Définition du désintérêt

Au fil de deux années scolaires successives passées dans la province d’Antananarivo, nous avons constaté que la proportion des élèves de la classe de Terminale A ayant effectué en option obligatoire l’épreuve des Sciences Naturelles au Baccalauréat, diminue . De 65% en l’an 2003, elle régresse à 64,5% en 2004. Au contraire, la fréquence des élèves qui ont traité la physique dans les mêmes circonstances a augmenté de 0,97%. Ce résultat montre que les élèves ont tendance à négliger les Sciences naturelles.

Définition du désintérêt

Pour définir le désintérêt, nous avons adopté une démarche inductive. En effet, selon nos expériences personnelles, on peut classer les élèves en 3 catégories. Il y a tout d’abord la catégorie d’élèves attentifs et dynamiques. Cette catégorie écoute ceux qui prennent la parole, répond aux questions du professeur, prend de note tout au long d’une explication. Vient ensuite la catégorie d’élèves inattentifs qui passe son temps à jouer, à bavarder, à se quereller en dérangeant l’activité pédagogique. Et enfin, la catégorie d’élèves indifférents au cours qui font autre chose ; au lieu d’écouter l’enseignant ils lisent, ils traitent d’autre devoir, ils dorment…. Ces deux dernières catégories ont un point commun, c’est qu’ils n’éprouvent pas d’intérêt pour l’apprentissage en cours. Ainsi on peut constater que des élèves ont manifesté du désintérêt tandis que d’autres de l’intérêt. A partir de ces situations, on peut dire empiriquement que l’intérêt a un double sens : curiosité pour la deuxième catégorie et avantage pour la troisième catégorie. Au vrai, il nous faudrait d’abord définir le sens de l’intérêt pour appréhender son corollaire : le désintérêt. En effet, nous avons consulté le dictionnaire de notre temps Hachette 1992 et selon ce dictionnaire, à partir de la signification du mot intérêt, le désintérêt aura deux définitions bien distinctes. Dans un premier temps, au cas où l’intérêt signifie attention, curiosité qu’on apporte à quelque chose, le désintérêt est alors défini comme étant la perte d’intérêt ; c’est la manifestation du manque d’attention et du manque de curiosité à la matière en question. Notons que selon Denis HUISMAN « on entend communément par attention la concentration de la conscience sur un objet » (20) et que la curiosité signifie désir de voir, désir de connaître ou la manifestation de la préoccupation sur une chose. Dans notre cas, la chose en question désigne la matière. Dans un second temps où l’intérêt prend le sens : avantage, bénéfice, profit, alors dans ce cas, le désintérêt est un produit né d’une situation non bénéfique pour l’individu. C’est-à-dire un produit né d’un apprentissage qui ne présente aucun avantage pour les élèves qui ne répond pas à leurs besoins , qui ne permet pas la réalisation du soi. Si on se réfère à la définition de Bernard TORESSE en disant que « l’intérêt est ma manifestation d’une énergie qui se déploie en prenant conscience d’elle-même, il se répand sur toute idée ou objet dans lequel le moi trouve le moyen de s’exprimer et avec lequel il s’identifie » . En d’autre terme l’intérêt est donc un puissant stimulant qui pousse l’individu à agir afin d’affirmer la personnalité. Ainsi, le désintérêt trouve un troisième sens comme étant l’absence de l’énergie qui stimule un individu à entreprendre une activité. Le désintérêt peut être volontaire ou involontaire ; de longue durée ou de courte durée ; continu ou passager. Le désintérêt volontaire de longue durée est dû à des causes sérieusement profondes tandis que le désintérêt involontaire de courte durée et répété résulte des causes superficielles.

Conséquences du désintérêt

Sur l’enseignement en général

L’impact du désintérêt sur l’enseignement, en vérité, est négatif. En effet, lorsque les élèves ne s’intéressent pas à une matière d’étude, ils n’accordent pas d’attention au cours et adoptent des comportements perturbateurs : chahut, va-et vient, dispute, « attitude clownesque »(28) , bavardage. Ces attitudes négatives incommodent l’enseignant dans l’exercice de son activité pédagogique. Elles dérangent également d’autres élèves notamment ceux qui veulent étudier. Comme l’a cité RIBOULET « Le désordre caractérisé par le bavardage, l’agitation, le bruit, empêche les travaux sérieux et paralyse l’action du maître » .

Par conséquent, dans la plupart du temps le professeur demande aux élèves de se taire, arrange les querelles, fait des leçons de morale et de discipline. Par voie de conséquence le programme scolaire reste inachevé, il n’y aura plus de temps pour la révision et les exercices et par suite le résultat de fin d’année dans une telle matière est peu brillant. A nos constatations, le désintérêt provoque aussi le mutisme ; les élèves qui trouvent la leçon du jour inintéressant restent muets durant toute la séance. Quoi que fasse l’enseignant, ces élèves n’osent point participer dans l’activité d’enseignement. L’effort du professeur est une peine perdue. De ce fait, la fréquence verbale des élèves s’arrondit et la classe devient amorphe. Le mutisme constitue alors un grand obstacle pour l’apprentissage parce qu’il rend l’enseignement inefficace. Il gâche l’interaction maître élève et sape la relation effective qui doit animer ces deux entités. Le désintérêt accentue également la désobéissance et l’insolence des élèves surtout pour ceux qui sont indociles et de forte tête. Pire encore, si on n’y fait pas attention, cela conduit les élèves vers la débauche et la délinquance. Face à une telle situation l’enseignant doit prendre des mesures sévères et sanctionner avec précaution ces indisciplinés. De leur côté, les parents doivent prendre leur part de responsabilité. Le contrôle conjoint et régulier des parents et du professeur atténuera probablement ces tendances négatives des élèves.

Sur l’enseignement des Sciences Naturelles

Comme nous le savons, l’objectif de l’enseignement de cette matière consiste à :
– développer chez les élèves l’esprit scientifique, l’esprit d’analyse, et de synthèse, l’esprit critique, le sens d’observation, le sens de créativité, le sens de responsabilité et la façon de raisonner ;
– enrichir leurs connaissances scientifiques de base pour la poursuite des études supérieures et l’accès à la vie professionnelle et technique.

Alors, à cause du désintérêt, les connaissances et les capacités que les élèves doivent acquérir et maîtriser à la fin de la classe Terminale ne sont pas entièrement acquises. Ainsi le niveau en Sciences Naturelles des élèves s’affaiblit et le taux de réussite à l’examen peut diminuer.

Sur l’apprentissage en général 

Selon SPENCE et HUNTER , l’apprentissage est un « changement progressif du comportement de l’individu » (14) qui est dû à la recherche de la satisfaction à un besoin. Et d’après Rolland VIAV , la motivation est « un état dynamique » (40) provoquée par un « besoin non biologique »(26). On remarque que ce même besoin aboutit à la fois à la motivation et à l’apprentissage. Ce qui implique qu’ils sont ensemble et que leurs effets sont complémentaires. D’une part, l’apprentissage agit de façon positive sur la motivation et en revanche, la motivation permet ou renforce l’apprentissage. De ce fait lorsqu’un élève est suffisamment motivé, il se consacre à un apprentissage donné. Rolland VIAV est de cet avis en disant que « La motivation incite l’élève à choisir une activité, à s’y engager et persévérer dans son accomplissement. »(40) « Et selon ZIMMERMAN cité par Godelieve de Konirck, un élève s’engage cognitivement quand il adopte les comportements suivants :

– il utilise des stratégies qui favorisent et soutiennent l’apprentissage,
– il entreprend des tâches, plein de confiance et de ressource,
– il sait ce qu’il connaît et ce qu’il ne connaît pas,
– il est capable de trouver l’information dont il a besoin,
– il trouve des façons pour contrer les difficultés,
– il travaille au perfectionnement des stratégies auto-régulières,
– il sent responsable de son rendement. » .

Il persévère en participant et en persistant à l’activité. Il participe activement au cours, en classe :
– « il est réceptif : il regarde, écoute, et copie,
– il est réactif : il demande la participation en levant le doigt et répond à des questions.
– Il est actif :
il pose des questions,
il développe le contenu,
il prend note quand le maître explique ,
il répond spontanément à une question.

Il interagit avec ses condisciples en regardant le cahier de son voisin ou en faisant un échange relatif à la leçon. » .

Il persiste à une activité :
il n’abandonne pas devant les difficultés,
il est prêt à consacrer tout son temps,
il accepte de recommencer s’il le faut.

Mais en tous cas, la motivation et l’apprentissage s’appuient sur l’intérêt profond de l’élève. En classe l’incitation et l’activation pour apprendre une matière dépendent de l’intérêt des élèves pour cette matière. Autrement dit, les élèves font preuve d’une plus grande motivation lorsqu’il s’agit d’apprendre une matière qui les intéresse. Ainsi sous l’effet du désintérêt, les élèves ne sont pas motivés pour apprendre. Le désintérêt tue la motivation et empêche l’apprentissage de se réaliser.

Sur l’apprentissage des Sciences Naturelles

Sous l’effet du désintérêt, les élèves sont démotivés pour l’apprentissage de Sciences naturelles. Ce dernier n’a aucun sens pour eux alors ils commencent à détester la matière. Et par voie de conséquence, ils ont fini par haïr le professeur de Sciences naturelles. Ce n’est pas étonnant si à chaque cours, le degré du désintérêt s’intensifie.

L’intérêt est un gain, une avantage que l’on peut tirer de quelques choses, d’une action ou d’une activité quelconque. Quand on a cet intérêt, on est motivé à agir c’est-à-dire que l’intérêt est l’énergie qui nous pousse à agir. Cet intérêt peut être matériel, moral, financier et intellectuel. Et si l’apprenant ne trouve aucun intérêt dans l’apprentissage d’une discipline scolaire, il n’est pas attentif ni motivé à apprendre. Robert MAGER a proclamé même que « plus les élèves sont attirés par une matière puis ils surmonteront d’obstacles pour l’aborder et à ne pas lâcher » [24]. Pour le cas du désintérêt involontaire de courte durée, les connaissances capitalisées sont décousues tandis que pour le cas du désintérêt volontaire de longue durée, les connaissances capitalisées sont nulles.

L’intérêt est primordial pour l’apprentissage. Cela va s’en dire. Mais il y a également d’autres facteurs qui conditionnent l’existence et l’accomplissement de cet apprentissage :

– les caractéristiques de l’enseigné : ses pensées, ses objectifs…
– la nature et le contenu de l’objet d’apprentissage qui sont les matières d’enseignement;
– la circonstance temporelle, circonstance matérielle, circonstance spatiale , circonstance institutionnelle et sociale.

Ces facteurs constituent dans de nombreux cas une source de désintérêt des élèves. Tout ce qui a été dit auparavant concerne le désintérêt en général, ses conséquences sont communes à tous ; toutefois le degré de désintéressement, les manifestations et les causes du désintérêt varient selon l’établissement et selon la matière d’enseignement. Etudions à présent le cas du Lycée Ambohitrimanjaka, essayons de répondre au comment et au pourquoi du désintérêt des élèves Terminale A en Sciences .

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE
GENERALITES
I. Définition du désintérêt
II. Conséquences du désintérêt
II .1. Sur l’enseignement en général
II.2. Sur l’enseignement des Sciences Naturelles
II.3. Sur l’apprentissage en général
II.4. Sur l’apprentissage des Sciences Naturelles
III. Milieu d’étude
III.1. Situation géographique
III.2. Situation d’enseignement
III.3. Choix du niveau et justification
III.4. Choix de l’établissement et justification
III.5. Présentation de l’établissement
III.5.1. Historique
III.5.2. Logistique
III.5.3. Le corps administratif
III.5.4. les élèves
III.6.5. Le corps enseignant
III.5.6. Le professeur de Sciences Naturelles
IV. Méthodologie et matériels de travail
IV.1. Les méthodes
IV.2. Les matériels utilisés
IV.2.1. Outils d’observations
IV.2.2. Les autres outils
Conclusion
DEUXIEME PARTIE
RESULTATS – ANALYSES – INTERPRETATIONS
I. Résultat des observations de classe : Analyse et interprétation
I.1. Les comportements manifestés par les élèves pendant le cours d’une heure de Sciences Naturelles
I.2. Les retards et interruptions des cours
I.3. La méthode d’enseignement du professeur
I.4. L’interaction professeur-élève
I.5. La préparation du cours
I.6. La discipline en classe
II. Résultat des questionnaires adressés aux élèves – Analyse et interprétation
II.1. L’âge des élèves
II.2. Les objectifs visés par les élèves
II.3. Le choix des élèves redoublants
II.4. La préférence des élèves série A pour les sciences physiques
II.5. L’environnement humain
II.6. Les thèmes du programme
II.7. La non-motivation des élèves
II.8. L’inconvenance de l’emploi du temps
II.9. L’affinité des élèves pour les Sciences Naturelles
III. Résultats des entretiens – Analyse et interprétation
III.1. Les absences relevées auprès du Surveillant Général
III.2. Inventaire de livres et manuels de Sciences naturelles et d’autres matériels didactiques auprès de la bibliothécaire
Conclusion
TROISIEME PARTIE
I. Suggestions aux élèves
II. Suggestions à l’enseignant
II.1. Sur le contenu de la matière
II.2. Pour la méthode d’enseignement
II.3. Pour la préparation du cours
III. Aide en vue de l’amélioration des matériels didactiques
IV. Suggestion pour l’instauration de la discipline en classe
V. Suggestion au chef d’établissement
VI. Suggestion aux parents d’élèves
VII. Rôle des conseillers pédagogiques
VIII. Suggestions aux concepteurs et élaborateurs du programme scolaire
IX. Suggestions au niveau du Ministère de l’EducatIon
Conclusion
INTERET PEDAGOGIQUE
CONCLUSION GENERALE
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *