Contribution à l’opérationnalisation du changement de programmes scolaires

Lors de la conférence mondiale sur « l’éducation pour tous » tenue à Jomtiem – en Thaïlande, du 5 au 9 mars 1990, la déclaration finale précise comme objectif que «toute personne – enfant, adolescent ou adulte – doit pouvoir bénéficier d’une formation conçue pour répondre à ses besoins éducatifs fondamentaux » .

Madagascar, en tant que pays membre de la communauté internationale, accepte que l’éducation soit un droit fondamental pour tous. L’article 4 de la loi d’orientation générale du Système d’Education, d’Enseignement et de Formation à Madagascar clarifie le projet de mise en œuvre de la déclaration mondiale sur l’éducation pour tous en précisant que « L’éducation, l’enseignement et la formation malagasy doivent préparer l’individu à une vie active intégrée dans le développement social, économique et culturel du pays » . Lors de la Conférence de l’Afrique subsaharienne sur l’éducation pour tous Johannesburg, Afrique du Sud, du 6 au10 décembre 1999, le constat reste alarmant en mentionnant que « l’accès à l’éducation est limité, la qualité de l’enseignement reste médiocre et les programmes scolaires sont souvent éloignés des besoins des apprenants et impropres à contribuer au développement social, culturel et économique » .

LA PRÉSENTATION

LA DESCRIPTION DE LA SITUATION

Notre stage auprès de la Circonscription Scolaire de Vohipeno nous a aidée à comprendre le fonctionnement du système éducatif à ce niveau. Nombreux sont les problèmes qui méritent d’être solutionnés si nous prenons comme défi l’amélioration qualitative de l’enseignement. Consciente de cette situation, nous avons pris en priorité le problème causé par le changement de programmes scolaires. L’analyse – diagnostic approfondi du problème nous amène à agir davantage en essayant de voir de près le vrai fondement du problème et la solution adéquate pour y remédier.

Les délimitations

Afin de mieux cadrer notre domaine d’analyse, il nous est indispensable de savoir bien limiter notre recherche dans le temps, dans l’espace et dans le concept,
✔ Dans le concept
Notre domaine d’analyse repose sur le problème du changement de programmes scolaires. Dans cette optique, nous allons focaliser tout notre regard sur les problèmes rencontrés par les différents acteurs et sur les actions à entreprendre afin de résoudre ces problèmes.
✔ Dans le temps
Notre étude se limitera à l’étude des cas de quelques écoles primaires publiques durant l’année scolaire 2010 – 2011.
✔ Dans l’espace
En se référant à la théorie de N’DA Paul disant qu’ « il est indispensable de faire le choix raisonné d’espaces en précisant par exemple le pays, la région, la zone, etc. et leurs caractéristiques mises en exergue en fonction du problème de recherche…L’important est que la présentation du contexte ou du milieu ne se fasse pas comme pour elle-même, sans rapport avec le problème de recherche » nous nous cantonnons à étudier la Zone Administrative et Pédagogique de Nato. Administrativement, elle n’est autre que la commune rurale de Nato, une parmi les 19 communes du district de Vohipeno, dans la région de Vatovavy Fitovinany. Géographiquement, elle se situe selon les coordonnées suivantes « 22°18’Sud 47°49’Est et à 8 m d’altitude » . Elle est limitée :
-au Nord par la commune urbaine de Manakara,
-à l’Ouest par la commune rurale de Lanivo,
-à l’Est par l’océan indien,
-et au Sud par la commune rurale de Vohipeno.

Avec sa superficie de 35 km², elle a « 9000 habitants »  en 2001.

La population

Selon N’DA Paul, « la population est une collection d’individus (humains ou non), c’est-à-dire un ensemble d’unités élémentaires (une personne, un groupe, une ville, un pays) qui partagent des caractéristiques communes précises par un ensemble de critères » . C’est la raison pour laquelle nous parlerons de la CISCO et de ses écoles.

✔ De la Circonscription Scolaire
La circonscription scolaire de Vohipeno se caractérise par une prédominance d’écoles primaires publiques : « 169 écoles sur les 187 fonctionnelles sont du secteur public. Pour l’année scolaire 2010 – 2011, 772 enseignants s’occupent du primaire pour le primaire. Le secteur public a 599 enseignants dont 249 fonctionnaires et 350 suppléants. 258 de ces derniers sont subventionnés par l’État et 92 payés par l’Association des parents d’élèves.

L’effectif total des élèves du primaire est de 35 506 pour cette année scolaire dont 17 185 filles. Et parmi ces élèves, 32 235 fréquentent les écoles primaires publiques » .

✔ Des écoles cibles
Les 9 écoles primaires publiques de la Zone Administrative et Pédagogique de Nato constituent le public cible de notre étude.

LES DÉFINITIONS DES CONCEPTS

La redéfinition des programmes scolaires

En ce qui concerne plus particulièrement la redéfinition des programmes dans le primaire, les recherches internationales mettent en évidence la nécessité d’assurer les acquis de base pour tous les enfants durant les premières années de la scolarité et particulièrement pour les enfants de milieux défavorisés. C’est, en effet, pendant cette période de la scolarité que se produisent chez l’individu la croissance et l’évolution les plus importantes, et cette période qui est donc plus sensible à l’influence de l’éducation.

Pour l’enseignement de base, trois axes prioritaires sont mis en exergue :

– « La notion de tronc commun, basée sur le principe d’une éducation de qualité et qui a pour référence centrale les compétences fondamentales et essentielles dont l’acquisition pour tous les élèves est considérée comme nécessaire » .

Ces compétences sont essentielles parce qu’elles ont pour objet d’intégrer les élèves dans les réalités de la vie contemporaine. Elles sont fondamentales dans la mesure où elles constituent une base sur laquelle se construiront les apprentissages ultérieurs. Selon le sens donné au tronc commun, l’accent peut être mis sur la définition d’un certain nombre de domaines d’études ou sur le développement de processus. Si l’on admet que c’est sur l’association du contenu et du processus que le tronc commun peut rassembler les acquis essentiels, la question suivante se pose : comment un programme de formation intègre-t-il à la fois l’acquisition des contenus essentiels et le développement des processus fondamentaux tels que la résolution de problèmes et le traitement de l’information ?

– « La notion de développement global, qui envisage tous les domaines de la formation de la personne : formation intellectuelle mais aussi physique, artistique, sociale et aussi culturelle… » .

Tous ces domaines d’apprentissage doivent permettre d’acquérir des compétences intégrées, véritables moyens d’action et de pensée, qui mobilisent des connaissances, des aptitudes et des attitudes. Une formation globale cherche à assumer l’équilibre entre les différents aspects du développement de chaque personnalité en s’efforçant d’atteindre les objectifs qu’une société démocratique souhaite pour tous ses citoyens .

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIÈRE PARTIE : LA PRÉSENTATION ET L’ANALYSE DE CE QU’ON A DÉJÀ ENTREPRIS
CHAPITRE I : LA PRÉSENTATION
1.1.-LA DESCRIPTION DE LA SITUATION
1.1.1.-Les délimitations
1.1.2.-La population
1.2.-LES DÉFINITIONS DES CONCEPTS
1.2.1.-La redéfinition des programmes scolaires
1.2.2.-Le curriculum
1.3.-LA MÉTHODE DE RECHERCHE
1.4.-LE CADRE DE RÉFÉRENCE DE LA RECHERCHE
1.4.1.-La reforme organisationnelle
1.4.2.-La reforme relationnelle
1.4.3.-La reforme psychopédagogique
CHAPITRE II : L’ANALYSE DE CE QU’ON A DÉJÀ ENTREPRIS
2.1.-DE L’ANALYSE ORGANISATIONNELLE
2.1.1.-L’organisation interne
2.1.2.-Les missions de l’école
2.1.3.-L’approche systémique du changement de l’école
2.1.4.- Les obstacles au changement de programme
2.1.5.-L’école doit changer
2.1.6.-La problématique du changement dans la société et dans l’école
2.2.-SUR LE PLAN SOCIOLOGIQUE
2.2.1.-Les missions de l’école et la relation entre connaissances et compétences
2.2.2.-Les raisons d’être de la maîtrise de compétences
2.3.-SUR LE PLAN PSYCHOPÉDAGOGIQUE
2.3.1.-Les socles de compétences
2.3.2.-Les principes de base de l’apprentissage
CONCLUSION DE LA PREMIÈRE PARTIE
DEUXIÈME PARTIE : LES PROPOSITIONS DE SOLUTIONS ET LES SUGGESTIONS
CHAPITRE III : LES PROPOSITION DE SOLUTIONS
3.1.-LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ORGANISATIONNELLES DES CHEFS D’ÉTABLISSEMENT ET DES ENSEIGNANTS
3.1.1.-L’approche systémique du changement de l’école
3.1.2.-La problématique du changement dans la société et dans l’école
3.2.-LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS SOCIOLOGIQUES DES DIRECTEURS D’ÉCOLE, DES ENSEIGNANTS, DES PARENTS D’ÉLÈVE ET DES PARTENAIRES LOCAUX
3.3.-LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS PSYCHOPÉDAGOGIQUES DES DIRECTEURS D’ÉCOLE ET DES ENSEIGNANTS
CHAPITRE IV : LES SUGGESTIONS
4.1.-L’ANDRAGOGIE
4.2.-LE PROJET DE FORMATION EN ANALYSE DE L’APPROCHE SYSTÉMIQUE DU CHANGEMENT DE L’ÉCOLE
4.2.1.-Le cadre préliminaire du projet
4.2.2.-Le cadre logique du projet de formation en analyse de l’approche systémique du changement de l’école
4.3.-LE PROJET DE FORMATION SUR LA PROBLÉMATIQUE DU CHANGEMENT DANS LA SOCIÉTÉ ET DANS L’ÉCOLE
4.3.1.-Le cadre préliminaire du projet
4.3.2.-Le cadre logique du projet de formation sur l’analyse de la problématique du changement dans la société et dans l’école
4.4.-LE PROJET DE FORMATION SUR LA CULTURE POUR L’ÉCOLE D’AUJOURD’HUI
4.4.1.-Le cadre préliminaire du projet
4.4.2.-Le cadre logique du projet de formation sur le choix d’une culture pour l’école d’aujourd’hui
4.5.-LE PROJET DE FORMATION SUR LES SOCLES DE COMPÉTENCES
4.5.1.-Le cadre préliminaire du projet
4.5.2.-Le cadre logique du projet de formation sur les socles de compétences
4.6.-LE PROJET DE FORMATION PSYCHOPÉDAGOGIQUE SUR LES CONDITIONS DE L’APPRENTISSAGE
4.6.1.-Le cadre préliminaire du projet
4.6.2.-Le cadre logique du projet de formation psychopédagogique sur les principes de base qui conditionnent l’apprentissage
CONCLUSION DE LA DEUXIÈME PARTIE
CONCLUSION GÉNÉRALE
BIBLIOGRAPHIE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *