Déclaration de succession de Pierre TRIBES AD30

Le choix du couple 

Pour ce mémoire, je souhaitais travailler dans les conditions les plus neutres possibles, c’est à dire en temps limité, le temps de la formation, sur une famille que je ne connaissais pas et originaire du Gard, mon lieu de vie, je pensais alors que ce serait plus facile pour les recherches.
Néanmoins je voulais aussi donner du sens à mes recherches. Ainsi, plutôt que de choisir un couple au hasard dans la table décennale d’un village gardois, j’ai sondé mon entourage et proposé à une personne volontaire de me « prêter » sa famille le temps du mémoire.
Le point de départ de mes recherches se place au début du XXème siècle avec le nom, la date et le lieu de naissance du grand-père1 de la personne volontaire et une préférence pour une généalogie agnatique.
Pour trouver le couple principal, j’ai donc commencé par trouver le père du grand-père, puis le père de son père et enfin le père de ce père. Leurs mariages ont eu lieu soit en 1868, soit en 1828 mais pas dans la décennie 1833-1842 comme demandé dans les consignes.

Que faire ?

Chercher un autre couple parmi les branches maternelles dont l’année de mariage sera dans la décennie demandée ? Choisir un couple portant le même nom entre 1833 et 1842 dans le village en espérant des cousins ? Proposer le couple marié en 1828 ?
Après des hésitations, un peu de réflexion et avec l’attache de mon directeur de recherche, le choix est fixé : ce sera le couple cévenol marié en 1828 :

La méthodologie

Je ne suis pas généalogiste amateure mais généalogiste débutante. La formation m’a beaucoup apporté tant sur le plan des connaissances que sur le plan de la méthodologie et le mémoire est l’occasion de les mettre en pratique.
Je suis allée plusieurs fois aux Archives Départementales du Gard, j’y ai croisé quelques collègues de promotion qui, comme moi, commençaient leurs recherches.
Et catastrophe, la COVID-19 a renvoyé tout le monde dans ses foyers : adieu les recherches en salle de lecture, bonjour internet et les recherches en ligne. La pandémie bouscule l’ordre dans lequel je pensais mener les recherches avec des déplacements réguliers aux Archives pour alimenter mon mémoire, confinée à domicile, je n’ai à ma disposition qu’un outil : internet.
Les fonds disponibles en ligne des Archives du Gard et de la Lozère ne sont pas les mieux fournis. J’ai exploité au mieux les sites généalogiques, geneanet en version basique, Brozer, un site associatif de téléarchives gardois et des sites d’associations de généalogistes des Cévennes qui proposent quelques documents que les Archives n’ont pas mis en ligne.
Cependant, tout n’est pas sur le web, j’ai donc attendu avec une certaine impatience la réouverture des Archives et de leurs salles de lecture pour consulter des minutes de notaires, les registres de formalités des conservations des Hypothèques, les listes de conscrits…
Compte-tenu des consignes sanitaires à respecter et du nombre limité de documents à consulter, j’ai dû faire des choix : j’ai préféré la consultation des archives des Hypothèques, des notaires… plutôt que les actes d’état civil de Branoux qui ne sont pas en ligne.
Pour ces raisons,quelques informations sont incomplètes sur l’état civil et certains points n’ont pas pu être débloqués.

Les frères et soeurs de Pierre

Trouver les frères et soeurs de Pierre n’a pas été simple.
La famille est protestante, Louis XIV a révoqué l’édit de Nantes en 1685, les temples et les registres sont souvent détruits. Les pasteurs deviennent itinérants et exercent dans la clandestinité sur de grands territoires, les registres tenus sont clandestins de 1685 à 1787, ce sont les registres du Désert. Dans mon cas, les registres nous sont parvenus et ont été transmis aux Archives Départementales de Lozère en 1998 par don privé. Ils sont rattachés ou au Collet de Dèze ou à Vialas.
En consultant ces registres, j’ai recensé 3 soeurs et 1 frère :
 Elisabeth née le 22 décembre 1782, baptisée21 le 25 décembre 1782 par le pasteur de Sabatier
son parrain est Pierre TRIBES sa marraine Elisabeth TRIBES décès non trouvé..
 Jeanne née vers 1787 (selon acte de mariage) mariée22 le 16 octobre 1809 avec Jean Pierre TOUR décédée23 le 1er mars 1863 à soixante seize ans
 Jean Pierre né le 26 mars 1789 baptisé24 le 3 avril 1789 par le pasteur de Sabatier son parrain est Pierre GINOUX sa marraine Elisabeth TRIBES marié25 le 2 novembre 1813 avec Marie GINOUX décédé26 veuf, le 22 février 1870.
 Suzanne née le 29 octobre 1791 baptisée27 le 31 octobre 1791 son parrain est Pierre TRIBES sa marraine est Susane Bonijol décès non trouvé.

Les frères et soeurs de Marie 

Son père David LAVAL est né le 27 décembre 1763 à Branoux (selon acte de mariage), il se marie28 à Lamelouze le 19 pluviose de l’an XI (29 janvier 1803) avec Louise SOUSTELLE, née à Lamelouze le 18 février 1776 (selon acte de mariage). Ils ont deux enfants : Marie et David Jean.
Après le décès le 14 novembre 180829 de Louise SOUSTELLE, David LAVAL se remarie le 1er mai 182030 avec Marie PANTEL, née à Vialas le 05 août 1782. Ils auront une fille : Marie Mélanie.
David LAVAL s’éteint à l’âge de soixante-six ans le 18 février 1830 au Mas Nadal de Branoux. Ainsi, Marie est l’aînée d’une fratrie de 3 enfants :
 David Jean LAVAL, né le 5 mars 180631 à Branoux, marié le 16 mars 1836 à St Michel de Dèze avec Louise Lucie SALLES décédé le 9 juin 1870 à Branoux
 Marie Mélanie LAVAL née le 11 novembre 182532 à Branoux soeur consanguine de Marie et David, selon l’acte de rente viagère33 du 29 août 1874, elle est majeure et célibataire décès non trouvé

Les enfants

Pierre et Marie ont eu huit enfants, six garçons et deux filles, tous nés à Branoux. Seuls les deux aînés parviendront à l’âge adulte, les six autres décéderont en bas âge.
 Daniel Pierre né le 28 janvier 182834,
 Louis Auguste né le 18 octobre 182935,
 François Eugène né le 2 novembre 183036 et décédé à dix mois le 2 septembre 183137,
 Antonin Paul né le 8 mars 183338, décédé à quatre jours le 13 mars 183339,
 David Eugène né le 21 septembre 183440 et décédé à deux ans six mois le 21 mars 183741,
 Léon né le 22 septembre 183642 et décédé à un an quatre mois le 18 février 183843,
 Marie Félicie née le 23 avril 183844 et décédée à seize mois le 13 septembre 183945,
 Marie Cézarine46 née le 10 septembre 1841 et décédée à neuf mois le 5 juillet 184247.
À la révocation de l’Édit de Nantes, des combats importants ont eu lieu pendant la guerre des Camisards. Un de leur chef vivait à Branoux, il s’agit de Gédéon Laporte :
« De taille un peu au-dessus de la médiocre, portant une petite moustache, le visage noir, assez plein, les yeux noirs et vifs », ancien soldat, marié et demeurant à Branoux, Gédéon LAPORTE dirigea militairement, la première troupe des insurgés cévenols, celle qui exécuta l’abbé du Chaila, événement déclencheur de la guerre des Cévennes. « Il est tué d’un coup de mousquet le 22 octobre 1702 avec une douzaine de camisards, au ravin de Témélac par les troupes royales commandées par Poul. Leurs têtes furent exposées sur le pont d’Anduze.
Un procès est fait à sa mémoire : AD34 C182.282 « convaincu de crimes de lèse-majesté divine et humaine, sacrilèges, assassinats et incendies et d’avoir été le chef des séditieux et scélérats attroupés dans les Cévennes qui ont pris les armes contre le roi, pour réparation de quoi, que sa mémoire demeure éteinte et supprimée et condamnée à perpétuité, ses biens acquis confisqués au profit du roi. A Montpellier le 5 novembre 1702 ». Sources : Mazel p 21, Marion p 178, Bosc I 184, I 230, I 257, Grégoire Vidal, Lettres et rapports p 64. » (source ww.camisards.net) »
Durant cette guerre, de nombreuses exactions ont lieu. En 1703, les Camisards mettent le feu à l’église (catholique) de Blannaves et la même année, le hameau de Branoux à majorité protestante est pillé et partiellement détruit faisant une cinquantaine de morts. (voir annexe)
Depuis, le climat est plus apaisé. En 1957, le barrage de Camboux est construit sur le gardon d’Alès pour alimenter en électricité la région et les mines de La Grand Combe. La ville de Branoux-les-Taillades bénéficie maintenant des activités nautiques du lac de retenus des eaux.

Daniel Pierre TRIBES

Daniel est le fils aîné de Pierre et Marie, né le 28 janvier 182833, quelques jours après le mariage de ses parents.
Il se marie le 20 janvier 186848 au Collet de Dèze avec Madelaine Rosalie GINOUX, sans profession née le 12 janvier 184149 dans cette même commune.
Pierre est âgé de quarante ans et Rosalie de vingt sept ans.
Le jour même, ils ont préalablement signé un contrat de mariage chez Maître François Charles Guérin, notaire en résidence au Collet de Dèze.
Le contrat précise les points suivants :
 Les futurs époux seront mariés et vivront sous le régime dotal,
 Les époux Ginoux donnent à leur fille la somme de deux mille francs à titre d’avancement d’hoirie sur leur future succession,
 Un premier paiement de trois cents francs se fera dans trois ans à compter de la date du contrat, le second paiement de trois cents francs un an après le premier, et le troisième paiement de quatre cents francs un an après le second paiement,
 Les mille francs restant ne seront exigibles qu’au décès du dernier vivant des donateurs.
L’acte est réalisé dans la demeure des époux GINOUX, parents de la future mariée, en présence de Marie LAVAL, mère du futur marié et des témoins : Jean Pierre Victor LARGUIER, maire et propriétaire du Collet et Clément Jean Baptiste Lacombe, directeur du bureau de distribution des postes du Collet.
Le contrat est enregistré le 3 février 1868 au bureau de St Germain de Calberte. Rosalie est la dernière fille de Jean Victor GINOUX (1800–1887) et Jeanne Magdeleine MARION (1810- 1868), ils ont vécu à Branoux et ont 7 enfants :
• Jean Armand né le 6 février 182951, décédé le 24 janvier 1830
• Jean Frédéric né le 15 mai 183052,
• Madeleine Sophie née 19 janvier 183353, décédée le 22 janvier 183354
• César Adrien né le 21 avril 183455
• Madeleine Virginie née le 7 janvier 183656, décédée le 30 novembre 183757
• Louise Hortense née le 31 décembre 183858
Daniel TRIBES et Rosalie GINOUX ont cinq enfants, deux filles et trois garçons, tous nés à Branoux, trois parviennent à l’âge adulte.
Au cours de sa vie, Daniel a passé quelques actes et construit la maison familiale, comme nous le montre la consultation de la matrice cadastrale.

Nancy Rosalie

Nancy est la fille aînée de Daniel et Marie, née le 1er janvier 1870 à Branoux.
Elle se marie le 14 novembre 189072 sans contrat avec Eliacin PELAT, né le 18 mars1862 à Branoux73. J’ai
recensé deux enfants, les actes sont sur microfiches et je n’ai pas pu les consulter tous.
Elle décède en 1935.

Ferdinand Louis

Ferdinand est le troisième enfant de Daniel et Rosalie, il est né 19 novembre 1874.
Après le décès de son grand frère Alcide en 1889, il devient le fils aîné du couple.
Le 11 octobre 190274, Ferdinand se marie avec Melvina JOUANEN, née le 2 mai 1880 à St Germain de Calberte, village lozérien voisin. Ils ont quatre enfants.
Il décède à Branoux le 20 mai 1914 (date mentionnée sur la fiche matricule).
Ferdinand Louis appartient à la classe 1894. La consultation de la fiche75 de son registre matricule nous indique qu’il porte le matricule 1773 et qu’il a été dispensé de service car « aîné de veuve ».

Leurs parents (génération 1)

Le couple des parents : Jean et Jeanne

Le mariage est célébré le 30 août 1788 par le pasteur de Sabatier, le couple a déjà 2 enfants au moins. En 1787, Louis XVI signe l’édit de Tolérance, les protestants peuvent officialiser et légitimer leurs mariages et leurs enfants, néanmoins, cette réhabilitation devait se faire devant le juge royal, j’ai trouvé une déclaration mais qui concernait un cousin TRIBES.

Jean, le père de Pierre

Le père de Pierre s’appelle Jean TRIBES, il est né au Collet de Dèze le 23 février 1747 et baptisé le 2 mars 1747 par le pasteur de Sabatier.
Sa veuve déclare son décès84 le 13 germinal de l’an II en précisant qu’il s’est éteint le 9 mars 1793.
Les frères et soeurs de Jean sont donnés au 2.b de ce chapitre.

Jeanne, la mère de Pierre

La mère s’appelle Jeanne TEISSEDRE, selon l’acte de mariage, elle est née dans la paroisse de St Mary Racoux en Auvergne. St Mary85 a évangélisé le sud de l’Auvergne au IIIème ou Vie siècle, il y a quelques églises s’appelant St Mary mais pas de paroisse St Mary Racoux. Sur le site des Archives Départementales du Cantal, je regarde les baptêmes de la commune de St Mary-le-Plain sans succès, j’essaie de trouver les paroisses dépendant du diocèse de St Flour qui pourraient s’appeler St Mary ou Ste Marie ou Racoux ou les deux, toujours sans succès. Je prends alors le temps de relire les actes de naissance des enfants et sur l’acte de baptême de sa fille Élisabeth, je lis paroisse de St Marc, diocèse de St Flour.Ainsi, je peux connaître sa famille, ses parents sont Jean TEISSEDRE et Jeanne SAURET, ils se sont mariés le 14 mai 1753 à St Marc et ont eu 5 enfants. Jeanne TEISSEDRE a donc une soeur et trois frères :
• Elisabeth88 née le 9 avril 1757
• Bernard89 né le 29 avril 1760
• Jean90 né le 31 août 1763
décédé91 le 2 mai 1766
• Jean92 né le 8 avril 1766.
Les dates de naissance de ses parents ne sont pas connus mais sa mère Jeanne a été enterrée le 4 octobre 1766 à 36 ans, son père lui survit jusqu’au 14 mai 1785.
Les raisons pour laquelle Jeanne est parti du Cantal pour vivre au Collet de Dèze ne sont pas connues, d’après les dates, elle a quitté St Marc peu après le décès de sa mère.

Les aïeuls (génération 2)

Le couple des aïeuls : Jean Pierre et Jeanne

Je n’ai pas trouvé d’acte de mariage, mais un contrat de mariage du 5 février 1731 aux minutes de Me Garnier, notaire en résidence au Collet de Déze.

L’aïeul Jean Pierre

Jean Pierre TRIBES est né au Collet de Dèze le 19 août 1707, il a été baptisé dans la paroisse catholique le 28 août 1707. Je n’ai pas trouvé de déclaration de décès.
Par contre, j’ai trouvé aux minutes de Me Arbousset, notaire en résidence au Collet, le testament de Jean Pierre TRIBES en date du 29 août 1759.
Il mentionne ses quatre enfants : Jean, Pierre, Estienne et Isabeau. Jean, au 1.b de ce chapitre a 2 frères et 1 soeur :
• Pierre est le parrain du Susane et de Jeanne, les deux enfants de Jean et de Jeanne TEISSEDRE, je n’ai pas trouvé ses actes de naissance et de décès mais le pasteur Gabriac a célébré le 5 janvier 1764 son mariage98 avec avec Marie MARTIN.
• Élisabeth est la marraine de Élisabeth et de de Jean, les deux enfants de Jean et de Jeanne TEISSEDRE. Elle est née le 31 décembre 173699, elle s’est mariée100 avec Jacques MARTEL le  mars 1778 et elle est décédée101 le 11 messidor de l’an XII.
• Estienne est mentionné dans le testament de son père en 1759, je n’ai pas trouvé ses actes de naissance et de décès.

L’aïeule Jeanne

Jeanne GINOUX est née102 le 17 juillet 1708, elle est la fille légitime de Jean GINOUX et de Isabeau FERRIER qui se sont mariés103 le 1er février 1706 au Collet de Dèze. Jeanne a deux frères et deux soeurs :
• Etienne né104 le 13 février 1707, marié par le pasteur Roux le 14 avril 1743 avec Jeanne BENOIT
• Jean né105 le 10 avril 1714 et décédé le 14 mai 1724106
• Issabeau née107 le 25 mars 1718, mariée le 22 août 1742 avec Etienne GIRARD
• Suzanne née108 le 2 janvier 1723, mariée par le pasteur Roux le 7 juin 1746 avec Jean FERRIER.
Je n’ai pas trouvé l’acte de décès de Jeanne GINOUX mais elle est défunte sur l’acte de mariage de sa fille en 1731.

Les bisaïeuls (génération 3)

Le couple des bisaïeuls TRIBES

Le contrat de mariage du 5 février 1731 de Jean Pierre TRIBES et de Jeanne GINOUX nous renseigne sur ses parents. Son père s ‘appelle Claude TRIBES, sa mère Marie ROUX, ce qui me confirme le nom des parents.
Dans les registres paroissiaux du Collet de Déze, j’ai noté trois actes de naissance :
• Jean né le 19 août 1707, baptisé le 28 août 1707. Il est fait observé que l’acte est barré, le registre mentionne de nombreux actes avec des militaires, la région est en pleine période de la guerre des Camisards.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction 
1. Les consignes pour le mémoire de recherche
2. Le choix du couple
3. La méthodologie
Chapitre 1 : Le village de Branoux-les-Taillades 
Chapitre 2 : Le couple principal 
1. Le mariage
2. Pierre TRIBES
a. sa naissance
b. sa vie
c. son décès
3. Marie LAVAL
a. sa naissance
b. sa vie
c. son décès
4. La famille
a. les enfants du couple
b. les frères et soeurs de Pierre
c. les frères et soeurs de Marie
Chapitre 3 : Leur descendance 
1. Les enfants
2. Les petits-enfants
3. Les arrières petits-enfants
Chapitre 4 : Leur ascendance 
1. Leurs parents
2. Les aïeuls
3. Les bisaïeuls
Arbres généalogiques 
Annexes 
Bibliographie

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *