CRYOCONSERVATION DE LA SEMENCE DE CHAT

CRYOCONSERVATION DE LA SEMENCE DE CHAT

ANATOMIE 

Les organes génitaux externes du chat sont situés en région périnéale haute. L’appareil génital du Chat est simplifié par rapport aux autres mammifères (figure 1). Il comprend des testicules protégés dans leur scrotum. Ceux-ci sont prolongés par l’épididyme et le canal déférent jusque l’urètre où viennent s’aboucher les glandes annexes. Puis l’urètre se termine dans le pénis. Le tout est sous l’innervation provenant de la moelle épinière, parfois consciente mais le plus souvent réflexe.

Pénis

Le pénis du chat est conique, de petite taille (8 à 10mm) et est dirigé caudalement au repos [78]. Lors de l’érection (photo 1), il se dirige plutôt ventralement que crânialement [78]. La racine du pénis est entourée des muscles ischio-caverneux et se poursuit du corps constitué de l’urètre entouré par les corps spongieux, des muscles bulbo-spongieux puis des corps caverneux séparés par un septum. Le pénis contient un petit os pénien de 0.5 cm, s’ossifiant tardivement, qui soutient le gland [30]. La muqueuse du gland est recouverte de papilles kératinisées androgéno-dépendantes (100 à 200) qui disparaissent lors de la castration. Le gland est recouvert du prépuce. Au repos, le pénis est complètement dans son fourreau [35], [56]. Le pénis du chat ne comprend pas de bulbes érectiles contrairement au pénis du chien.

Testicules et épididyme

Le scrotum se situe juste sous l’anus et est recouvert de poils. Le muscle crémaster est grêle et le cordon spermatique, horizontal, est beaucoup plus long en proportion que celui du chien. Les testicules sont globuleux et mesurent de 1,2 à 2,0 cm en longueur pour 0,7 à 1,7 cm en largeur [78]. Chaque testicule disséqué pèse 1 à 1.5g [56]. Leur grand axe est orienté ventralement et crânialement. L’épididyme et le testicule sont recouverts par une tunique albuginée puis par la tunique vaginale et enfin par les fascias internes (figure 2) et externes sous le tégument scrotal. L’épididyme est rattachée à la paroi scrotale par le ligament de la queue de l’épididyme. L’épididyme est constituée de trois parties : la tête qui est crâniale et ventrale par rapport au testicule, le corps qui est ventral et la queue qui est caudale au testicule. Le conduit épididymaire est fortement spiralé.. Il se continue par le canal déférent très contourné qui va pénétrer dans le cordon spermatique ensuite.
 

Urètre
L’urètre poursuit le col de la vessie, qui est cylindrique et très étiré, en commençant juste en avant de la prostate. Il se différencie de la vessie car il présente des muscles striés. Les canaux déférents s’y abouchent dorsalement au niveau du colliculus seminalis se situant sous la prostate. La partie pelvienne de l’urètre est relativement longue (5cm) et se poursuit par la partie spongieuse en région dorsale du corps du pénis.

Les glandes annexes

Tout comme chez le chien, l’appareil génital du chat est dépourvu de vésicules séminales et ses conduits déférents sont dépourvus de glandes et d’ampoules [78]. La prostate est petite (1cm). Elle est composée de plusieurs lobules isolés disséminés dorsalement, le long de l’urètre [35], [1]. Les glandes bulbo-urètrales se situent au niveau de l’arcade ischiale et sont écrasées dorsoventralement. Elles sont reliées par le muscle bulbo-urétral et par du tissu conjonctif. Elles ont un diamètre de 5 à 6 mm. Leur conduit excréteur unique est court et débouche dorsalement à l’urètre. Elles synthétisent la plus grande partie du plasma séminal.
 Innervation
L’appareil génital mâle est innervé par plusieurs groupes de fibres nerveuses (figure 3) : _des fibres appartenant au système nerveux autonome : des fibres orthosympathiques, provenant de la chaîne sympathique thoraco-lombaire et des plexus abdominaux, formant le nerf hypogastrique et des fibres parasympathiques, issues des racines médullaires sacrées S1, S2 et S3, formant le nervus erigens. Le nerf hypogastrique et le nervus erigens se rejoignent pour former le plexus hypogastrique. _des fibres somatiques, issues de S1 et de S2, formant le nerf honteux interne qui innerve les muscles striés tels que le muscle bulbocaverneux, le muscle ischiocaverneux et la musculature périnéale. Au niveau périphérique, ces innervations se rejoignent et suivent les mêmes trajets. Seemans et Langworthy distinguent trois regroupements du plexus hypogastrique autour des organes génito-urinaires : _un groupe crânial qui innerve la vessie et le début de l’urètre ; _un groupe moyen ou prostatique dont les nerfs viennent entourer la prostate ; _un groupe caudal qui innerve le pénis et le rectum. Une des branches rectales s’anastomose avec le nerf honteux interne.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie  TECHNIQUES DE PRELEVEMENT DU MALE

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie Etude macroscopique où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

FIGURES
PHOTOS
TABLEAUX
INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE
.1 RAPPELS D’ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE
.1.1 Anatomie
.1.1.1 Pénis
.1.1.2 Testicules et épididyme
.1.1.3 Urètre
.1.1.4 Les glandes annexes
.1.1.5 Innervation
.1.2 Physiologie
.1.2.1 Puberté et saison sexuelle
.1.2.2 La spermatogénèse
.1.2.3 Erection
.1.2.4 Ejaculation
.1.2.5 Accouplement
.2 TECHNIQUES DE PRELEVEMENT DU MALE
.2.1 Vagin artificiel
.2.1.1 Environnement requis
.2.1.2 Technique
.2.2 Electroéjaculation
.2.2.1 La contention
.2.2.2 Techniques décrites dans la littérature
.2.2.3 Ejaculation rétrograde
.2.3 Dissection de l’épididyme
.2.3.1 L’épididyme est le lieu de maturation et de stockage des spermatozoïdes
.2.3.2 Technique
.3 SPERMOGRAMME
.3.1 Etude macroscopique
.3.1.1 Volume
.3.1.2 Concentration
.3.1.3 Caractères physico-chimiques
.3.1.4 Plasma séminal
.3.2 Etude microscopique
.3.2.1 Morphologie des spermatozoïdes
.3.2.2 Mobilité
.3.2.3 Numération
.3.2.4 Pourcentage de spermatozoïdes vivants
.3.2.5 Anomalies : le spermocytogramme
.3.2.6 Intégrité de l’acrosome
.3.2.7 Intégrité plasmatique : test hypo-osmotique
.3.2.8 Condensation de la chromatine
.3.2.9 La transmigration membranaire
.3.3 Anomalies de la semence
.3.3.1 Anomalies primaires
.3.3.1.1 Anomalies liée à une cause anatomique
.3.3.1.2 Anomalies liées à des troubles hormonaux
.3.3.1.3 Anomalies liées au patrimoine génétique
.3.3.1.4 Anomalies liées à l’âge
.3.3.2 Anomalies secondaires
.3.3.2.1 Anomalies liées aux glandes annexes
.3.3.2.2 Anomalies liées à une pathologie urinaire
.3.3.2.3 Anomalies liées à un agent infectieux
.3.3.2.4 Anomalies liées à des affections de l’organisme.
.3.3.2.5 Anomalies iatrogènes
.3.3.2.6 Anomalies idiopathiques
.3.4 Caractéristiques de la semence obtenue dans la littérature selon la technique de récolte utilisée
.3.4.1 Caractéristiques moyennes de la semence obtenue par vagin artificiel dans la littérature
.3.4.2 Caractéristiques moyennes de la semence obtenue par électroéjaculation dans la littérature
.3.4.3 Caractéristiques moyennes de la semence obtenue par dissection de l’épididyme dans la littérature
.4 CRYOCONSERVATION DE LA SEMENCE DE CHAT ET INSEMINATION ARTIFICIELLE
.4.1 Dilueur
.4.1.1 Généralités : altérations induites par la congélation
.4.1.2 Composition du dilueur
.4.2 Techniques de cryoconservation de la semence des carnivores utilisées dans la littérature et au Centre d’Etude en Reproduction des Carnivores (C.E.R.C.A.)
.4.3 Décongélation
.4.4 Insémination artificielle chez le Chat
DEUXIEME PARTIE : ETUDE PERSONNELLE
.1 MATERIELS ET METHODES
.1.1 Animaux
.1.2 . Récolte du sperme
.1.2.1 Electroéjaculation
.1.2.2 Récolte du sperme épididymaire
.1.3 Conservation du sperme
.1.3.1 Préparation du dilueur
.1.3.2 Dilution du prélèvement avec le dilueur
1.3.3 Congélation des paillettes.
1.4 Décongélation
.1.5 Tests de comparaison : le spermogramme
.1.5.1 Mobilité
.1.5.2 Numération
.1.5.3 Pourcentage de spermatozoïdes vivants
.1.5.4 Anomalies
.1.5.5 Intégrité de l’acrosome
.2 RESULTATS
.2.1 Qualité de la semence avant congélation
.2.1.1 Semence récoltée par électroéjaculation
.2.1.2 Semence récoltée par dissection de l’épididyme
.2.2 Qualité de la semence après décongélation
.2.2.1 Aptitude à la congélation de la semence récoltée par électroéjaculation
.2.2.2 Aptitude à la congélation de la semence récoltée par dissection de l’épididyme
.3 DISCUSSION
.3.1 Les difficultés rencontrées
.3.1.1 Au niveau de l’échantillonnage
.3.1.2 Au niveau de l’environnement
.3.1.3 Au niveau de la cryoconservation
.3.2 Interprétation des résultats
.3.2.1 Caractéristiques de la semence obtenue par électroéjaculation
.3.2.2 Caractéristiques de la semence obtenue par dissection de l’épididyme
.3.2.3 Comparaison des deux méthodes
.3.2.4 Caractéristiques de la semence de Chat obtenues après sa cryoconservation
.3.3 Les perspectives
3.3.1 La cryoconservation
3.3.2 L’insémination artificielle
3.3.3 Le diagnostic d’infertilité
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.