Contribution a l’analyseclimatologique de l’espacemaritime des comores

L’espace maritime de l’archipel des Comores est un milieu vital pour le développement de lapopulation humaine. Presque la majorité des activités économiques, industrielles, environnementales, touristiques se fonde sur cette espace. Toutefois, les petites îles desComores sont exposées aux cyclones, à l’élévation du niveau de la mer, à la sécheresse, et aux inondations. Ces aléas sont de nature à provoquer des bouleversements dans cet archipel. Les activités économiques et la vie humaine sont largement tributaires de l’agriculture, du tourisme, de la pêche où les populations vivent majoritairement sur le littoral. A l’instar despetits états insulaires en développement (PIED), les Comores sont vulnérables auxchangements climatiques.

Dans ce sens, une analyse climatologique de l’espace maritime des Comores s’avère d’uneimportance capitale. Ceci ayant pour objectif de comprendre la variabilité spatio-temporelledes paramètres météorologiques pour protéger les ressources naturelles mais aussi lespopulations humaines et leurs biens. Pour ce faire, certains paramètres comme lesprécipitations, le vent (vitesse et direction), la température de la surface de la mer (TSM), lahauteur des vagues et la direction sont retenues.

PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE, CARACTERISTIQUES CLIMATIQUES ET MARITIMES

Situation géographique de la zone étudiée

L’archipel des Comores est situé à l’entrée Nord du canal de Mozambique entre 11°20’ et 13°14’ de latitude Sud et 43°11’ et 45°19’ de longitude Est, dans l’Océan Indien entre l’AfriqueOrientale et Madagascar. Il est constitué de quatre îles qui sont d’Est en Ouest à savoir dela Grande Comore (Ngazidja), d’Anjouan (Ndzouani), de Mohéli (Mwali) et de Mayotte(Maoré) [1]. Les îles sont distantes entre elles d’environ 30 à 40 km isolées par de profondesfosses sous-marines. La superficie totale des trois îles qui forment l’Union des Comores est de 1862 Km² .

Ces dernières sont situées à égale distance de l’Afrique Orientale et de Madagascar de (300Km). Malgré l’Indépendance en 1975, Mayotte est encore sous administration française.

Géomorphologie et biodiversité marine

Le milieu côtier et marin présente une grande diversité dans sa morphologie (côtes basses, falaises, îlots, platines…etc.) et dans sa nature (laves, plages de sable noir ou blanc, galets, blocs, récifs coralliens…etc.). D’une manière générale, le plateau continental (900 km2) est très réduit à l’ouest de l’archipel où les fonds marins atteignent brusquement de grandesprofondeurs supérieures à 3000 mètres à cause de l’existence d’une faille Nord-Sud le long du canal de Mozambique. Ce plateau étroit explique le faible développement des récifscoralliens. A l’Est, les fonds sont peu profonds et se présentent comme le prolongement duplateau continental malgache [3]. Les Comores possèdent une grande originalité de par leur nature volcanique récente, leur exiguïté et leur multi-insularité. Celle-ci se traduit par la diversité des paysages et la richessede la biodiversité ainsi qu’une variété des écosystèmes côtiers et marins (mangroves, récifscoralliens, plages, herbiers sous-marins) constituant un potentiel à protéger et à valoriser dupoint de vue touristique.

A l’échelle mondiale, l’archipel fait partie des 20 îles ou archipels caractérisés par leur diversité endémique. Il compte une grande diversité de plantes et un endémisme important qui en font un lieu d’intervention hautement prioritaire pour la conservation de la biodiversitémondiale. La biodiversité marine se caractérise par la présence d’une flore et d’une fauneremarquable. Elle est gravement menacée par les différentes pressions anthropiques qui s’exercent à plusieurs niveaux. D’autres menaces pèsent également sur les ressourcesmarines et côtières; elles sont surtout liées à l’augmentation des températures océaniquesresponsable du blanchissement des coraux et l’immigration de la faune marine (WWF et UICN 1995) .

Caractéristiques Climatiques et saisonnières 

Le climat des Comores est de type tropical maritime et présente des contrastes locaux marqués par des microclimats du fait de l’influence du relief sur les différentes composantes climatiques, en particulier la pluviométrie. Le pays est successivement balayé, selon les saisons, soit par les alizés du Sud et Sud-Est d’Avril à Novembre, apportant de l’air tropical relativement plus sec et frais, Mai à Octobre, soit par la mousson du Nord à Nord-Ouest qui prédomine de décembre à mars apportant de l’air équatorial chaud et humide de novembre à avril. L’archipel se situe alors au sein ou à côté des basses pressions intertropicales. Les vitesses des vents de mousson au sol peuvent atteindre 110 km/h à Moroni, la capitale. L’alizé de secteur Sud est le plus fréquent. Il souffle parfois avec virulence tandis que l’alizéd’Est est toujours freiné par le relief malgache. Les vitesses des vents au sol enregistréesdans la station de Hahaya, peuvent atteindre 75 km/h en rafales [5]. Ces vents revêtent parfois un caractère cyclonique. L’amplitude annuelle de la températuremoyenne est assez modeste, de l’ordre de 4°C avec une variation appréciable de l’humiditérelative (Dronchon, 1982). Les deux saisons ne se succèdent pas brutalement, elles sont séparées par des périodes de transition caractérisées par une évolution continue et relativement rapide de certains paramètres climatiques (température, humidité, pression…) .

-La saison chaude et humide (saison des pluies), de mi-Novembre à mi-Avril, se caractérisepar une chaleur humide, des orages assez fréquents et, surtout en Janvier-Février, par quelques épisodes fortement perturbés dus à la présence de dépressions tropicales àproximité de l’archipel ou au passage d’une « ligne de convergence ». Les vents de moussonde NW apportent cet air chaud et humide et beaucoup de pluies. En zone côtière, latempérature moyenne est de l’ordre de 27°C. Les maximas varient entre 31°C et 35°C et lesminima autour de 23°C.

Pendant la saison des pluies, les Comores peuvent être le siège de cyclones tropicaux. Entre1911 et 1961, l’archipel a connu 23 cyclones soit en moyenne un cyclone tous les deux ans. Certains, nés sur l’océan au nord du 15e parallèle, présentent une menace certaine pour l’archipel. D’autres se forment dans le canal de Mozambique mais diminuent généralement d’intensité s’ils remontent vers le Nord, alors qu’au contraire, ils deviennent plus actifs s’ilsse déplacent vers le Sud. Enfin, mais très rarement, la cyclogenèse peut se développer auvoisinage immédiat de l’archipel avec des répercussions à peu près similaires sur les quatreîles ;

-La saison sèche et fraîche intervient de début Juin à fin Septembre. Elle se caractérise, par rapport à la saison des pluies, par une humidité moindre, des températures moins élevéeset quasi permanence de vents, alizés ou brises de mer. A basse altitude, les températuresmoyennes sont de 23°C à 24°C. Les maximas se situent autour de 28°C et les minima entre18°C et 19°C.

Dans certaines régions des façades Sud et Sud-ouest des îles, les pluies restent abondantes en juin et juillet, mais diminuent très sensiblement en août et septembre. La vitesse moyenne des vents est notablement plus élevée qu’en saison des pluies, avec une large prédominance de l’alizé de Sud à SW. Par contre, en l’absence de circulations cycloniques, il y a peu ou pas de risques de vents violents .

Conditions Océanographiques

Les Comores se situent sur le trajet du Courant Sud-équatorial. Ce courant se divise en deuxbranches : une branche Nord et une branche Sud qui forment un tourbillon cyclonique autour de l’archipel. L’existence de ce tourbillon est liée aussi au fait que les eaux plus au Sud (eauxtropicales de surface venant du sud) et mélangées aux eaux du Canal de Mozambiqueforment un barrage en raison de leurs propriétés physico-chimiques différentes. Pendant la saison des pluies, la vitesse du flux s’établit entre 1,30 et 1,45 kt. En saisonfraîche, cette vitesse varie entre 0,5 et 2kt, soit 0,25m/s. Ce courant de surface peut êtrefreiné ou accéléré par le régime des vents ou par la morphologie sous-marine et côtière. Ona pu observer des courants très violents à l’extrémité ouest de l’île d’Anjouan. Lors des vivese aux, le marnage peut atteindre des valeurs relativement élevées, de l’ordre de 4m, ce qui peut constituer par ailleurs une entrave à la navigation .

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
PARTIE I : CONTEXTE GENERAL
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE, CARACTERISTIQUES CLIMATIQUES ET MARITIMES
CHAPITRE II : PHENOMENE INFLUENCANT SUR LA VARIABILITE CLIMATIQUE INTERANNUELLE DANS L’OCEN IDIEN
CHAPITRE III : PHENOMENES METEOROLOGIQUE ET CLIMATOLOGIQUE
PARTIE II : DONNEES ET METHODOLOGIE
CHAPITRE IV : LES DONNEES
CHAPITRE V : OUTILS UTILISES
CHAPITRE VI : ACQUIESCEMENT DES DONNES
PARTIE III : RESULTATS, INTERPRETATIONS
CHAPITRE VII : ETUDE CLIMATOLOGIQUE AVEC LES DIFFERENTS PARAMETRESDANS LA ZONE D’ETUDE
CHAPITRE VIII : RESULTATS DES ANALYSES COMPOSITES DES DIFFERENTS PARAMETRES
CONCLUSION GENERALE
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *