Cliniques universitaires : historique, définition et fonctionnement

Services offerts

Les services offerts dans les CU varient selon la clientèle ciblée et la discipline. Ainsi, à l’Université de Nouvelle-Angleterre, en Australie, dans une communauté où le taux de pauvreté et de problèmes sociaux sont élevés, les étudiants en soins infirmiers dépistent certaines maladies, prodiguent des traitements, effectuent des prescriptions, font du counseling axé sur la santé (health counseling), donnent de l’information à propos de la nutrition et recommandent des exercices (Stulhmiller et Tolchard, 2014).

Toujours en Australie, à la Peninsula Health and Monash University, les étudiants de la clinique universitaire interdisciplinaire intervenant avec des personnes âgées ayant récemment été hospitalisées effectuent une évaluation de l’état de santé, ainsi que des recommandations et des références (Haines et coll., 2014). Jorgenson et coll. (2016) rapportent qu’à la clinique de l’Université de Saskatchewan, les étudiants en pharmacie évaluent la médication des clients référés à la clinique et font des recommandations au référent. MacLean et Hindman (2014) mentionnent que les étudiants en médecine effectuent du dépistage de problèmes oculaires chez les diabétiques, une évaluation de la vision suite à une vision embrouillée ainsi que des dépistages de routine.

Dans les CU médicales, les étudiants effectuent des évaluations, ainsi que des prescriptions de médications, de tests de laboratoire, de traitements de physiothérapie ou de programme d’éducation. Simpson et coll. (2007) ont effectué un sondage auprès des facultés de médecine de 25 états des États-Unis et la plupart des services effectués par les étudiants en médecine sont des évaluations de l’état de santé, des références à d’autres services de santé, de la distribution de médicaments et de condoms ainsi que des tests de dépistage. La clinique JeffHOPE citée au Tableau 1 effectue le même type d’interventions (Hemba et Plumb, 2011).

Population desservies

Les clientèles ciblées sont souvent des personnes qui ont un accès difficile aux services de santé, pour des raisons différentes. Ainsi, une revue de littérature récente rapporte que 86,7% des CU oeuvraient auprès de clientèles vulnérables, les 13,3% restant n’ayant pas spécifié leur clientèle cible (Schutte et coll., 2015). Par exemple, en Australie, une CU dessert la clientèle âgée récemment hospitalisée, qui est souvent à risque de ré-hospitalisation sans suivi au retour à domicile (Kent et Keating, 2013). À Philadelphie (États-Unis), la clinique du Jefferson Medical College fournit des services aux personnes sans-abris et aux personnes ne possédant pas d’assurances (Hemba et Plumb, 2011).

La clinique CARES offre quant à elle des services aux clients sans assurance qui ne pourraient recevoir de soins dans des établissements conventionnels (Seif et coll., 2014). À Chester, aux États-Unis, la CU de physiothérapie de l’Institut pour l’éducation en physiothérapie de la Widener University offre des services aux clients sans assurance, ayant dépassé leur couverture ou n’ayant pas les moyens de payer pour les services de physiothérapie (Rayson et coll., 2016). Également, la clinique IMAGINE reçoit des personnes sans domicile fixe ou qui n’ont pas la carte d’assurance maladie qui leur donne accès aux services publics de santé (Passemore et coll., 2016).

À Ottawa, l’évaluation des besoins a démontré que la clientèle francophone de la région avait accès difficilement à des services de santé dans leur langue, ce qui peut les placer dans une situation de vulnérabilité en cas de besoins de services de santé. Ainsi, la CU dessert cette population spécifiquement (Dubouloz et coll., 2010). Puisque la plupart des CU offrent des services à des populations vulnérables (Schutte et coll., 2015) ou marginalisées (Hu et Luong, 2016), les professionnels en devenir développent des aptitudes à travailler avec ces dernières (Holmqvist, dans Passemore et coll., 2016), ce qui peut se traduire par une meilleure prise en charge de ces clientèles par les professionnels ayant gradué. Également, Passemore et coll. (2016) mentionnent que l’expérience des étudiants auprès de clientèles vulnérables permet d’apprendre à modifier leur évaluation et leur intervention pour s’adapter à la clientèle. Dans un milieu défavorisé, la présence d’une CU a donc un double avantage : sur les services à la population et sur la formation de professionnels mieux outillés (Stulhmiller et coll., 2015).

Production

Peu d’études ont évalué la production des CU. Toutefois, certaines ont été faites du point de vue de la production de services de santé et d’autres du point de vue de la production de services éducatifs. Hu et Leong (2016) ont évalué le temps d’attente pour avoir des services sans rendez-vous à la clinique IMAGINE. Dans une étude rétrospective des données administratives recueillies entre mai 2014 et juillet 2015, ils ont analysé le temps d’attente, le temps total dans la salle de traitement et le temps total de chaque client à la clinique. Au total, 268 clients ont été vus pendant les 234 heures d’ouverture. Le temps d’attente moyen était de 21 minutes, le temps d’intervention moyen était de 69 minutes et les clients étaient en moyenne 91 minutes à la clinique avant d’avoir leur congé. À la CU de l’Université de la Nouvelle Angleterre en Australie, une clinique ouverte une journée par semaine a vu en trois mois 378 personnes pour diverses problématiques (Stuhlmiller et Tolchard, 2015).

Face à la demande importante, les heures d’ouvertures ont été augmentées à trois jours semaines pendant neuf mois, puis à cinq jours par semaine par la suite. Ces auteurs ont estimé que la CU avait fait économiser à l’État 437 000$AU, qui est à parité avec le dollar canadien. La clinique de physiothérapie de Chester de l’Université de Widener en Pennsylvanie a eu 4380 visites en six ans d’opération et est passée de deux soirées d’ouvertures à quatre (Rayson et coll., 2016). Le JeffHOPE a pour sa part enregistré plus de 2000 visites par année (Hemba et Plumb, 2011). Le projet pilote REACH à Melbourne en Australie a évalué l’achalandage pendant les quatre premières demi-journées d’activités, étalés sur un mois (Buckley et coll., 2014) : au total 31 clients ont reçu des services, 24 ont été vu par un étudiant en médecine, 21 en physiothérapie, 10 en service social et neuf en soins infirmier. Le temps maximal à la clinique sans rendez-vous était de deux heures avec une moyenne de 45 minutes.

La clinique à l’Université d’Ottawa a reçu en trois ans d’activités 2 503 visites de clients (Dubouloz et coll, 2010), soit en moyenne 834 visites par année. Pour le volet éducation clinique, la clinique de l’Université d’Ottawa a reçu 253 étudiants en stage entre 2007 et 2010 (Dubouloz et coll, 2010) et à l’Institut for Physical Education de l’Université Widener en Pennsylvanie, tous leurs étudiants offrent volontairement des services de physiothérapie (Rayson et coll., 2016). Haines et coll (2014) ont déterminé le coût de fonctionnement de la clinique par une modélisation économique. Ils ont 15 établi que la clinique coûte 289$ par jour-stage à l’université, alors que le gouvernement d’état économise 49$ et que le gouvernement du Commonwealth économise 66$. Il coûte donc 175$ par jour-stage à la société.

Adaptation aux besoins des programmes universitaires

La principale raison de la mise en place des CU dans les facultés de médecine demeure l’augmentation des places de stages. Ces milieux vivent un plafonnement de la capacité des milieux cliniques à accueillir des stagiaires (Haines et coll., 2014). Stulhmiller et coll. (2015) expliquent que la pénurie de places de stage dans les milieux traditionnels s’explique par différentes raisons : manque d’espace, de matériel, de superviseurs compétents et disponibles. Couplé aux besoins grandissant de services en santé par la population (Haines et coll., 2014), la pression pour la formation clinique se fait sentir pour les facultés universitaires.

Certains auteurs mentionnent que les CU peuvent permettre d’augmenter l’exposition clinique des étudiants à des situations peu fréquentes dans les milieux traditionnels (Schutte et coll., 2015; Stulhmiller et coll., 2015). Également, les recherches ont démontré que ce contexte d’apprentissage permettait aux étudiants en médecine d’être exposés plus rapidement dans des situations réelles dans le cursus scolaire, puisque les milieux de stage traditionnels en médecine accueillent des étudiants plus avancés dans leur formation (Schutte et coll., 2016). Par ailleurs, l’absence ou la rareté de certains services peut également justifier la mise en place d’une CU.

Par exemple, en Angleterre, une des compétences attendues des sages-femmes est d’être en mesure d’avoir fait 100 suivis post-natals en formation clinique (Marsh et coll., 2015). Puisque ces soins sont de moins en moins financés par l’état, les milieux cliniques traditionnels ne pouvaient pas permettre d’atteindre cette exigence. La mise en place d’une CU a donc été évaluée afin de compenser cette pénurie d’opportunités d’exposition clinique dans les milieux traditionnels.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

1 Introduction
2 Présentation du projet : La Clinique universitaire de physiothérapie
2.1 Visée pour l’évaluation de la performance
3 Recension des écrits
3.1 Cliniques universitaires : historique, définition et fonctionnement
3.2 Services offerts
3.3 Population desservies
3.4 Satisfaction des populations
3.5 Production
3.6 Adaptation aux besoins des programmes universitaires
3.7 Adaptation aux besoins des étudiants
3.8 Constats
4 Objectifs et questions de recherche
4.1 Objectifs de recherche
4.2 Approche évaluative
4.3 Portée et originalité de l’étude
5 Cadre de référence
6 Méthodologie
6.1 Devis
6.2 Populations cible de l’évaluation
6.2.1 Personnel de la clinique
6.2.2 Étudiants-stagiaires
6.2.3 Référents
6.2.4 Clients
6.3 Variables et collecte de données
6.3.1 Choix des variables et des cibles
6.3.2 Sources de données administratives de la clinique
6.3.3 Groupes de discussion
6.3.4 Entrevues semi-structurées
6.3.5 Entrevues téléphoniques structurées
6.4 Outils de collecte de données
6.5 Déroulement de la collecte de données
6.6 Analyses
6.6.1 Banques de données administratives
6.6.2 Groupe de discussion et entrevues semi-structurées
6.6.3 Entrevues téléphoniques structurées
6.7 Diffusion des résultats
6.8 Considérations éthiques
7 Résultats
7.1 Participants
7.1.1 Personnel
7.1.2 Stagiaires
7.1.3 Entrevues individuelles
7.1.4 Entrevues téléphoniques structurées
7.2 Comment la CUP réussit-t-elle à s’inscrire en cohérence avec ses valeurs fondamentales ?
7.2.1 Consensus sur les valeurs
7.2.2 Niveau de connaissance des valeurs de la CUP
7.2.3 Niveau de cohésion entre les valeurs de la CUP et les services rendus
7.2.4 Climat organisationnel
7.3 Est-ce que la CUP atteint ses cibles en termes de production de services?
7.3.1 Volume de soins et de services et productivité
7.3.2 Coordination des services
7.3.3 La qualité des services
7.4 Est-ce que la CUP atteint ses buts/objectifs spécifiques ?
7.4.1 Satisfaction de la clientèle
7.5 Est-ce que la CUP parvient à s’adapter à court terme à son environnement et aux changements qui se produisent dans celui-ci ? Comment la CUP y parvient-elle ?
7.5.1 Acquisition des ressources
7.5.2 Adaptation aux besoins de la population
7.5.3 Adaptation aux exigences et aux tendances
7.5.4 Mobilisation de la communauté
7.5.5 Innovation et transformation
8 Discussion
8.1 Comment la CUP réussit-t-elle à s’inscrire en cohérence avec ses valeurs fondamentales ?
8.2 Est-ce que la CUP atteint ses cibles en termes de production de services?
8.3 Est-ce que la CUP atteint ses buts/objectifs spécifiques ?
8.4 Est-ce que la CUP parvient à s’adapter à son environnement?
8.5 Forces et limites de l’étude
9 Recommandations
10 Conclusion
Bibliographie
Annexe 1-Plan d’évaluation
Annexe 2-Guide d’entrevue des groupes de discussion avec les stagiaires
Annexe 3-Guide d’entrevue avec les membres du personnel de la clinique universitaire de physiothérapie
Annexe 4-Guide d’entrevue individuelle avec les référents
Annexe 5-Questionnaire téléphonique auprès des référents
Annexe 6-Rapport préliminaire
Annexe 7-Résultats détaillés des questionnaires téléphoniques

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *