DERMATOLOGIE/PARASITOLOGIE VETERINAIRE ET LEURS TRAITEMENTS

DERMATOLOGIE/PARASITOLOGIE VETERINAIRE ET LEURS TRAITEMENTS

Le complexe granulome éosinophilique (CGE)

Nous avons choisi de nous intéresser au CGE, car il est fréquent dans l’espèce féline. Contrairement aux dermatoses traitées jusqu’ici chez le chien, il est question ici non pas d’un diagnostic ou d’une affection spécifique mais d’un mode de réaction particulier aux chats. Le CGE regroupe plusieurs dermatoses, reliées par leurs similitudes étiologiques et histophatologiques. Des réactions d’hypersensibilité, des piqûres ou des morsures d’insectes, les dermatophytoses et des infections bactériennes pourraient être la cause de ces lésions et participer à l’éosinophilie. Dans certains cas, pourtant, aucune cause sous-jacente ne peut être trouvée. La pathologie est très mal connue, mais un caractère héréditaire a été proposé .

Comme il est expliqué dans le premier paragraphe de cette fiche (Annexe 12), sur le plan clinique, on distingue trois grandes catégories : – l’ulcère indolent : Comme nous l’avons dit précédemment, sa pathogénie est mal connue mais un état allergique sous-jacent est suspecté car on le retrouve fréquemment chez les chats atteints d’allergie alimentaire, d’atopie ou encore d’allergie aux piqûres de puces. Une étude a montré que sur 88 chats souffrant de dermatite atopique, 35% avaient des lésions du CGE [59]. Bien qu’une étiologie infectieuse n’est pas été démontrée, ces lésions peuvent être le résultat d’une infection bactérienne car elles se résolvent avec une antibiothérapie. Ces lésions sont plus rencontrées chez les jeunes chats mais elles peuvent toucher les chats de toute catégorie d’âge. Le développement de ces lésions chez des chats âgés est inquiétant car il peut traduire un processus néoplasique [83]. Un support génétique de cette dermatose est suspecté. Les femelles seraient prédisposées [57]. Il s’agit d’un diagnostic clinique. Des lésions, ne répondant pas au traitement classique, doivent être biopsiées pour écarter une évolution néoplasique. Le traitement comprend, dans un premier temps, l’usage des antibiotiques. Aux Etats-Unis, les antibiotiques utilisés couramment en cliniques sont : sulfadiazine-triméthoprime, amoxicilline avec acide clavulanique et céfalexine pendant 3 à 6 semaines. Si l’antibiothérapie n’est pas efficace, l’usage des corticoïdes, comprenant l’injection intralésionnelle dans le cas de lésion simple, doit être envisagé. L’acétate de méthylprednisolone, à raison de 20 mg/chat en injection sous-cutanée, est habituellement utilisé toutes les deux à trois semaines jusqu’à ce que les lésions guérissent. Dans les cas sévères, une thérapie immunosuppressive peut être indiquée (chorambucil). Les immunosuppresseurs présentent de sérieux effets secondaires, dont une aplasie médullaire. Ils ne sont donc pas recommandés pour une affection qui ne compromet pas la vie du chat .
Dans le cas de lésion simple, l’exérèse chirurgicale, la cryochirurgie, le laser ou la radiothérapie peuvent être recommandés [52]. Le pronostic est généralement bon. Les lésions récidivantes sont souvent associées à un état allergique sous-jacent.

La plaque éosinophilique

 Un état allergique sous-jacent est aussi suspecté. La grande majorité des plaques éosinophiliques sont associées à une allergie aux piqûres de puces. Les lésions récidivantes suggèrent plutôt une dermatite atopique ou une allergie alimentaire. La présence d’une éosinophilie circulante renforce l’hypothèse d’une hypersensibilité. Le traitement est analogue à celui du “hot spot” ou de la dermatite pyotraumatique chez le chien. L’utilisation de corticoïdes permet de lutter contre le prurit intense (acétate de méthylprednisolone 20mg/chat en injection SC toutes les 2 à 3 semaines jusqu’à cicatrisation). Les chats, présentant des lésions exsudatives, montrent une meilleure réponse avec l’utilisation d’antibiotiques pendant 2 à 3 semaines et d’une collerette. Les lésions doivent être nettoyées avec une solution de chlorhexidine. La thérapeutique comprend aussi l’identification et le contrôle de la cause sous-jacente. Le pronostic de ces lésions est excellent, du moment où la cause sous-jacente est identifiée [83].

Le granulome éosinophilique

Suivant les auteurs, les caractères épidémiologiques divergent. D’après [59], [64] et [83], les animaux jeunes et plus particulièrement les femelles seraient prédisposées. D’après [52], il n’y a pas de prédisposition de races, d’âge ou de sexe. Il se présente sous différentes formes cliniques :
• une plaque linéaire, bien circonscrite, indurée, incolore à rosée, aux bords surélevés, avec une alopécie variable. On la trouve généralement sur la partie caudale ou interne des membres postérieurs. Elle ne semble pas être gênante pour l’animal. Les jeunes chats âgés de 6 mois à 1 an sont plus fréquemment atteints.
• des plaques érythémateuses et croûteuses ou des nodules sur les pavillons auriculaires.
• une pododermatite avec ulcération des coussinets, érythème interdigité ou un œdème des coussinets.
• un œdème de la lèvre inférieure ou du menton.
• des nodules granulomateux, fermes et des ulcérations dans la cavité buccale. Ces lésions affectent la langue, le palais dur et/ou les amygdales. La douleur occasionnée est souvent associée à une diminution de l’appétit, voire de l’anorexie, ainsi qu’une halithose, une dysphagie et une hypersalivation .

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie La démodécie canine

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie Les otites externes où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

SOMMAIRE DES ENCADRES
TABLEAUX ET ANNEXES
INTRODUCTION
I. SUPPORTS D’INFORMATION SUR LES PRINCIPALES PATHOLOGIES RENCONTREES EN DERMATOLOGIE/PARASITOLOGIE VETERINAIRE ET LEURS TRAITEMENTS
A. Choix du modèle pour l’élaboration des fiches explicatives
1. Un modèle parmi tant d’autres
2. Le modèle retenu
B. Elaboration des fiches explicatives destinées aux propriétaires de chiens
1. A propos de l’allergie ?
2. La dermatite atopique canine
3. La dermatite par hypersensibilité aux piqûres de puces
4. L’allergie alimentaire
5. La leishmaniose
6. La démodécie canine
7. Les otites externes
C. Elaboration des fiches explicatives destinées aux propriétaires de chats
1. Le complexe granulome éosinophilique (CGE)
2. L’alopécie extensive féline
3. La teigne chez le chat
D. Elaboration des fiches explicatives destinées aux propriétaires de chiens et de chats
II. SUPPORTS D’INFORMATION SUR LA PRESENTATION ET LE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE DERMATOLOGIE/PARASITOLOGIE DE L’ECOLE NATIONALE VETERINAIRE D’ALFORT
A. Elaboration de la fiche « Fonctionnement du service de Dermatologie/Parasitologie de l’ENVA »
1. Les objectifs de la fiche
2. Elaboration de la fiche
B. Elaboration du poster « L’unité pédagogique de Parasitologie-MycologieDermatologie de l’ENVA »
C. Elaboration du poster « Les points importants à retenir en dermatologie vétérinaire »
CONCLUSION
ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.