Cartographie des routes coupées du val de Tours en cas d’inondation par la Loire

Un exercice « crue majeure de la Loire » mené en 2007 par les services de l’Etat a mis en évidence certaines lacunes en terme de connaissances sur les axes disponibles pour évacuer la ville de Tours en cas d’inondation du val. Pourtant l’enjeu est de taille puisque près de 130 000 personnes devront fuir. Il est donc primordial d’étudier les phénomènes d’inondation possibles pour pouvoir anticiper la crise le cas échéant. Partant de ce constat la Direction Régionale de l’Environnement de région Centre (DIREN Centre) et la Direction Départementale de l’Equipement d’Indre et Loire (DDE 37) ont convenu d’établir un atlas cartographique des routes coupées du val de Tours en fonction des niveaux d’eau prévus aux échelles de crue. J’ai été recruté comme stagiaire conjointement par ces deux structures pour effectuer ce travail.

Présentation des structures d’accueil : 

La DIREN Centre :

La Direction Régionale de l’Environnement de région Centre est un service déconcentré du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durables et de la Mer (MEEDDM). Son action est régionale. Elle assure la coordination des actions conduites au nom du MEEDDM par les services départementaux de l’État et ses établissements publics. Elle met en œuvre directement certaines politiques liées à la nature, aux paysages et aux risques naturels. Ses missions s’exercent sous l’autorité du préfet de région et des préfets de département. Elle se compose de 5 services :
– un secrétariat général
– un service de Bassin Loire-Bretagne
– un service Hydrologie et Prévision des Crues
– un service Nature, Paysages et Qualité de Vie
– un service de l’Eau et des Milieux Aquatiques

J’ai été recruté par le service Hydrologie et Prévision des Crues (SHPC), sous la direction de M. David GOUTX, chef de service. Le SHPC a la charge de prévoir les crues et d’en déterminer les débits, les niveaux, les moments d’apparition et la durée des phénomènes en différents endroits des régions traversées par la Loire et ses affluents depuis sa source jusqu’à Langeais. L’information est transmise aux services concernés selon une hauteur d’eau prévue sur des échelles de référence. L’échelle de référence en crue du val de Tours pour la Loire est située en aval immédiat du pont Wilson, côté rive droite.

La DDE 37 : 

La Direction Départementale de l’Équipement d’Indre et Loire est aussi un service déconcentré dépendant du MEEDDM. Son action est départementale. Elle regroupe plusieurs domaines de compétences : urbanisme, aménagement du territoire, environnement, prévention des risques, politiques et financement de l’habitat, sécurité routière, transports, éducation routière, entretien du domaine fluviale, bâtiment, assistance auprès des collectivités. Six services la composent :
– le SG : Secrétariat Général
– le SPOTE : mission Stratégie Prospective Observation des Territoires et Evaluation
– le STEF : service Sécurité Transport Education routière et Fluvial
– le SUHE : Service Urbanisme Habitat et Environnement
– le SCIBA : Service Construction Ingénierie et Base Aérienne
– le DILO : Délégation Inter-Service du Logement
Quatre subdivisions territoriales basées à Neuillé-Pont-Pierre, Amboise, Chinon et Loches viennent conforter le travail sur le terrain. J’ai réalisé mon étude pour le service STEF, au sein duquel j’ai travaillé dans l’unité DéfenseCrise-Transport (DECRIT), sous la direction de M. Jean-Pierre VERRIERE, chef de l’unité. Les actions prioritaires du DECRIT sont :
– d’assurer et de maintenir le caractère opérationnel des missions de la DDE 37 dans la cadre des plans de gestion de crise.
– de développer la complémentarité avec les collectivités territoriales par un apport d’expertise sur la préparation des crises et leur gestion en liaison avec les autres services de la DDE.
– d’améliorer la connaissance du réseau routier et des problèmes actuels ou à venir qui peuvent se poser sur ce réseau en situation de crise.
– d’intervenir dans des missions de contrôle des transports guidés et routiers de voyageurs.
– d’organiser les itinéraires et de maintenir les réseaux permettant la circulation des transports exceptionnels sur le réseau routier du département.
– de réaliser l’étude d’adaptation des itinéraires de transports de matières dangereuses dans l’agglomération tourangelle.

Organisation de mon travail :

J’ai travaillé pour l’essentiel de mon stage au sein des bureaux administratifs de la DDE 37, dans le bâtiment du Cluzel au 61 de l’avenue de Grammont à TOURS (37000). J’ai pu bénéficier d’un bureau personnel et des outils informatiques utiles à mon travail.

David GOUTX, chef du service SHPC de la DIREN Centre, a supervisé l’ensemble de mon étude. Tous les 15 jours, nous nous réunissions David GOUTX, Jean-Pierre VERRIERE ainsi que moi-même pour discuter de l’avancée des travaux et pour convenir ensemble des orientations de travail. En outre, d’autres employés de la DDE m’ont apporté leur aide, leur connaissance, leur savoirfaire et leur expérience, tant sur le thème des inondations que d’un point de vue informatique. L’idée commune DIREN Centre / DDE 37 est de disposer de cartes figées basées sur des scénarios pré-établis suivant les axes qui suivent :
– un pas de montée des eaux dans le val de 20 cm
– une inondation par remontées de nappes et de réseaux
– une inondation par rupture de digue au niveau des brèches historiques,
– une inondation par surverse des digues,
– l’influence d’une crue de Loire sur ses affluents et réciproquement.

Environnement de l’étude :

Situé entre la Loire et le Cher, le val de Tours s’étend sur une longueur de 26 km depuis le coteau de Montlouis-sur-Loire jusqu’au confluent de la Loire et du Cher à Villandry. Sa superficie est d’environ 4600 hectares.

Bien qu’il soit entièrement endigué, le val de Tours a été inondé à plusieurs reprises par la Loire lors de fortes crues au siècle dernier (précisément en 1846, 1856 et 1866). Seuls des quartiers hauts de la ville de Tours ont pu être épargnés des eaux et les pertes furent considérables, tant d’un point de vue humain que matériel. Les phénomènes d’inondation constatés furent diverses : infiltrations à travers les levées, saturation des réseaux d’assainissement, ruptures de digues, surverses des eaux. Depuis 1866, le val de Tours n’a plus connu de crue catastrophique et son urbanisation s’est accentuée, imperméabilisant d’autant plus la superficie du val : la ville de Tours occupe aujourd’hui toute la zone centrale comprise entre la Loire et le Cher. Les communes à la périphérie (Saint Pierre des Corps, la Ville-aux-Dames, la Riche) ont suivi cette croissance. Les communes plus éloignées telles que Saint Genouph ou Berthenay, restées longtemps rurales, suivent dorénavant la même tendance.

Pourtant le risque inondation au sein du val de Tours reste entier. Nous ne somme en aucun cas à l’abri de phénomènes météorologiques semblables à ceux du siècle précédent, et même voir pire. Renards hydrauliques*, fondations inconnues et animaux fouisseurs sont autant de points faibles sur les digues que l’on ne peut pas maîtriser. Enfin un abaissement du lit de la Loire suite à des extractions massives de granulats au cours du siècle passé fragilise d’autant plus les levées en leur pieds et laisse planer le doute quand au bon fonctionnement des systèmes de protection existants (déversoirs). Les crues catastrophiques de ces récentes années, à l’image de celle de Vaison-la-Romaine en septembre 1992, ont ravivé les craintes et une nouvelle attention est portée sur le risque inondation. Le val de Tours est d’autant plus concerné qu’il est sujet au risque industriel, avec en autre la présence de trois sites SEVESO de seuil haut sur sa partie amont (commune de St Pierre des Corps). En janvier 1994, le ministère de l’environnement lance un plan global d’aménagement de la Loire appelé « Plan Loire Grandeur Nature ». Celui-ci vise à concilier la sécurité des personnes, la protection de l’environnement et le développement économique. Une équipe pluridisciplinaire est formée pour mener des études et améliorer les connaissances sur la Loire. Des travaux d’entretien et de renforcement des levées sont réalisés, ainsi que des travaux d’entretien et de restauration du lit de la Loire. La même année, la DIREN Centre édite un atlas cartographique des zones inondables et des vitesses marquées de la vallée de la Loire sur la base de données historiques et de modèles hydrauliques. Des zones d’aléas sont définies et permettent d’établir un cadre juridique pour limiter l’urbanisation des vals, dont celui de Tours. La législation vient s’appliquer au travers des Plans de Prévention des Risques Inondation (PPRI) qui sont des documents cadre mettant en œuvre les principes de gestion des zones inondables fixés par circulaire le 24 janvier 1994 :
– préservation des champs d’expansion des crues (parties non urbanisées).
– inconstructibilité des zones d’aléas les plus forts et réduction de la vulnérabilité des constructions admises dans les zones d’aléas les moins forts.
– interdiction des remblais et endiguements nouveaux non justifiés pour la protection des lieux fortement urbanisés. Enfin des arrêtés préfectoraux obligent dorénavant à informer les acquéreurs et les locataires de biens immobiliers sur les risques naturels et technologiques majeurs. Ceux de St Pierre des Corps et de Tours ci-joint en annexe 1 définissent quatre types d’inondations possibles :
– des inondations de plaine par débordement de la Loire et du Cher.
– des inondations du val par surélévation de la nappe phréatique.
– des inondations par défaut d’écoulement des eaux pluviales en cas d’insuffisance ou de panne des systèmes de pompages destinés à envoyer les eaux de pluie vers la Loire ou le Cher.
– des inondations du val par rupture des digues.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
Partie 1 : Contexte de l’étude
I- Présentation des structures d’accueil
1) La DIREN Centre
2) La DDE 37
II- Organisation de mon travail
III- Environnement de l’étude
Partie 2 : Inondabilité du val de Tours
I- Inondations par remontées de nappe
1) Recherches d’informations sur la nappe du val de Tours
2) Cartographie du val inondé
II- Inondation par rupture de digue
1) Matériel
2) Méthode
Partie 3 : Interprétation des résultats
I- Cartes d’inondabilité par remontées de nappe
1) Potentialités du modèle
2) Les limites du modèle
3) La validité du modèle
II- Scénarios d’inondations par rupture de digue
1) Les limites de l’informatique
2) Exemple d’une simulation
Conclusion
Bibliographie
Annexes

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.