Caracterisation sedimentologique de l’erosion hydrique

Le sol est le support nourricier direct ou indirect de toute forme de vie sur Terre. Il recouvre presque la totalité de la surface terrestre d’une mince couche ayant de quelques centimètres à plusieurs centimètres (HUBERT, 1983). Il est particulièrement important pour l’agriculture, la couverture végétale, l’environnement et le paysage. Ainsi, c’est un élément important de l’habitat et du bien-être des hommes. Le monde entier rencontre des difficultés en termes de dégradation des sols. Le phénomène de la dégradation influe directement sur plusieurs domaines : écologique, social et économique. Il pourrait déstabiliser effectivement l’équilibre de l’écosystème. L’érosion est l’une des causes importantes de la destruction du sol. Elle est due à plusieurs facteurs à savoir le climat, la nature et la pente du sol, la couverture végétale et les activités anthropiques (cultures et élevages…). Parmi ces facteurs, le climat est le plus important. L’action de la pluie et du vent provoquent une dégradation rapide pour les horizons superficiels qui ne sont pas suffisamment protégé par la végétation et qui ont des caractères agressifs.

PRESENTATION DU SITE D’ETUDE

Cadre géographique 

Antsahamaina est l’une des Fokontany qui constitue la Commune Rurale d’Antanifotsy, situé à un (1) kilomètre au Nord du Chef-lieu de la Commune. La commune rurale d’Antanifotsy est située à 112 km au Sud de la capitale, au bord de la RN7. Elle fait partie dans la région Vakinakaratra, district Antanifotsy . La commune est limitée au Nord par la Commune Rurale d’Ampitatafika, à l’Ouest, par la commune rurale de Soamanandrariny, au Sud, par la commune rurale d’Ambatolahy et Andranofito, et à l’Est par la commune rurale d’Ambatomiady. La commune rurale d’Antanifotsy couvre une superficie de 327 Km2 présentant 47 fokontany. (Monographie d’Antanifotsy 2016).

Réseau Hydrographique

Le réseau hydrographique de la commune rurale d’Antanifotsy est alimenté surtout par des sources montagnardes d’Ankaratra. L’irrigation est dominée par la rivière Onive et ses affluant . Ces derniers drainent la commune, y creusent de larges vallées à méandres et y déposent des alluvions relativement récentes. Chaque année l’inondation a sévi une partie de la commune, surtout le long de la rivière (ONIVE) causant des dégâts très importants aux cultures, estimés de 25 à 35% et même 90 à 95% pendant les passages successifs des cyclones tropicaux, dans certains Fokontany (RAZANADRAKOTO, 2008).

Milieu Physique

La Commune rurale d’Antanifotsy se situe intégralement au sein du massif montagneux de l’Ankaratra, entre 1.300m et 1.800m d’altitude. Dans la partie du Nord, (Saonjorano, Ankararana, Ambohimanatrika, Ambatoharanana, Tokotanitsara) se trouve des montagnes à profil relativement tortueux du pied des hauts sommets de l’Ankaratra. A l’Ouest, au Sud-Ouest, au Sud, au Sud Est et à l’Est, c’est-à-dire sur plus de la moitié de la superficie de la Commune Rurale d’Antanifotsy, ce sont de moyennes collines à pente douce et d’étroites vallées qui dominent. Le Nord est le Centre sont constitués d’assez larges plaines traversées par les principaux cours d’eau.

Géologie

Le site de la CR d’Antanifotsy fait partie du terrain sédimentaire de néogène lacustre. Dans le secteur minier, Antanifotsy possède des richesses minières inestimables (0r, lignite, graphite, trachyte, migmatite, kaolin, fer, rubis, tourmaline,…) qui méritent une étude plus approfondie afin de les exploiter rationnellement . Certains domaines y figurent également, à savoir : le commerce, le transport, la pêche et le secteur minier. Le bassin d’Antanifotsy s’étend le long du cours de l’Onive, depuis le parallèle d’Ampitatafika au Nord, jusqu’à celui d’Ambatomainty, à une dizaine de kilomètres au Sud d’Antanifotsy. Son terrain en regorge encore beaucoup pluies. Il est limité à l’Est par la crête gneissique de l’Ambohitranga qui le sépare du bassin de Sambaina. La coupe générale Nord-Sud montre le socle cristallin affleurant dans les fonds des vallées de l’Onive (altitude 1570 m) et d’Anjoma. Ces vallées sont séparées par la haute crête Est-Ouest du Manaravolona (altitude 1740 m), dont les flans sont constitués par des sédiments lacustres et la partie supérieure par une importante coulée basaltique.

Climatologie

C’est un Climat de type tropical d’altitude avec deux saisons bien distinctes : saison chaude et humide (Novembre à Avril dont la température oscille entre 18 et 22 degré Celsius) et de saison fraîche à froide et plutôt sèche (Mai à Octobre où la température frôle fréquemment les 06°C en Juin et Juillet avec parfois de la gelée au petit matin). La précipitation moyenne est de l’ordre de 1.500mm, et les précipitations sont concentrées en été (Monographie de la commune rurale d’Antanifotsy, 2016).

Sols et Végétation

Sols

Sur le plan pédologique, la commune est caractérisée par la prédominance de deux types de sol :

● les sols ferralitiques
Comme sur toutes les Hautes Terres Centrales, les sols dominants dans la commune sont les sols ferralitiques rouges. Ils constituent la majeure partie de la zone élevée surtout dans les plateaux et les pentes. Or ces sols ferralitiques sont caractérisés par leur sensibilité à l’érosion. Ils sont peu fertiles puisque la teneur en matière organique ou minérale est faible.
● les sols alluviaux
Ils se trouvent dans les bas-fonds, les vallées et surtout le long de l’Onive. Ils ont une fertilité relativement élevée puisque le ruissellement en période pluvieuse y dépose des éléments fertiles. Par conséquent, les sols alluviaux sont des sols favorables à l’agriculture comme la riziculture et la culture de pomme de terre.

A part de ces deux type de sol, d’autres type de sol sont trouvés aussi à savoir :
● sols humifères noirs (andosols) sur les collines volcaniques qui sont très fertiles et favorables aussi à l’agriculture ;
● sols hydromorphes, constitués par des sols de marais actuels et anciens dans les bas-fonds. (Monographie de la commune rurale d’Antanifotsy).

Végétation

La couverture forestière de la commune est très réduite. Il n’y a plus des forêts primaires d’où, dominance des formations graminéennes, des espèces ligneuses dans la colline et du peuplement forestier de reboisement (eucalyptus et des pins). Comme l’ensemble des Hautes Terres Centrales, la commune rurale d’Antanifotsy est caractérisée par une dégradation de la végétation naturelle. La forêt naturelle a pratiquement disparu dans l’ensemble de la commune. Mais en ce qui concerne les reboisements, ils sont dispersés. Ils sont caractérisés par des peuplements d’eucalyptus, de pins et des mimosas. Actuellement ils sont utilisés pour produire du bois d’œuvre, du charbon de bois et du bois de chauffe. Le couvert graminéen constitue la formation végétale la plus étendue dans la commune. Il représente la quasi-totalité de la couverture végétale de la commune. Il résulte de la dégradation de la végétation naturelle originelle. Mais, il subit aussi à son tour une dégradation à cause du passage annuel des feux (BAILLY et al, 1976).

Dans notre zone d’étude, la couverture végétale est en train de disparaître . Généralement, elle est caractérisée par le déséquilibre écologique et diminution forestière. D’après les enquêtes fait auprès des personnes autorités dans le Fokontany, cette diminution de la couverture végétale est due à l’augmentation démographique, les actions anthropiques effectués par l’homme sur l’environnement (feux de brousses fréquents, coupe abusive de bois, fabrication de charbon de bois), à la pression démographique élevée, au changement climatique et enfin, la catastrophe naturelle. Ces différentes causes de sa disparition de la couverture végétale apportent des effets majeurs tels que régression de la superficie forestière, envahissement des espèces introduites sur les espèces endémiques, réduction du taux de régénération naturelle, fragmentation et dégradation de la forêt, capacité réduite de la forêt de Tapia de produire des biens et services, diminution de l’abondance de la potentialité des ressources naturelles, formation des Lavaka, des ravinements dans la région et enfin Ensablement des rizières et des bas-fonds. Sur le plan humain : ils provoquent des moyens de substance limités (exemple : terre etc.), revenus bas tirés des produits forestiers, pauvreté plus poussée de la population locale. (Source : auteur, d’après les enquêtes auprès des paysans et observations sur terrain, Septembre, 2018). Outre la perte du capital sol et les dégâts causés sur les terres agricoles, les dommages entraînent les pollutions des eaux, inondations des zones basses sous la forme de coulées boueuses.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
Chapitre 1 : GENERALITES
I-1. PRESENTATION DU SITE D’ETUDE
I-1-1. Cadre géographique
I-1-2. Réseau Hydrographique
I-1-3. Milieu Physique
i. Géologie
ii. Climatologie
iii. Sols et Végétation
I-1-4. Activités principales de la population
i. Agriculture
I-2. Généralités sur l’érosion
I-2-1. Définition
i. Erosion
ii. Érosion hydrique
I-2-2. Mécanismes de l’érosion hydrique
I-2-3. Différents formes de l’érosion hydrique
i. Erosion en nappe « sheet érosion » ou érosion diffuse
ii. Erosion en rigole
iii. Erosion par ravinement
iiii. Erosion en lavaka
Chapitre 2 : MATERIELS ET MÉTHODES
II-1. MATERIELS
II-1-1. Matériels utilisés sur le terrain
II-1-2. Matériels utilisés aux laboratoires
II-2. METHODES
II-2-1. Etudes bibliographiques et webographiques
II-2-2. Elaboration de fiches d’enquêtes
II-2-3. Descente sur le terrain : collecte des données et prélèvement d’échantillons
II-2-4. Analyses aux laboratoires
Chapitre 3 : RESULTATS ET INTERPRETATIONS
III-1. RESULTATS DE TRAVAUX SUR TERRAIN
III-1-1. Différents types et aspect d’érosion sur le versant de la zone rurale Antanifotsy
III-2. RESULTATS DES TRAVAUX EN LABORATOIRE
III-2-1. Granulométrie
III-2-2. Morphoscopie
III-2-3. La perte en sol dans la zone d’étude
Chapitre 4: DISCUSSIONS
IV-1. CAUSES DE L’EROSION HYDRIQUE
IV-1-1. Causes naturelles
IV-1-2. Causes anthropiques
IV-1-3. Les impacts de l’érosion hydrique dans la zone d’étude
IV-2. GRANULOMETRIE ET MORPHOSCOPIE
CONCLUSION

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *