Contribution a l’etude ecologique de la faune herpetologique

Les Hautes Terres malgaches sont une vaste région centrale qui s’étend du nord au sud de l’île. Elles représentent environ 40% de la surface de Madagascar. Or quelques aires seulement dans les Hautes Terres retiennent des évidences d’anciens habitats naturels. Elles sont représentées par des fragments et des vestiges de forêts primaires (GADE 1996; RAKOTONDRAVONY et GOODMAN, 1998).

Jusqu’à maintenant, la connaissance des communautés des faunes et flores originelles restent encore lacunaires dans ces quelques îlots de forêts. C’est pourquoi une étude biologique dans ces sites apporte une opportunité pour lever la carence sur la connaissance de leur biodiversité et comprendre les différentes interactions paramétriques qui régissent l’installation et l’équilibre écologique des espèces dans leurs écosystèmes respectifs. Les Reptiles et Amphibiens constituent la moitié de la faune des Vertébrés malagasy avec un taux d’endémisme très élevés (99% pour les amphibiens par exemple). Malheureusement ce sont les premières victimes de la déforestation à cause de leurs faibles moyens de déplacement (RASELIMANANA, 1998).

DESCRIPTIONS PHYSIQUES

Situation géographique 

La région d’Anjozorobe se situe dans la région centrale de Madagascar à 90 km au Nord de la ville d’Antananarivo. Notre site d’étude se trouve au Nord-Est du fivondronana d’Anjozorobe dont la position géographique s’étend entre18° 09′ 53′′ et 18° 55′ 40′′ de latitude Sud et 47° 51′ 28′′ et 48° 04′ 30′′ de longitude Est.

Délimitation des zones 

Notre étude est réalisée dans le Fokontany d’Antsahabe Est dont la forêt fait partie du corridor forestier d’Anjozorobe. Elle est composée de 538,867 ha de forêt primaire, de 38,107 ha de forêt dégradée, de 784,566 ha de savane et 56,040 ha de savoka (VOLOLONIRAINY et F. RASELIARISOA 2003, non publié). D’après la physionomie et la topographie du milieu, la forêt d’Antsahabe Est va se subdiviser en quatre zones bien distinctes, les zones A, B, C et D dont le but est d’avoir une meilleure collecte des données (RAZANAHOERA et H RAKOTOMAHAFALY comm. pers.). Elle se fait du sud vers le nord. Ankaibe, Andriankely appartiennent à la zone A (Sud) ; Taolanomby, Andreba se trouvent dans la zone B ; Fatrapeo, Analaila, Andrainarivo font partie de la zone C et Analamahavery, Ampasandramanarabe, Antsaralasy, Amparafaravola constituent la partie nord c’est-à-dire la zone D.

Milieu physique 

La forêt d’Antsahabe Est s’étend sur une longueur de plus de 15 km du nord au sud et une largeur maximale de 10km d’est à l’ouest.

Climat
La forêt d’Antsahabe/Anjozorobe est une forêt dense humide sempervirente de moyenne altitude caractérisée par un climat tropical d’altitude composé de deux saisons bien marquées :
– saison chaude et pluvieuse de mois de novembre au mois de mars (environ cinq mois);
– une saison sèche et fraîche entre les mois d’avril et octobre (environ sept mois). Toutes les données climatiques dans cette étude proviennent de la direction de la météorologie nationale d’Ampandrianomby, relevées entre 1961-1990 à la station météorologique d’Anjozorobe .

Relief, Topographie, Géologie
La région d’Anjozorobe se caractérise par un relief montagneux polyédrique, un relief des Hautes Terres, plus accidenté que celui d’Antananarivo. D’après la carte FTM la topographie présente des pentes fortes à très fortes. Le sol est constitué principalement de terre rouge latéritique avec une roche mère composée de migmatites granitoïdes comportant des gneiss et des micaschistes. Elle appartient au socle cristallin métamorphique de la série d’Antananarivo (R. LAUTEL 1952).

Hydrologie
Les deux grands affluents de la Betsiboka : le Sahandahy, et le Mananara traversent la région d’Anjozorobe. Des nombreux cours d’eau sont issus de la forêt d’Antsahabe Est tels Andriankely, Andreba…

Végétation
Elle est constituée de forêt humide dont le sous bois est constitué de mousses et lichen. Elle fait partie de la formation dense ombrophile (HUMBERT, 1955). D’après FARAMALALA (1988), notre site d’étude appartient à la zone écofloristique orientale de moyenne altitude n°3 c’est-à-dire une forêt dense humide sempervirente saisonnière de moyenne altitude de la série à Tambourissa (MONIMIACEAE) et à Weinmania (CUNONIACEAE). Les formations végétales sont stratifiées avec quelques grands arbres atteignant plus de 15 m de hauteur. La cyme des arbres est peu jointive. L’abondance des épiphytes est très remarquable dans ces formations : mousse, fougères, orchidées. Actuellement la formation végétale d’Anjozorobe présente quatre aspects suivant leur état de dégradation :
– des surfaces de forêts climaciques ou forêt apparemment intacte,
– des surfaces de forêts écrémées ou plus ou moins intactes, couvrant des surfaces plus ou moins vastes,
– des surfaces de forêts dégradées ou forêt secondaire après un passage de feu,
– des formations marécageuses occupant une place importante. Elles peuvent se présenter sous forme de savanes marécageuses à CYPERACEAE ou sous forme de marécages primaires. L’étude de la régénération naturelle montre que la forêt a un potentiel de régénération élevé, supérieur à 300. Ce fort potentiel de régénération résulte des caractéristiques pédologiques et des conditions écologiques : exposition, luminosité, pente du milieu (FARANIRINA et al, 2002).

Faune
La faune d’Anjozorobe possède la plupart de classes d’animaux trouvés dans les autres forêts de Madagascar à savoir les Reptiles et les Amphibiens (Boophis madagascariensis, Brookesia thieli…), les Lémuriens (Indri indri, Propithèques…), les Oiseaux (Neodrepanis coruscans, Lophotibis cristata…), les Mammifères (Tenrec, Microgale…) (RAKOTONDRAVONY & GOODMAN, 1998). La présente étude du sous-projet SPO1 V1_05 trouve onze espèces de Poissons (RAVEROMAMPIONONA, 2004), 71 espèces d’Oiseaux dont 61 sont des espècesforestières (RATSARALASY, 2004) ; Dix espèces de Primates (RAKOTOMAHAFALY, 2004), 22 espèces des Micromammifères (RANDRIAMANANTSOA, 2004) dont deux sont exotiques ; Trois espèces de Chiroptères (RANIVO, 2003) et une espèce endémique d’Ecrevisse (RAKOTONARIVO, 2004).

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
CHAPITRE I: MILIEU D’ETUDE
I-1 Descriptions physiques
I-1-1 Situation géographique
I-1-2 Délimitation des zones
I-1-3 Milieu physique
I-1-3-1 Climat
I-1-3-2 Relief, Topographie, Géologie
I-1-3-3 Hydrologie
I-1-3-4 Végétation
I-1-4 Faune
I-2 Description des zones d’étude
I-2-1 Zone A
I-2-2 Zone B
I-2-3 Zone C
I-2-4 Zone D
CHAPITRE II : METHODES D’ETUDES
II-1 Travaux sur terrain
II-1-1 Période d’étude
II-1-2 Méthodologie proprement dite
II-1-2-1 Observation directe
II-1-2-2 Fouille systématique des microhabitats
II-1-2-3 Méthode de piégeage « Pitfall » ou trous piéges
II-1-3 Méthode de captures, technique de dénombrement et prise de données, description d’un habitat avec les différents paramètres
II-1-3-1 Capture
II-1-3-2 Prise de données
II-1-3-3 Description d’un habitat et les paramètres utilisés, les matériels et méthodes
II-1-4 Méthode de détermination et conservation des spécimens
II-2 Travaux au laboratoire
II-2-1Traitement des spécimens
II-2-2 Identification et conservation des spécimens
II-3 Méthode d’analyses statistiques des données
II-3-1 Analyse quantitative des données
II-3-2 Test de comparaison
II-3-3 Test de similarité entre deux sites : coefficient de Jaccard
II-3-4 Test de corrélation de Pearson
CHAPITRE III: RESULTATS
III-1 Diversité biologique de l’herpetofaune en général
III-1-1 Etude de l’effort d’échantillonnage en fonction du temps de capture
III-1-2 Richesse spécifique
III-1-3 Comparaison de périodes d’études
III-1-4 Influence du climat sur l’abondance des espèces herpétofaunes rencontrées et analyse statistique
III-2- Résultats spécifiques et analyses statistiques
III-2-1 Comparaison des résultats des différentes méthodes d’échantillonnage par zone
III-2-2 : Rendement de piégeage par pitfall selon les différentes zones, la topographie et les deux saisons
III-2-3 Similarité des zones
III-2-4 Diversité spécifique par zone
III-2-5 Distribution des espèces
III-2-6 Biogéographie
CHAPITRE IV : DISCUSSION
IV-1: Richesse spécifique
IV-2 : Distribution des especes
IV-3 : Distribution biogeographique
IV-4: Comparaison avec les forêts des haut-plateaux de même altitude (Andranomay, Ambohitantely, Andringitra)
IV-5 : Effets de la perturbation
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *