Concepts et theories d’endettement

Au cours des deux dernières décennies, le contexte économique de l’ensemble des Pays Sous-développées (PSD), a été marqué par un endettement excessif. Dès leur l’indépendance, les nouvelles autorités africaines, chargées de mener la bataille du développement économique et social ,se sont vite rendues compte que les infrastructures d’équipement et de production léguées par le colonisateur étaient insuffisantes pour commencer un quelconque décollage économique.

Entre ce besoin d’investissement dégagé et nécessaire, compte tenu des objectifs de croissance accélérée, et les ressources internes disponibles, le fossé est immense. La seule voie de secours est le recours à l’endettement extérieur pour combler le déficit de capitaux propres nécessaires au financement du développement économique .

C’est dans cette sédimentation que des modèles de développement ont été expérimentés afin de rattraper les pays occidentaux. L’objectif final était d’aboutir à une croissance économique accélérée pour combler le déficit de développement qui les maintient dans un état de pauvreté inquiétant. La croissance économique qui aurait été amorcée aurait créé les ressources nécessaires au remboursement des prêts contractés.

Ainsi, à partir des années 1970, des sommes importantes ont été empruntées par les PSD pour satisfaire un désir d’investissement intensif destiné à réaliser des taux de croissance forte du produit intérieur brut mais au lieu de créer la croissance attendue, le mécanisme a conduit à un cercle d’endettement public extérieur.

Dans les décennies 80 marquées par de nombreux déséquilibres macroéconomiques: la chute des recettes publiques – l’accroissement excessif de la dette extérieure des Pays du Tiers Monde), la dette des PSD s’est multipliée par douze  une comparaison de la dette totale des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) entre 1970 et 1995 montre qu’elle est passée de 79 % à 195 % de leurs Exportations et de 20,3 % à 23,5 % de leurs Produits Nationaux Bruts .

NOTIONS – CONCEPTS – INTERPRETATIONS DE LA DETTE PUBLIQUE 

L’augmentation rapide de la dette du tiers monde ces dernières décennies (la dette extérieure totale de l’Afrique a progressé de 11 milliards USD en 1970 à 120 milliards USD au début des années 80, pour atteindre un point culminant de 340 milliards USD en 1995 a engendré de nombreux commentaires et a amené les économistes et observateurs politiques à s’interroger une nouvelle fois sur l’enjeu de la dette publique dans le développement d’un pays.

A cet effet, le financement des dépenses publiques et l’équilibre entre l’impôt et la dette ont alors de nouveau animé le débat entre économistes et décideurs politiques. Par ailleurs, l’endettement excessif du Tiers Monde reste d’actualité et la principale question que l’on se pose est celle de savoir ce qui peut expliquer cette crise d’endettement que les PSD connaissent de nos jours. Ainsi cette partie vise essentiellement trois objectifs :

• comprendre la problématique de l’endettement d’un pays,
• retracer l’évolution de la crise d’endettement du tiers monde,
• examiner les méthodes d’évaluation de la soutenabilité de la dette publique. :

Le premier ainsi que le second chapitre permettent de comprendre et d’illustrer les divers concepts relatifs à la dette publique ,les développements des grandes écoles de pensée et les diverses interprétations théoriques sur l’endettement d’un État ; le dernier chapitre quant à lui présente la dynamique économique de l’endettement .

CONCEPTS ET THEORIES D’ENDETTEMENT 

Concepts et Définitions

Dette publique
L’État, dans sa mission régalienne d’offre des biens et services collectifs, élabore chaque année un budget (dépenses et recettes prévisionnelles). Le problème se posant généralement à la suite de l’élaboration du budget de l’État est celui de son financement. Les difficultés surviennent lorsque l’État dépense plus qu’il ne perçoit de recettes. Il naît alors un déficit budgétaire, et pour le financer, il peut effectuer un emprunt auprès du système bancaire (Banque Centrale et Banques Commerciales). Il peut également avoir recours à un emprunt public interne (avec l’émission des titres) ou encore effectuer un emprunt extérieur. On appelle dette de l’État l’accumulation des emprunts passés de l’État.

La dette publique quant à elle, est la somme de la dette explicite de l’État (dette directement contractée par l’État), de la dette implicite de l’État (dette contractée notamment par les entreprises publiques, parapubliques, ONG, les Collectivités Décentralisées avec la garantie de l’État) et de la dette contractée sur l’État .

Classement de la dette publique suivant deux critères (origine et types) 

La dette extérieure
La dette extérieure d’un Etat représente l’ensemble des emprunts contractés par les pouvoirs publics d’un pays auprès de créanciers (privés ou publics, bilatéraux ou multilatéraux) extérieurs et non résidents.

La dette intérieure
Alors que la dette intérieure d’un État est l’ensemble des engagements contractés auprès d’acteurs résidents dans le pays et exprimés en monnaie locale. On parle de dette privée lorsque celle-ci est contractée par les agents économiques autres que l’État, elle peut être intérieure ou extérieure.

La dette bilatérale
Elle représente l’ensemble des engagements ou dette contractée par un Etat auprès d’un autre Etat ou/et négociée au sein du Club.

La dette multilatérale
Elle correspond à l’ensemble des dettes contractées par un État auprès d’un groupe d’États ou d’une Institution Financière Internationale (IFI), plus le pays est pauvre, plus la part de la dette est grande.

Dette extérieure et surendettement 

Endettement extérieur et dette odieuse 

Dette extérieure
L’endettement est l’ensemble des concours demandés par un Gouvernement auprès des partenaires bilatéraux, multilatéraux, institutions financières, marchés financiers pour financer les actions de développement qui n’ont pu être prises en charge par le budget national. C’est également le montant total des dettes contractées, chaque année l’endettement augmente à cause de nouvelles dettes et diminue parce que les dettes antérieures sont remboursées.

A ce point, il ne faut pas confondre endettement et déficit ou besoin de financement, certes le déficit annuel est à l’origine de la variation annuelle de l’endettement mis la dette extérieure est souvent le plus souvent remboursée en devises étrangères.

La dette odieuse
Selon Alexander Sack, théoricien de cette doctrine, « Si un pouvoir despotique contracte une dette non pas selon les besoins et les intérêts de l’Etat, mais pour fortifier son régime despotique, pour réprimer la population qui le combat, cette dette est odieuse pour la population de l’Etat entier. Cette dette n’est pas obligatoire pour la nation : c’est une dette de régime, dette personnelle du pouvoir qui l’a contractée; par conséquent, elle tombe avec la chute de ce pouvoir » .

Ainsi, les dettes contractées à l’encontre des intérêts de la population du pays endetté sont «odieuses» et, en cas de changement de régime, les nouvelles autorités ne sont pas tenues de les rembourser.

Le surendettement

Selon J.Sachs , le surendettement est analogue à la situation d’une entreprise insolvable non protégée par les lois de la faillite. Dans ce cas, les créanciers prennent des actions antagoniques pour se servir les premiers sur la valeur restante des actifs, préjudiciables à la survie de l’entreprise. Sachs démontre, à partir d’un modèle inter temporel à deux périodes, dans lequel le service de la dette agit comme une taxe désincitative à la production. Pour lui, il existe un seuil optimal d’endettement pour lequel tout supplément marginal d’endettement conduit à une réduction importante de l’investissement et le débiteur aurait intérêt à ne pas rembourser la dette. D’où la notion de debt overhang (le fardeau virtuel de la dette).

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIÈRE PARTIE NOTIONS – CONCEPTS – INTERPRETATIONS DE LA DETTE PUBLIQUE
CHAPITRE I CONCEPTS ET THEORIES D’ENDETTEMENT
SECTION I : Concepts et Définitions
SECTION II : Les notions des étapes de la balance des paiements
SECTION III : Autres définitions
3.1 la dette privée
3.2 taux d’intérêt nominal / taux d’intérêt réel
SECTION IV : La notion de Solvabilité et de soutenabilité
CHAPITRE II LES INTERPRETATIONS THEORIQUES DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE
SECTION I : Les anciennes conceptions
SECTION : II Les récentes conceptions
CHAPITRE III LA DYNAMIQUE ECONOMIQUE DE L’ENDETTEMENT PUBLIC
SECTION I : Les variations de l’encours de la dette :Impact de la dette passée – les intérêts de la dette – le solde primaire
SECTION II L’impact de l’endettement sur certaines variables
SECTION III : Création monétaire et Réduction de l’endettement
DEUXIEME PARTIE LA DETTE EXTERNE DU TIERS MONDE SES ORIGINES – SES ASPECTS SES DYNAMIQUES STRATEGIQUES
CHAPITRE I LES ORIGINES ET LES ASPECTS DE LA DETTE
SECTION I : Le contexte économique des années soixante dix et quatre vingt
SECTION II : Endettement et Consensus de Washington
SECTION III :Une dette économiquement intenable et moralement inacceptable
CHAPITRE II ENDETTEMENT ET ACTEURS STRATEGIQUES
SECTION I :Pourquoi les uns ont-ils prêté aux autres ?
SECTION II :Les raisons à l’origine de la crise de la dette (1979-1985)
SECTION III Pourquoi les uns veulent-ils qu’on annule la dette et les autres pas ?
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *