Changement de statut d’une voie afin de permettre l’extension du centre-ville

Plérin, située sur le littoral breton, est une commune qui offre plusieurs facettes sur un vaste territoire. En effet elle est composée de six quartiers qui possèdent chacun leurs propres identités. Certains sont attachés au littoral, à la plage, à la falaise, au port, d’autres ont un réel attachement rural et sont plus excentrés, enfin le centre ville représente un espace urbain au milieu de toutes ces zones agglomérées. Une telle configuration nécessite une attention particulière dans le choix du modèle de développement urbain. Effectivement, la question de savoir sur quels pôles concentrer le développement se pose. Faut-il répartir l’urbanisation de la commune entre chacun des quartiers ? Chaque quartier a-t-il réellement vocation à se développer, à s’étendre ? Le PLU actuel semble indiquer le choix d’une extension de plusieurs de ses quartiers. Ainsi de nombreuses zones éparpillées sur la commune sont destinées à l’urbanisation. Cette orientation amène d’autres questions. Un tel modèle ne risque-t-il pas de morceler le territoire? Une consommation des terres agricoles ne va-t-elle pas faire fuir les agriculteurs ? Une urbanisation trop proche du littoral ne risque-t-elle pas de mettre en danger ce dernier ? Le choix d’un nouveau modèle de développement urbain va donc se poser. Il sera question de proposer une nouvelle orientation à la commune. Au-delà de cette nouvelle direction, le projet s’attachera à répondre aux manques observés, afin de réaliser un réel aménagement.

Etude du territoire

Localisation

Plérin-sur-Mer est une un commune littorale située dans les Côtes d’Armor au Nord de la Bretagne. Avec 14 000 habitants, elle est la 3ème commune la plus peuplée des Côtes d’Armor. Elle appartient à la communauté d’agglomération de Saint-Brieuc qui est composée de 110 000 habitants réparties sur 14 communes. De plus elle est située dans la première couronne de SaintBrieuc donc bénéficie de son influence directe qui est non négligeable dans le département. En effet, avec 50 000 habitants, Saint-Brieuc est la ville la plus peuplée et le chef-lieu des Côtes d’Armor. La superficie de Plérin est de 2772 hectares. Elle est limitée au Nord et à l’Est par les falaises de la Pointe du Roselier et les plages de sables fins des Rosaires et de Tournemine qui s’étendent sur plus de 2km. La commune est bornée par la vallée du Gouët qui la sépare de Saint-Brieuc. A l’Ouest, les communes limitrophes sont Trémuson et Pordic toutes deux appartenant à l’agglomération briochine.

Démographie

Une population croissante

On constate que la population de Plérin est en constante augmentation. Le dernier chiffre de la population de Plérin en 2011 est de 14 103 habitants. En 1999 elle était de 12 517, ce qui correspond à une augmentation de 12.6%. La commune a donc un taux d’augmentation annuelle de sa population d’un peu plus de 1%, ce qui est bien supérieur à la moyenne du département et de la communauté d’agglomération de Saint-Brieuc qui est de 0.6%. La population de la ville de Saint-Brieuc, quant à elle, évolue très peu. Il faut tout de même remarquer que depuis 2008, la population augmente moins vite et que le taux d’augmentation annuel est estimé à 0,75% entre 2012 et 2017.

Cette attractivité s’explique tout d’abord par le fait que Plérin appartient à la première couronne de Saint-Brieuc. La population briochine stagne, elle ne suit pas la même tendance des communes qui l’entourent. De plus la part des Plérinais qui travaille à l’extérieur de la commune est largement majoritaire avec près de 70% en 2008. La tendance est de travailler à Saint-Brieuc et de s’installer dans les communes directement limitrophes. Plérin constitue, pour une certaine part, une commune résidentielle de Saint-Brieuc. Ensuite son attractivité s’explique également par sa position le long du littoral, attirant forcément plus que l’arrière-pays. Enfin la RN12 qui dessert tout le Nord de la Bretagne et qui passe par Plérin et Saint Brieuc est un facteur important. Une diagonale dynamique s’est formée le long de cette voie. On peut donc dire que l’attractivité démographique de Plérin s’explique par sa position avantageuse et que tout laisse à penser que cette dynamique ne va pas s’arrêter.

La décohabitation familiale

Maintenant un autre constat observable à l’échelle nationale est celui de la décohabitation familiale. En effet le nombre d’occupants par résidence principale est en diminution. A population constante le nombre de ménages augmente car leurs tailles diminuent. La taille des ménages de Saint Brieuc Agglomération est passée de 3.28 en 1968 à 2.16 en 2006. Ce phénomène de décohabitation provoque une augmentation des besoins en logements. Entre 1999 et 2006 le nombre de résidences principales a augmenté de 771 et la population de seulement 995 habitants, ce qui correspond à environ 1,3 habitant par logement. Ce chiffre est inférieur à la moyenne de la taille des ménages ce qui montre bien que les logements construits ne sont pas faits juste pour suivre l’augmentation de la population mais d’abord pour répondre aux besoins déjà existants. Il y a donc un effet un manque de logement.

Le vieillissement de la population

Un phénomène observable, qui est commun à toute la France, est celui du vieillissement de la population. Ce phénomène est dû d’une part à une natalité plus faible et d’autre part à l’allongement de la durée de vie. On remarque en effet une augmentation entre 1999 et 2007 de la classe des 45/59 ans qui passe de 20 à 23% et celle des 75 ans qui passe de 6 à 8%. Cependant les catégories de population restent équilibrées et la population reste jeune. En effet la catégorie des 60-74 ans s’est stabilisée depuis 1999 et surtout les plus de 60 ans sont moins nombreux que dans le département. Malgré cette population encore jeune, le vieillissement de la population peut également s’observer à travers la répartition de la population en fonction des catégories socioprofessionnelles. En effet la part des retraités est importante.

Plérin est donc une commune à la croissance démographique forte, supérieure à la moyenne de l’agglomération. De plus, les deux phénomènes importants à relever sont ceux du vieillissement et du desserrement de la population. En effet la population plérinaise vieillit, cependant il faut noter qu’elle reste encore jeune et que les catégories d’âges sont encore équilibrées. D’autre part la taille des ménages est de plus en plus petite. Ces constats montrent donc que Plérin a des besoins en logements spécifiques, des besoins qui seraient donc des logements de petites tailles pour répondre à des phénomènes qui sont nationaux.

Parc de logements

Un parc dominé par les résidences principales
Sur le parc de logements plusieurs observations peuvent être faites. Tout d’abord le parc était composé à 88% de résidences principales en 2007 contre 79% en 1982 et contre 77% par rapport à la moyenne départementale. Cela s’explique en partie par le fait que le parc de résidences secondaires a commencé à alimenter celui des résidences principales depuis les années 90. Cette augmentation du nombre de résidences principales montre donc que la tendance sur la commune est d’avoir de moins en moins de logements inoccupés.

Un parc composé de grands logements

Ensuite une caractéristique forte de la commune est sa composition majoritaire de grands logements. En effet les résidences principales de cinq pièces ou plus représentaient près de 50% du parc en 2008 et ce chiffre est en augmentation. Ce phénomène peut paraitre très étonnant si on prend en compte les observations précédemment faites de vieillissement de la population et de décohabitation familial. Ces deux phénomènes devraient créer une demande de logements de petites tailles puisqu’ils créent des ménages de petites tailles. Le parc peut donc paraitre inadapté, cependant la demande en grands logements reste forte.

Un parc de logements sociaux faible

Enfin le parc de logements sociaux ne représentait que 12,68% (Source : Enquête réalisée par la Mairie de Plérin) du parc total en 2009 et il n’a que peu évolué depuis. L’article 55 de la loi SRU fixe le taux légal à 20%. Plérin est donc bien en dessous de ce taux, en plus de l’exposer à des sanctions financières (68 000 € au titre de l’année 2011), ce faible taux de logements sociaux pose des problèmes de mixité sociale beaucoup plus inquiétants.

Les objectifs du PLH

Il est important de prendre en compte le nouveau PLH de Saint-Brieuc Agglomération qui entre en vigueur cette année et qui court jusqu’à 2017. Sur cette période il est demandé à Plérin de construire 450 nouveaux logements sur un ensemble de 5400 pour toute l’Agglomération. Cela représente donc 75 nouveaux logements par an en moyenne. Ce taux est moins élevé que les années précédentes, cependant cela s’explique par un nombre de logements construits extrêmement élevé avant 2008, parfois au détriment de réseaux qui ne peuvent pas suivre, et par un réajustement après la crise. Parmi ces nouveaux logements 81,5% devront être construits en urbanisation nouvelle. Un tiers devra être construit en logements collectifs. Pour Plérin, 30% de la production devra correspondre à des logements sociaux afin de rattraper son retard, parmi ces logements sociaux 30% devront être en PLAI (Prêt Locatif Aidé d’Intégration) et 70% en PLUS (Prêt Locatif à Usage Social). Pour ces nouvelles constructions, environ 20 hectares seront nécessaires sur les 5 ans dont 16 hectares en urbanisation nouvelle. Enfin le PLH préconise une densité d’au moins 20 logements par hectare pour le logement individuel et de 35 logements par hectare pour le collectif. Après 2017, le PLH prévoit de garder un taux de nouveaux logements à peu près équivalent, c’est-à-dire 75 logements par an.

Le parc de logement est donc constitué en grosse majorité de résidences principales et individuelles. De plus, près de la moitié du parc est composé de logements individuels de cinq pièces ou plus et ce type de logement de grande taille reste très demandé. Ensuite le parc locatif n’est pas très élevé même s’il est en très légère augmentation. Et pour finir un constat plus inquiétant est le faible taux de logements sociaux. Pour essayer de rééquilibrer le parc, il faut donc construire une part un peu plus importante de petits logements notamment de types locatifs pour répondre d’une part aux observations de diminution de la taille des ménages, et d’autre part pour répondre aux besoins des jeunes ménages dans leurs parcours résidentiels. Cependant la demande en grands logements reste importante dans la commune, il faut prendre en compte cet aspect. Enfin le nouveau PLH a donné des objectifs précis qu’il faut intégrer.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
I. Diagnostic
A. Etude du territoire
1. Localisation
2. Démographie
3. Parc de logements
4. L’accueil des personnes âgées
5. Une absence de parcs urbains
6. Le modèle de développement urbain de Plérin
B. Enjeux
C. Etude du terrain
1. Délimitation de la zone d’étude
2. Occupation des sols
3. Etude de la végétation
4. Chemins de randonnées
5. Etude du centre ville
6. Etude du réseau routier autour du centre ville
7. Caractéristiques de la RD786
8. Entrée de ville sud
9. Une nouvelle clinique
10. Bilan
II. Les objectifs
A. Un quartier durable
B. Principales étapes
III. Propositions d’aménagement
A. Regroupement des zones à urbaniser sur le terrain étudié
B. Requalification de la RD786
1. Portion n°1
2. Carrefour n°2
3. Portion n°2
4. Carrefour n°3
5. Portion n°3
6. Carrefour n°6
7. L’impact sur le flux de la nouvelle voie
C. Un nouveau quartier s’incorporant au cœur de ville et à la vallée
1. Les limites du quartier
2. Plan du quartier
3. Le logement
4. L’accueil des personnes d’âgées
5. La mixité fonctionnelle
6. Les espaces publics
7. Un parc urbain
8. Un quartier prenant en compte les problématiques du développement durable
9. Vue d’ensemble de l’aménagement
Conclusion
Bibliographie
Index des sigles
Annexes

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.