace royal à Alasora par l’aménagement des Fasanafitomiandalana où les rois et les membres de sa famille avaient été inhumés. Cet illustre roi, qui avait érigé, pour la première fois, à Alasora, la première pierre levée en Imerina (Ambatomitsangana) ainsi que la première retenue d’eau (Andriambato) et la première digue (Fefiloha, Vahilava) pour l’irrigation de la plaine d’Alasora (650 hectares). Alasora était la capitale du Vakinisisaony, un des 6 territoires de l’Imerina d’autrefois, les 5 autres étant Avaradrano, Ambodirano, Marovatana, Vonizongo et Vakiniadiana.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : ETAT DES CONNAISSANCES SUR LA COMMUNE RURALE D’ALASORA
CHAPITRE I : APPROCHE GLOBALE DU THEME
CHAPITRE II – CADRAGE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE DE L’ETUDE
DEUXIEME PARTIE : TOURISME RURAL ET DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE RURALE D’ALASORA
CHAPITRE III- TOURISME RURAL ET DEVELOPPEMENT RURAL A ALASORA
CHAPITRE IV : ETUDE DE MARCHE DU TOURISME A ALASORA
CHAPITRE V : ANALYSE DU TOURISME RURAL A ALASORA
CHAPITRE VI- CONCLUSION PARTIELLE
TROISIEME PARTIE : PROBLEMES ET SOLUTIONS
CHAPITRE VII : ANALYSE FFOM
CHAPITRE VIII : SOLUTIONS ET RECOMMANDATIONS
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
WEBOGRAPHIE
ANNEXES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *