Assemblage poteau – console de la poutre de roulement (HEA500–HEB360) 

Evaluation des Charges

Introduction

Ce présent chapitre fournit les principes généraux et procédures pour la détermination des différentes charges agissantes sur notre structure. Ces charges sont définies par la charge permanente (structure porteuse et éléments non porteurs) et aux surcharges d’exploitation (équipements, foules de personne…). En plus, chaque ouvrage est sollicité par les surcharges climatiques (neige, vent et température) et aux actions accidentelles (séisme, chocs…). Ces dernières ont une grande influence sur la stabilité de l’ouvrage. Pour cela, une étude approfondie doit être élaborée pour la détermination de ces différentes actions.

Charges Permanentes

Les charges permanentes notées « G » sont des charges qui ne varient pas dans le temps. Il s’agit du poids propre de la structure elle-même, ainsi l’équipement de l’ouvrage tel que (la couverture, les revêtements, le rail du pont roulant…). Elles sont données dans les documents techniques réglementaires ou sont fournis par le fournisseur.

Surcharges d’exploitation de la toiture

Les surcharges d’exploitation sont déterminées suivant le document technique réglementaire charges et surcharges d’exploitations (D.T.R-B.C-2.2).
Pour la toiture sans accès autre que le nettoyage et l’entretien nécessaire, les charges d’entretien sont conventionnellement assimilées à deux charges concentrées de 1kN appliquées au 1/3 et aux 2/3 des portées.

Calcul des lisses de bardages

Introduction

Les lisses de bardages sont constituées de poutrelles (IPE, UAP, UPN) ou de profils minces piles. Disposées horizontalement, elles portent sur les poteaux de portiques ou éventuellement sur des potelets intermédiaires. L’entre axe des lisses est déterminé par portée admissible des bacs de bardage.

Espacement des lisses

Les lisses de bardages sont constituées de poutrelles (IPE, UPN, UPE) ou de profils minces pliés. Etant disposées horizontalement, elles sont portées soit par les poteaux de portiques, soit par les potelets intermédiaires
Notre structure à une hauteur des poteaux de 12 m et d’une hauteur de 14 m jusqu’au faitage, elle est entourée par des murs de maçonnerie d’une hauteur de 9,9 m donc nous ferons un bardage pour la partie qui reste avec une hauteur de 4,1 m
• Espacement des lisses (e = 1,4 m)
• Nombre de lisses (n = 4)

Dimensionnement des lisses

Pour les conditions de réalisation et d’esthétique, les lisses de bardage doivent être de même type et de même dimension. Pour dimensionner, on tiendra compte de la valeur la plus défavorable entre la pression de vent exercée sur le pignon et sur le long-pan.

Calcul des potelets

Les potelets sont des éléments en profile laminé souvent des profilés en I ou H prévus sur le pignon pour réduire la portée entre les poteaux et diminuer la portée des lisses supportant le bardage isolants, qui ont pour rôle de transmettre les différents efforts horizontaux à la poutre au vent et les efforts verticaux vers le sol. Sous l’action du vent, le potelet travaille à la flexion composée.
Ils sont considérés comme articulés dans les deux extrémités.

Etude Sismique

Introduction

Les actions sismiques sur un bâtiment sont des actions dynamiques complexes, elles se manifestent par des mouvements essentiellement horizontaux imposées aux fondations. Les forces d’inertie créées par leur masse, qui s’oppose aux mouvements, permettent aux constructions de résister à ces mouvements entraînant, par la même, des efforts dans la structure.
L’objectif visé dans ce chapitre est la détermination des efforts sismiques susceptible à solliciter notre structure. Pour ce faire, il est nécessaire de faire appel à l’une des trois méthodes de calcul préconisées par le « règlement parasismique Algérien RPA 99- v2003- (D.T.R-B.C-2.48), qui met à notre disposition trois méthodes de calcul :
• La méthode statique équivalente
• La méthode d’analyse modale spectrale (spectre de réponse)
• La méthode d’analyse dynamique par un accélérogramme
Suivant la particularité de la structure de notre bâtiment, notre calcul se fera par la méthode d’analyse modale spectrale car elle représente une répartition vertical et horizentale des forces sismiques, et de plus notre structure ne répond pas au condition d’application de la méthode statique équivalente.

Principe de la méthode

Elle consiste à déterminer les effets extrêmes engendrés par l’action sismique par le calcul des modes propres de vibrations de la structure qui dépendent à la fois de sa masse, de son effet d’amortissement et de ses forces d’inertie à travers un spectre de réponse de calcul.

Classification

Classification des zones sismiques

Le territoire national est divisé en quatre zones de sismicité croissante, définies sur la carte des zones de sismicité et le tableau associé qui précise cette répartition par wilaya et par commune.
• ZONE 0 : sismicité négligeable
• ZONE I : sismicité faible
• ZONE IIa et IIb : sismicité moyenne
• ZONE III : sismicité élevée
Pour notre cas, et d’après la carte et le tableau cité précédemment ; Tlemcen se situe dans une zone de sismicité faible « ZONE I »

Classification de l’ouvrage

D’après le RPA99V2003, notre ouvrage est classée en Zone I groupe 3. Selon le rapport géotechnique relatif, cet ouvrage on est en présence du sol meuble de catégorie S2.

Analyse dynamique

L’étude dynamique d’une structure telle qu’elle se présente réellement, est souvent très complexe et demande un calcul très fastidieux. C’est pour cette raison qu’on fait souvent appel à des modélisations qui permettent de simplifier suffisamment le problème pour pouvoir l’analyser.
Elle permet de déterminer pour chaque modes de vibration, les éfforts et les déplaçements maximums d’une structure lors d’un séisme, qui sont combinés par la suite pour obtenir la réponse de la structure.

Modélisation de la structure

La modélisation représente l’établissement d’un modèle à partir de la structure réelle. Ce travail sera suivi de certaines modifications en vue d’approcher au maximum le comportement de la structure d’origine.
On fait appel pour la modélisation de notre structure au logiciel ROBOT, ce dernier est un logiciel de calcul est de conception des structures d’ingénierie, particulièrement adapté au bâtiment et ouvrage de génie-civil. Il permet en un même environnement la saisie graphique des ouvrages avec une bibliothèque d’éléments autorisant l’approche du comportement de ces structures, il offre de nombreuses possibilités d’analyses des effets statique et dynamique avec des compléments de conception et de vérification de structure

Etapes de modélisation

• Opter pour un système d’unité (KN et m)
• Définition de la géométrie de base
• Définition des matériaux
• Définition des sections

Analyse modale

Le calcul des effets maximums d’un séisme sur une structure se détermine par le biais de la méthode intitulée « analyse modale spectrale » qui se caractérise par la sollicitation sismique décrite sous la forme d’un spectre de réponse.
Une bonne modélisation permet, à travers ce type d’analyse appliqué à toute forme de structure, d’obtenir des résultats les plus exacts et les plus satisfaisants possibles et dont la fiabilité est extrême.
Le spectre est caractérisé par les données suivantes :
• Zone I
• Groupe d’usage 3
• Coefficient de comportement 4
• Amortissement 5%
• Facteur de qualité 1,15
• Site ferme S2

Dimensionnement des Eléments Structuraux

Introduction

Le calcul d’une structure exige que sous toutes les combinaisons d’action possible définies réglementairement, la stabilité statique doit être assurée tant globalement, au niveau de la structure, qu’individuellement au niveau de chaque élément.
Les diverses sollicitations, générées par les actions, développent des contraintes au sein même des matériaux ce qui peut provoquer la déformation des éléments qui composent la structure.
Il est impératif donc de vérifier que les contraintes et les déformations sont en dessous des limites admissibles conformément à la réglementation pour garantir le degré de sécurité souhaité.
Justification des traverses

Charge répartie sur la traverse

• Poids de la tôle nervurée
• Poids des pannes
• Poids propre de la traverse
• Charge d’entretien

Caractéristiques de la traverse

Après introduction des charges sur la structure, le logiciel ROBOT nous a proposé commeprofilé IPE 600 pour les traverses, ses caractéristiques sont les suivantes :

Calcul Des Assemblages

Introduction

La conception et le calcul des assemblages ont une importance équivalente à celle du dimensionnement des pièces constituant la structure. En effet, les assemblages constituent un dispositif qui permet de réunir et de solidariser les pièces entres elles, en assurant la transmission et la répartition des diverses sollicitations régnant dans les différents composants structurels, en cas de défaillance d’un assemblage, c’est bien le fonctionnement global de la structure qui est remis en cause.
Le calcul des différents éléments structuraux est fait selon le règlement CCM97.

Liaison Poteau-Traverse (HEA500-IPE600)

L’assemblage poteau-traverse est réalisé à l’aide d’une soudure d’une platine à l’extrémité de la traverse pour permettre son assemblage à l’aile d’un poteau par boulonnage.
On installe aussi un jarret sous la traverse pour assurer une meilleure résistance aux flexions, ce qui permet d’obtenir un bras de levier suffisamment résistant.

Liaison Traverse-Traverse (IPE 600-IPE600)

L’assemblage traverse-traverse est réalisé par la soudure d’une platine à l’extrémité de la traverse puis elle est percée symétriquement (même perçage est effectué sur la platine de l’autre traverse) pour permettre de solidariser les deux éléments. pour assurer une bonne résistance aux flexions on installe des jarrets sous les traverses pour permettre d’obtenir un bras de levier assez important.

Calcul des Fondations

Introduction

Les fondations d’une construction sont les parties de l’ouvrage qui sont en contact directe avec le sol. Elles transmettent les charges de la superstructure au sol, c’est pourquoi elles constituent une partie très importante puisque de leur bonne conception et réalisation découle la bonne tenue de l’ensemble de la structure. Le dimensionnement des fondations est fait selon le règlement BAEL91.
Le choix du type de fondation dépend du :
• La nature et le poids de la superstructure.
• La qualité et la quantité des charges appliquées sur la construction.
• La qualité du sol de fondation.
Des essais de reconnaissance du sol ont été réalisés pour une école juste à côté de notre projet par le Laboratoire Des Travaux Public De l’Ouest.
Essais géotechniques : des échantillons remaniés ou sous forme de carottes, appartenant à la formation des argiles et des grés, ont été prélevés, sur lesquels des essais d’identification classique « physico-chimique », ainsi des essais mécaniques de « résistance à la compression simple » ont été programmés. (Annexe E)

Système de fondation

Vu l’hétérogénéité des sols en places, représentée par de grés bruns, qui se trouve à des profondeurs et d’épaisseurs variables, sous différents aspects, à savoir fragmenter à compact, altéré par endroit, ou sous forme d’intercalation ; avec des argiles verdâtres pâteuses raides à indurées, parfois pâteuses ; l’ensemble est masqué par une couche centimétrique de sable fin conglomératique et de remblai. Il est donc recommandé de passer par un système de fondation superficielle, sur des semelles isolées, avec un ancrage dans les formations géologiques naturelles des grés et/ou des argiles. (Annexe E)

Charge à prendre en considération

On va dimensionner pour des semelles isolées sollicité à un moment fléchissant et un effort normal. Pour assurer la vérification selon le règlement, on fait appel au logiciel ROBOT pour nous donner les efforts les plus défavorables :

Protection de la structure

Introduction

Malgré ses grands avantages, l’acier est un matériau qui présente quelques inconvénients, notamment la mauvaise résistance à la corrosion et au feu. C’est pourquoi chaque élément de la structure métallique doit subir un traitement spécifique contre ces deux facteurs. Il existe plusieurs types de protections selon l’usage et l’implantation de la structure.

La Corrosion

Pour assurer la durabilité de l’ouvrage exigée par l’utilisateur, il est nécessaire de compter sur la permanence des qualités essentielles de l’acier, en particulier ses propriétés mécaniques. Or, exposée à l’atmosphère, la surface de l’acier se détériore par corrosion. La forme de corrosion la plus courante est la corrosion uniforme, ou généralisée, qui se traduit par la formation de la rouille. Ce produit composé d’oxydes plus ou moins hydratés, ne se forme qu’en présence d’oxygène et d’eau à température ordinaire. Il y a plusieurs techniques de prévention contre la corrosion, et le choix de la technique correspondante dépend essentiellement de l’agressivité du milieu ambiant, la durée de protection envisagée et les possibilités de mise en oeuvre et d’entretien.

Les Revêtements

La mise en peinture est le système de protection anticorrosion le plus courant et aussi une technique classique pour isoler l’acier de l’effet oxydant de l’air. On applique alors un primaire inhibiteur de corrosion sur l’acier non traité, puis une couche intermédiaire avant de mettre la finition.
Ce système se caractérise de la facilité de la mise en oeuvre, généralement il est réalisé en partie en atelier puis en partie sur chantier. La durabilité de cette protection dépend du milieu ambiant, de la maintenance, mais aussi de la préparation des surfaces à peindre.

Les Traitements

Le zinc isole l’acier des milieux et produits agressifs en s’interposant et formant une barrière.
Au contact de l’atmosphère, il se recouvre d’une couche protectrice et stable, qui assure une protection prolongée. Ce métal se distingue par sa très faible vitesse de corrosion. Autre avantage, le zinc assure la protection électrochimique de l’acier par effet cathodique (pouvoir sacrificiel) en cas de blessure du revêtement. La durée de vie du revêtement dépendra principalement des agents de corrosion et de la stabilité de ses produits.

Le Feu

Dans le contexte d’un incendie, l’acier a une mauvaise réputation, bien qu’il soit incombustible.
On lui reproche de n’avoir qu’une faible résistance aux températures élevées et de faciliter la propagation du feu par conduction de chaleur. Les caractéristiques mécaniques de l’acier diminuent effectivement lorsque la température augmente, ce qui signifie qu’au cours d’un incendie, il peut y avoir risque d’effondrement de la structure.
Le principe de développement du feu repose sur la présence de trois éléments :
• Le combustible (matériaux, produits…)
• Le comburant (oxygène)
• La source de chaleur

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Dédicaces 
Remerciements 
Résumé 
Abstract 
INTRODUCTION GENERALE
Chapitre I : Présentation de l’Ouvrage 
I.1 INTRODUCTION
I.2 PRESENTATION DE L’OUVRAGE
I.3 DONNEES GEOMETRIQUES DU PROJET
I.4 LOCALISATION ET DONNEES DU SITE
I.5 REGLEMENTS UTILISES
I.6 LOGICIELS UTILISES
I.7 MATERIAUX
I.7.1 L’acier de construction
I.7.2 Le béton
I.7.3 Les assemblages
I.7.3.1 Le boulonnage
I.7.3.2 Le soudage
I.8 CONCEPTION STRUCTURALE
I.8.1 Partie horizontale
I.8.1.1 Panne
I.8.1.2 Panneau sandwichs
I.8.1.3 Contreventement horizontal transversal suivant le versant (poutre au vent)
I.8.2 Partie verticale
I.8.2.1 Poteaux
I.8.2.2 Bardage
I.8.2.3 Potelet
I.8.2.4 Contreventement vertical (palée de stabilité)
Chapitre II : Evaluation des Charges
II.1 Introduction
II.2 Charges Permanentes
II.3 Surcharges d’exploitation de la toiture
II.4 Surcharges climatiques
II.4.1 Neige
II.4.2 Action du vent sur la construction
II.4.3 Surcharge du vent
II.4.3.1 Données relatives au site
II.4.3.2 Coefficient dynamique Cd
II.4.3.3 Pression dynamique qdyn
II.4.3.4. Coefficient de rugosité(Cr)
II.4.3.5 Coefficient de topographie(Ct)
II.4.3.6 Intensité de turbulence (Iv)
II.4.3.7 Coefficient d’exposition (Ce)
II.4.3.8 Calcul de la Pression dynamique qdyn
II.4.4 Coefficient de pression extérieur Cpe
II.4.5 Calcul de la charge du vent
II.4.6 Calcul de la surcharge du vent (qj)
II.4.7 Force de frottement du vent Ffr
II.5 Conclusion
Chapitre III : Etude du Pont Roulant 
III.1 Introduction
III.2 La voie de roulement
III.3 La poutre de roulement
III.4 Caractéristiques du pont roulant
III.5 Types de ponts roulants
III.6 Description générale du calcul
III.7 Définitions des charges et coefficients
III.7.1 Charges verticales (RV)
III.7.2 Charges horizontales longitudinales (RL)
III.7.3 Coefficients
III.8 Calcul des réactions des galets d’un pont roulant
III.8.1 Charges statiques (réactions par galet)
III.8.2 Charges verticales (RV)
III.8.3 Charges horizontales longitudinales (RL)
III.8.4 Charges horizontales transversales (RH)
III.9 Choix du rail
III.10 Dimensionnement de la poutre de roulement
III.10.1 Condition de flèche
III.10.2 Caractéristiques du profilé
III.10.3 Vérification de la classe du profilé fléchi
III.10.4 Résistance du profilé sous charges verticales
III.10.5 Résistance de la section à l’effort tranchant
III.10.6 Vérification sous charge horizontale
III.10.7 Résistance de l’âme au voilement par cisaillement
III.10.8 Vérification du résistance au déversement
III.10.9 Résistance de l’âme à la charge transversale
III.10.9.1 Résistance à l’écrasement
III.10.9.2 Résistance à l’enfoncement local
III.10.9.3 Résistance au voilement de l’âme .
III.10.9.4 Flambement de la semelle comprimée dans le plan de l’âme
III.11 Calcul du support du chemin de roulement
III.11.1 Charge verticale
III.11.2 Charge horizontale
III.11.3 Dimensionnement du support de chemin de roulement
III.11.4 Vérification de la classe de la section transversale en HEB360
III.11.5 Vérification du profilé au flambement de la semelle comprimée
III.11.6 Vérification à l’effort tranchant
III.11.7 Vérification de la flèche
III.12 Conclusion
Chapitre IV : Dimensionnement des Eléments Secondaires
IV.1 Introduction
IV.2 Calcul du chêneau
IV.3 Calcul des pannes de Couverture
IV.3.1 Espacement entre pannes
IV.3.2 Charges à prendre en considération
IV.3.3 Moment maximum pour une poutre continue sur 10 appuis simples
IV.3.4 Calcul de l’espacement
IV.3.5 Dimensionnement des pannes
IV.3.6 Calcul des efforts internes
IV.3.6.1 Condition de flèche (ELS)
IV.3.6.2 Classe du profilé IPE 180
IV.3.6.3 Vérification des contraintes
IV.3.6.4 Résistance de la panne au déversement
IV.3.6.5 Résistance au voilement par cisaillement
IV.3.6.6 Stabilité au flambement de la semelle comprimée dans le plan de l’âme
IV.4 Calcul de l’échantignole
IV.5 Calcul des lisses de bardages
IV.5.1 Introduction
IV.5.2 Espacement des lisses
IV.5.3 Dimensionnement des lisses
IV.5.3.1 Efforts sollicitant la lisse
IV.3.5.2 Vérification de la condition de la flèche (ELS)
IV.3.5.3 Condition de la résistance (ELU)
IV.6 Calcul des potelets
IV.6.1 Calcul des charges et surcharges revenant au potelet le plus chargé
IV.6.2 Incidence de l’effort normal
IV.6.3 Classe du profilé fléchi
IV.6.4 Vérification des contraintes
IV.6.5 Résistance au flambement
IV.7 Conclusion
Chapitre V : Etude Sismique 
V.1 Introduction
V.2 Principe de la méthode
V.3 Classification
V.4 Spectre de réponse de calcul
V.5 Analyse dynamique
V.6 Modélisation de la structure
V.7 Analyse modale
V.8 Vérification de la structure
V.8.1 Vérification de la période fondamentale de la structure
V.8.2 Vérification de la force sismique à la base .
V.8.3 Vérification des déplacements
V.9 Conclusion
Chapitre VI : Dimensionnement des Eléments Structuraux
VI.1 Introduction
VI.2 Jusitfication des traverses
VI.2.1 Charge répartie sur la traverse
VI.2.2 Caractéristiques de la traverse
VI.2.3 Efforts sollicitants
VI.2.4 Classe de la section transversale de la traverse
VI.2.5 Vérification de la flèche
VI.2.6 Condition de résistance de la traverse (moment fléchissant + effort tranchant + effort normal)
VI.3 Justification des sablières
VI.3.1 Caractéristiques de la sablière
VI.3.2 Efforts sollicitants
VI.3.3 Classe de la section transversale de la sablière
VI.3.4 Vérification de la flèche
VI.3.5 Condition de résistance
VI.4 Justification des poteau
VI.4.1 Efforts sollicitants
VI.4.2 Caractéristiques du profilé du poteau
VI.4.3 Classe de la section transversale du poteau
VI.4.4 Vérification du déplaçement
VI.4.5 Condition de résistance du poteau (moment fléchissant + effort normal)
VI.4.6 Vérification de la résistance à la flexion composée
VI.5. Justification des stabilités
VI.5.1 Les éléments comprimés
VI.5.1.1 Vérification au flambement
VI.5.1.2 Résistance plastique de la section brute
VI.5.1.3 Résistance ultime
VI.5.1.4 Résistance plastique de calcul de la section nette
VI.5.1.5 Vérification
VI.6 Justification des poutres au vent (contreventeme .n…t.s..)
VI.6.1 Les éléments comprimés.
VI.6.1.1 Vérification au flambement
VI.6.1.2 Résistance plastique de la section brute
VI.6.2.3 Résistance ultime
VI.6.2.4 Vérification
VI.7 Conclusion
Chapitre VII: Calcul Des Assemblages
VII.1 Introduction
VII.2 Liaison Poteau -Traverse (HEA500-IPE600)
VII.2.1 Efforts Sollicitant
VII.2.2 Soudure de la platine
VII.2.3 Disposition constructives
VII.2.4 Calcul des boulons sollicités en traction
VII.2.5 Calcul des boulons sollicités au cisaillement
VII.2.6 Vérification de la pression diamétrale
VII.3 Liaison Traverse-Traverse (IPE 600-IPE600)
VII.3.1 Efforts sollicitants
VII.3.2 Soudure de la platine
VII.3.2.1 Cordon de soudure
VII.3.2.2 Soudure de la semelle tendue
VII.3.2.3 Soudure de l’âme
VII.3.3 Disposition constructives
VII.3.4 Calcul des boulons sollicités en traction
VII.3.5 Calcul des boulons sollicités au cisaillement
VII.3.6 Vérification de la pression diamétrale
VII.4 Assemblage Poteau – Sablière (HEA500– HEA100)
VII.4.1 Efforts sollicitant
VII.4.2 caractéristiques de la cornière
VII.4.3 Disposition constructive
VII.4.4 Vérification au cisaillement
VII.4.5 Vérification de la pression diamétrale
VII.4.6 Vérification a la traction
VII.4.7 Vérification au poinçonnement de la platine
VII.5 Assemblage des contreventements en croix dt Ae nSdré (2CAE 9×0 90×9)
VII.5.1 Efforts sollicitant
VII.5.2 Caractéristiques du gousset
VII.5.3 Disposition constructive
VII.5.4 Vérification au cisaillement
VII.5.5 Vérification de la pression diamétrale
VII.6 Assemblage poteau – console de la poutre de roulement (HEA500–HEB360)
VII.6.1 Efforts sollicitant
VII.6.2 Soudure de la platine
VII.6.2.1 Cordon de soudure
VII.6.2.2 Vérification de la soudure de la semelle a la traction
VII.6.2.3 Vérification de la soudure de l’âme au cisaillement
VII.6.3 Disposition constructive
VII.6.4 Vérification à la traction
VII.6.5 Vérification au poinçonnement de la platine
VII.6.6 Vérification au cisaillement
VII.6.7 Vérification de la pression diamétrale
VII.6.8 Vérification de la combinaison traction cisaillement
VII.7 Assemblage en pieds dpeoteaux (encastrée ..)
VII.7.1 Efforts sollicitants
VII.7.2 Dimensionnement de la plaque d’assise
VII.7.2.1 Estimation de l’aire de la plaque d’assise
VII.7.2.2 Choix du type de la plaque d’assise
VII.7.2.3 Vérification de la résistance de calcul de la plaque d’assise
VII.7.2.4 Détermination de l’épaisseur de la plaque d’assise
VII.7.3 Vérification des boulons d’ancrage
VII.8 Conclusion
Chapitre VIII: Calcul des Fondaiotns
VIII.1 Introduction
VIII.2 Charge à prendre en considération
VIII.3 Dimensionnement de la seme l..l.e
VIII.3.1 Détermination de A et B
VIII.3.2 Détermination de d et h
VIII .3.1.1 Calcul du ferraillage
VIII.3.1.2 Détermination de la hauteur du patin ‘e’
VIII.3.1.3 Calcul de l’espacement
VIII.3.1.4 Calcul de l’espacement des cadres
VIII.4 Calcul des longrines
VIII.4.1 Dimensionnement des longrines
VIII.4.2 Calcul du ferraillage
VIII.4.3 Vérification de condition de non fragilité
VIII.4.4 Calcul des armatures transversales
VIII.4.5 Calcul de l’espacement des cadres
VIII.5 Conclusion
Chapitre IX : Protection de la structure 
IX.1 Introduction
IX.2 La Corrosion
IX.2.1 Les Revêtements
IX.2.2 Les Traitements
IX.3 Le Feu
IX.3.1 Protection par peinture intumescente
IX.3.2 Protection par produit projeté
IX.3.3 Vérification de la résistance des éléments secondaires et structuraux
IX.4 Conclusion
CONCLUSION GENERALE 
Annexes 
Annexe A
Annexe B
Annexe C
Annexe D
Annexe E
Annexe F

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.