Art & essai, l’impossible définition

LE PUBLIC DU CINEMA EN FRANCE : HABITUDES, GOUTS ET PERCEPTIONS

    La consommation de films est devenue fréquente dans la deuxième moitié du XXe siècle et touche désormais une large partie de la population française. Si l’enregistrement et le téléchargement se sont largement développés ces vingt dernières années, la fréquentation des salles n’en a pas pour autant diminué. Selon l’enquête d’Olivier Donnat, seulement 5% des Français n’étaient jamais allés au cinéma en 1997, chiffre qui n’avait toujours pas bougé en 2008, malgré la progression des équipements numériques. Si cette donnée n’a pas évolué entre 1997 et 2008 compte tenu d’une évolution croissante de l’usage du streaming, on peut soupçonner qu’elle n’a pas bougé non plus entre 2008 et aujourd’hui. Toujours en 2008, 57% des Français étaient allés au cinéma au cours de l’année et 13% au moins une fois par mois. La sortie au cinéma est donc suffisamment répandue pour que nous puissions l’aborder à certains abords comme un média de masse. Nous pouvons alors affirmer qu’il existe un certain nombre de films suffisamment consensuels pour faire déplacer au moins une fois dans leur vie les publics les plus réticents. Le « cinéma grand public » existe donc bien, et rend possible la constitution d’un anti-« cinéma grand public », autrement dit d’un cinéma de niche. La réalité d’un cinéma grand public se confirme par les goûts et les profils des spectateurs. En effet, la popularité du cinéma concerne toutes les classes sociales. Si les cadres et professions intellectuelles supérieures sont ceux qui s’y rendent le plus21, les ouvriers se déplacent aussi de manière de plus en plus significative. 59% des personnes du milieu ouvrier se sont rendus dans une salle de cinéma en 2008, alors qu’ils n’étaient que 46% en 199722 . Cette évolution est très largement due à la construction de nombreux multiplexes dans les années 2000. De même, bien que les populations urbaines soient plus assidues dans les salles de cinéma, le public rural y est tout de même présent : 46% des habitants de communes rurales se sont rendus au cinéma au moins une fois au cours de l’année, toujours en 2008. Bien que l’augmentation du nombre de multiplexes soient un élément déterminant dans ce phénomène d’homogénéisation des publics, on peut supposer que le développement d’un cinéma grand public a également permis de reconquérir le public familial. Les jeunes sont malgré tout plus présents dans les salles. 23 La sortie fréquente (une fois par mois environ) concerne essentiellement les 15-24 ans, même si la sortie en salle devient de plus en plus fréquente chez les plus de 45 ans (dès le départ des enfants du foyer). Cependant, la pratique du « film » ne se limite plus, depuis plusieurs dizaines d’années, au visionnage en salle. Il est donc important, pour prendre en compte tous les publics dans la constitution d’une catégorie art & essai, de s’intéresser aux pratiques à l’ère numérique. Dès les années 1990, l’usage des magnétophones se répand. En 1997, 21% des Français n’ayant jamais vu un film en salle faisaient un usage hebdomadaire de leur magnétophone, le double pour ceux qui vont au cinéma moins de cinq fois par an, mais par le même temps, la fréquentation des salles augmentait également. Plus important encore est sans doute le visionnage de DVD, qui concerne 74% des Français sur l’année 2008, ce qui va baisser de plus en plus par la suite : en effet, le streaming et le téléchargement prennent le relai. Ces éléments sont très importants à prendre en compte, notamment pour ne pas résumer la non fréquentation des salles à un désintérêt pour le cinéma. Le cinéma d’art & essai est lui aussi accessible à distance, en téléchargement, en streaming. Par ailleurs, le cinéma art & essai se différencie des autres catégories cinématographiques par l’étalement de sa notoriété et de son prestige dans le temps, là où le cinéma grand public prend souvent l’aspect de phénomène momentané, avec un pic d’audience au moment de sa sortie. L’ampleur du visionnage en streaming, plusieurs années ou plus après la disponibilité du film en salle, prend donc tout son sens dans le cas du cinéma d’art & essai. Par ailleurs, la progression de ses pratiques hors salles n’altère en rien la fréquentation des cinémas, comme souligné précédemment. Cependant si le public régulier n’a pas augmenté de manière significative, le public occasionnel est en forte croissance, puisqu’il concerne 57% des Français en 2008 contre 49% en 199726. La possibilité de télécharger « évènementialiserait » encore plus la sortie au cinéma, la réservant à des films à caractère exceptionnel : plus que jamais, le film doit être capable de rassembler un maximum pour faire sortir de chez eux des Français qui ont de plus en plus les moyens de regarder les films de chez eux. Le visionnage chez soi concernerait également des films « grand public », puisque la possession des DVD augmente avec la présence d’enfants : le nombre de DVD diminue passé 45 ans27. Cependant, si les familles avec jeunes enfants sont les plus équipées, ce sont surtout les jeunes et étudiants urbains qui les utilisent à grande fréquence (hebdomadaire). Comme nous le verrons plus loin, ce public jeune et urbain correspondant également au public du cinéma d’art & essai : cette catégorie de films pourrait donc bien être concernée par le visionnage hors salles

LE PUBLIC DU CINEMA D’ART & ESSAI : UN GROUPE SOCIAL RESTREINT

   Il convient de connaitre un peu mieux ce public qui « consomme » des films d’art & essai. C’est le but de l’étude quantitative réalisée auprès de 93 personnes. Le questionnaire visait à connaitre le profil sociologique de l’interviewé, ses habitudes cinématographiques et surtout son rapport à l’art & essai. Le but était de capter un maximum d’adeptes du cinéma d’auteur. Pour cela Facebook paraissait un relai particulièrement pratique, puisque via ce réseau nous étions à peu près sûrs de trouver une majorité de jeunes diplômés urbains. Il s’agissait dès lors de voir si oui ou non, comme le supposait les études d’Olivier Donnat, cette catégorie de la population apprécie plus que les autres le cinéma d’art & essai et par là apporte une raison d’être à cette catégorie. Le premier point à noter est en effet le caractère segmenté de ce public. Le public que nous avons rassemblé dans cette étude déclare à 78%33 apprécier le cinéma d’art & essai, ce qui est largement supérieur au chiffre tiré par Olivier Donnat sur un public reflétant l’ensemble de la population française : 16% d’adeptes au cinéma d’auteur chez les diplômés de l’enseignement supérieur et 4% chez les non-diplômés. Nous sommes ici largement audessus, avec une population à 75% diplômée d’un bac + 5 et au-delà, et à 50% parisienne. Nous pouvons considérer que nous tenons donc ici un échantillon représentatif du public de l’art & essai en France (à l’exclusion des personnes de plus de 35 ans, urbaines et diplômées dans le secteur des arts et lettres, mais nous pouvons supposer que ces actifs qui n’apparaissent pas ici ne sont autres que les jeunes interviewés ici avec quelques décennies en plus). Le public du cinéma art & essai se veut donc limité, en termes d’origines sociales premièrement. Apprécier le cinéma d’art & essai, s’informer de son actualité et se rendre en salle reste une habitude des diplômés de master, la plus part en lettre, arts et sciences humaines (50% ici). Les personnes n’ayant jamais vu un seul film art & essai dans leur vie, dans cette étude, n’ont pas nécessairement un bac + 5, mais surtout, sont issus soit du milieu scientifique, soit, pour deux interviewés, de l’armée et du social. Au-delà de la qualification, c’est donc le milieu culturel qui influe sur le jugement du cinéma art & essai. Cette observation est liée à la détermination suivante, qui est celle du lieu de résidence. Sur 93 personnes interrogées, 46 résident à Paris, sans compter les 15 personnes vivant en banlieue parisienne. Toutes ces personnes ont déclaré avoir déjà vu un film d’art & essai. Paris propose en effet un large éventail de salles d’art & essai, mais également des festivals, rencontres et expositions autour du cinéma. La ville dispose même d’un musée, ainsi que de plusieurs facultés de cinéma, sans compter les options audiovisuelles dans les lycées. Tous ces facteurs font de Paris un lieu de diffusion du cinéma d’art & essai, où les diplômés ont la possibilité mais également une certaine pression sociale qui les poussent à s’intéresser au cinéma d’art & essai (entendre ici, cinéma autre que grand public). La totalité des interviewés résident dans des zones urbaines, pour la plupart des métropoles françaises (Montpellier, ClermontFerrand, Toulouse) avec un certain nombre d’infrastructures culturelles et étudiantes. Le climat est donc, là aussi, propice au cinéma d’art & essai, et surtout aux discussions à ce sujet. En effet, la particularité du cinéma d’art & essai n’est pas seulement l’objet film en tant que tel, mais la discussion qui vient après : on « parle de cinéma ». Mais nous y reviendrons plus loin. L’accès au cinéma art & essai est donc fortement conditionné par le milieu culturel, et surtout par le lieu de résidence. Pour prendre l’exemple d’une ville comme Bourges, préfecture de département (Cher], 70 000 habitants : elle ne dispose que d’une seule salle d’art & essai, avec un programme changeant toutes les semaines à raison de 2 ou exceptionnellement 3 films par semaine. Rien de comparable avec l’offre parisienne, par exemple. Nous voyons donc qu’ « art & essai renvoie » déjà à un certain groupe de personnes sociologiquement déterminé, qui se distingue du public du cinéma grand public. Quelles sont donc ses habitudes et ses réactions par rapport au cinéma d’art & essai ? Il s’agit d’abord d’un public fidèle. Sur la totalité des répondants, plus de 50% déclare se rendre au moins une fois par mois au cinéma, 22% au moins une fois par semaine. Bien qu’ils ne soient pas tous exclusivement public régulier du cinéma d’art & essai (50% ne le sont qu’occasionnellement), il s’agit d’un public dynamique et cultivé. En ce qui concerne plus spécifiquement le cinéma d’art & essai, plus de 40% des interviewés déclarent se rendre dans les salles projetant des films de cette catégorie plus de 2 fois par an, ce qui, par rapport à la moyenne des Français dont seulement 50% se rendent au cinéma une fois dans l’année, est énorme. Lorsque l’on s’intéresse désormais au visionnage de film d’auteurs, la fréquence est bien plus élevée que la fréquentation des salles, avec plus de 50% des interviewés qui regardent un film d’art & essai plus de 2 fois par an 36 . Le visionnage des films hors salles n’est donc pas négligeable, même si la plupart des films sont visionnés en salle. En tout cas, 31% des personnes déclarent voir un film d’art & essai, tous moyens confondus, au moins une fois par mois, ce qui fait de ce public un public particulièrement assidu. Regarder des films d’art & essai serait presque une activité à part entière, un signe distinctif tant elle est importante et régulière pour ceux qui la pratique. Pourtant, tous ne se considèrent pas comme des experts du cinéma d’auteurs : en effet si seulement 11% des interviewés déclarent ne pas aimer le cinéma art & essai, 40% déclarent ne pas s’en sentir la cible. Ce résultat est révélateur de l’image que se fait le public de ce type de cinéma : il s’agit d’un type de films réservé à une cible encore plus restreinte que celle à laquelle ils appartiennent. On retrouve ici l’image d’expertise à laquelle ce cinéma est associé : malgré le haut niveau de qualification des personnes interviewées, peu se sentent pleinement armés pour apprécier et juger ce cinéma avec légitimité. Et pourtant, la plupart savent citer David Kronenberg ou encore Ken Loach à la toute dernière question « quel est le plus grand réalisateur vivant d’art & essai selon vous ». Il s’agit donc d’un public informé sur ce type de cinéma, qui ne s’en sent pourtant pas la cible et c’est précisément ce qui les attirent dans ce type de cinéma : son inaccessibilité, sa perfection artistique, son expertise. Tout l’enjeu du cinéma d’art & essai ne réside donc pas tant sur son contenu cinématographique que sur son image, sa notoriété de « cinéma d’élite ».

LES EXPERTS DU CINEMA : UN RESEAU D’ « INFLUENCEURS61 » PUISSANT

   Festivals, magazines spécialisés, critiques : les experts du cinéma construisent la réputation de chaque film et surtout, comme nous allons le voir, font entrer ou non les films de leur choix au panthéon de l’art & essai, en déterminant le regard que le public porte sur ces œuvres. Les premiers influenceurs, et sans doute les plus consultés, sont les critiques de cinéma. S’il ne s’agit pas d’une pratique propre au cinéma d’art & essai, elle constitue la source d’information la plus consultée par le public.Sur les personnes interrogées, 57% ont déclaré être influencées par les critiques avant d’aller voir un film, ce qui constitue à quelques réponses près l’une des trois sources d’influence les plus importantes (avec le bouche à oreilles, 67% ; et la bande annonce, 59%)62. 36% consultent les critiques au moins une fois sur deux avant d’aller au cinéma, et 21% une fois sur cinq,ce qui fait presque une personne sur deux consultant les critiques au moins une fois sur cinq avant d’aller au cinéma. Si rien ne précise qu’il s’agisse d’une pratique propre au cinéma d’art & essai, 60% des personnes interrogées déclarent tout de même mettre plus de temps à se décider à aller voir un film d’art & essai qu’à aller voir un film grand public. La difficulté à se représenter de quoi sera fait un film d’auteur explique en partie ce résultat, mais le besoin de se fier à un avis expert pour ce type de film également. L’avis des amis ou de la famille peuvent suffire à nous convaincre qu’une comédie va nous faire rire : c’est le plus important, puisque c’est le but de la comédie grand public. Pour ce qui est d’un film d’art & essai, nos précédentes analyses ont montré que le public s’attend avant tout à un film de grande qualité esthétique : celui qui apparait alors le plus apte à nous donner son avis est l’expert, qui pour un certain nombre de personnes est représenté par le critique de cinéma. A la question, « qui est selon vous le plus légitime pour juger de la qualité artistique d’un film », 10% des répondants ont opté pour le critique de cinéma. C’est peu si l’on considère les 93 réponses, mais beaucoup si l’on ne considère que les 50% n’ayant pas voté « blanc » en répondant « personne n’est plus apte que quelqu’un d’autre pour en juger ». En effet, cette dernière réponse ne semble pas en accord avec les réponses précédentes et notamment le crédit accordé aux critiques, aux festivals et aux cinéphiles. Le rôle des critiques influence donc sur la perception du film. Mais plus déterminant encore sont les supports pour lesquels ils écrivent. En effet à la question : « quel indicateur montre le mieux qu’un film appartient à la catégorie « art & essai », 20% ont répondu « Sa citation dans des magazines spécialisés (Les Cahiers du Cinéma, Première…) ». Ces grands noms de la presse spécialisée jouissent d’une popularité dans le milieu cinéphile qui leur apporte un crédit important. L’apparition dans l’un de ces supports détermine le classement du film dans la catégorie art & essai aux yeux du public, du moins y contribue. Les historiens eux-mêmes reconnaissent cette influence comme constructive d’une catégorie « art », et comme élément marketing puissant « Pour Prédal, si le cinéma Art se porte bien, c’est que les critiques des revues spécialisées et les intellectuels cinéphiles le reconnaissent et le légitiment comme tel », comme le rappelle Pauline Escande-Gauquie64. L’image d’expert dont jouit les Cahiers du cinéma est également liée à leur impact sur l’histoire du cinéma, notamment avec les textes de François Truffaut et notamment son pamphlet du numéro 31 en janvier 1954. « Une certaine tendance du cinéma français » acte la naissance de l’auteur, comme le rappelle Martine Chaudron. Cet apport à l’histoire du cinéma fait de cette revue le pilier du cinéma d’art & essai, légitimité jamais ou peu remise en cause depuis. Toujours selon Martine Chaudron, le cinéma en tant qu’art nait avec la critique, et signe la naissance du cinéma d’art & essai  . Cette liaison historique entre les deux contribue encore aujourd’hui à maintenir en vie l’image d’un cinéma artistique, labellisé par les experts. Mais ces experts ne se limitent pas à la critique et se retrouvent lors des Festivals, élément d’influence incontournable du cinéma d’art & essai. Très nombreux en France, il en existe deux types : les festivals non compétitifs, dont le but est simplement de présenter les films et de faire se rencontrer la communauté cinéphile (techniciens, producteurs, critiques), et les festivals compétitifs, qui aboutissent à la consécration d’un ou plusieurs films selon différents critères. Ce sont ces festivals (compétitifs) qui jouent un rôle marketing considérable sur le public. 60% des personnes interrogées dans l’étude déclarent aller voir des films après leur consécration en festival alors même que ces films ne les intéressaient pas à l’origine. 25% ont également répondu être de manière plus systématique influencé par le palmarès en festival avant d’aller voir un film. La course aux prix a donc un sens pour les équipes d’un film, afin d’obtenir des fonds pour leur prochain film, mais également pour décupler les entrées en salles sur un film d’art & essai, c’est-à-dire un film à la rentabilité très aléatoire et à la cible restreinte. Le film est alors légitimé comme « art & essai » auprès du public de cette catégorie, mais touche également un public plus large que prévu, en attirant des spectateurs non adeptes du cinéma d’art & essai. Le palmarès en festival est un des symboles de reconnaissance du film en tant qu’appartenant à la catégorie art & essai. 8,6% des personnes interrogées ont répondu « le palmarès en festival » comme indicateur montrant le mieux qu’un film appartenait à la catégorie art & essai. Il faut préciser que cette question était à réponse unique : il se peut donc que les personnes ayant choisi une autre réponse que « le palmarès en festival » considèrent tout de même cette donnée comme importante, même si ce n’est pas LA plus importante à leurs yeux. Enfin, si les festivals compétitifs, à l’instar de Cannes, joue un rôle majeure dans la constitution de la marque « art & essai », les festivals non-compétitifs sont également déterminants : ils permettent de labelliser les films comme « présenté au festival de », notamment sur l’affiche, mais aussi de réunir le réseau de cinéphiles et de professionnels qui permet de légitimer et ainsi de pérenniser la catégorie art & essai. Il s’agit là d’une « minorité élue et reconnue qui fait du cinéma d’auteur ce qu’il est et en permet la survie », comme le rappelle Pauline Escande-Gauquie . Cette minorité influente est constituée de professionnels, mais également comme nous l’avons dit de cinéphiles : ce dernier groupe et son image d’expert jouent un rôle considérable dans la détermination du cinéma d’art & essai.

DISTRIBUTION ET EXPLOITATION : LA CONSTRUCTION D’UNE SYMBOLIQUE PROPRE A L’ART & ESSAI

   Difficile lorsque l’on passe devant une affiche de cinéma, d’ignorer à quelle catégorie de film elle renvoie. Comédie, dessin animé, drame, film d’horreur ou d’action, tous les genres usent d’une sémiotique bien particulière, de manière à être efficace immédiatement, face à un public qui ne s’arrête plus pour lire entre les lignes. Le cinéma d’art & essai a lui aussi ses symboles, bien que plus discrets, afin de se faire reconnaitre comme tel auprès des spectateurs : de l’affiche à la salle de cinéma, tout le folklore du film d’ « art & essai » est là. Le premier signe qui inscrit le film dans l’espace médiatique est l’affiche. C’est elle que l’on voit le plus, avec la bande annonce, et c’est souvent le premier élément qui nous informe de la sortie d’un film. Sur l’étude menée ici, 12,9% des répondants disent être fortement influencés par les campagnes d’affichage avant d’aller voir un film. Si un grand nombre de personnes ne se limitent pas à cet élément avant de prendre la décision d’aller ou non voir un film, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un élément clé d’information, à la vue duquel nous décidons ou non d’aller regarder plus loin. C’est à la vue des affiches, sur le site internet d’un cinéma, que nous décidons ou pas de cliquer pour obtenir plus d’informations. L’affiche doit donc synthétiser les éléments essentiels d’informations, et notamment suivre les codes de la catégorie cinématographique à laquelle son film prétend appartenir, sans quoi elle passera à côté de son public cible. Pourtant, comme nous l’avons vu, le film d’art & essai peut appartenir à beaucoup de genres différents (thriller, comédie…Etc). Malgré cette volonté éclectique,l’affiche d’art & essai suit finalement les codes du cinéma d’auteur, et ce pour la simple et bonne raison que quelque soit le genre du film, le public de l’art & essai reste sensiblement le même. Et s’il est de plus en plus difficile à la vue d’une affiche de savoir si le film est d’art & essai ou non, certains codes subsistent. Comparons les affiches des deux films respectivement les plus et les moins cités comme appartenant au cinéma d’Art & essai : La Vie d’Adèle et Titanic. Le premier, récemment Palme d’Or à Cannes, figure dans l’esprit des personnes ayant répondu à l’étude comme un nouveau fleuron de l’art & essai français. Le deuxième, à l’inverse, représente le film des records, et symbolise donc la masse et le chiffre, puisqu’il détient le record du film le plus oscarisé ex aequo avec deux autres films, et a longtemps détenu le record de plus grand nombre d’entrées. Bien qu’il s’agisse de deux histoires d’amour socialement impossibles, leurs affiches respectives n’ont rien à voir. Prenons tout d’abord le visuel de chacune des deux affiches : L’affiche de la Vie d’Adèle présente une photo d’un couple, en pleine action de rire, photo réaliste qui aurait pu être prise dans la rue. Les actrices, qui ne regarde pas l’objectif, sont comme prise sur le fait, ce qui accentue la dimension vivante, réaliste. Le visuel représente cet aspect humain et réaliste qui comme nous l’avons vu fait immédiatement référence au cinéma d’art & essai. On sait automatiquement à la vue de cette affiche que nous allons avoir à faire à une histoire humaine forte et dramatique, qui traite des sujets que nous vivons tous au quotidien, et que le film va nous donner des clés sur le monde qui nous entoure. Par ailleurs, la photo, tout en étant réaliste, est extrêmement esthétique, débordante d’émotions : elle pourrait tout à fait se trouver au milieu d’une exposition de photographie. La photo se suffit presque à elle-même en tant qu’œuvre d’art, et donne tout de suite à voir la dimension artistique du film : le film en tant qu’art, c’est bien la représentation commune qui est associé à la dimension Art & essai. Le visuel de l’affiche d’art & essai est toujours artistique pour créer immédiatement une association d’idée dans l’esprit du public. Il peut s’agir d’un visuel photographique, mais également d’un dessin, ou encore d’un montage. L’exemple des affiches de films de Pedro Almodovar en sont emblématiques : les couleurs sont vives, les visages plein d’émotions. Il ne s’agit pas uniquement de faire comprendre qu’il s’agit d’un film d’art & essai, mais aussi et surtout de montrer, avant même lecture plus attentive, qu’il s’agit d’un film de Pedro Almodovar. L’affiche de Titanic, bien que de 15 ans plus ancienne, arbore un visuel encore aujourd’hui classique des grands films américains grand public : le couple y est également représenté, mais de manière figée, rappelant bien plus une image prise en studio que dans la « vraie vie ». Le public quitte ici son quotidien pour être transporté dans le grandiose d’une histoire qui le dépasse, tel un conte de fée. Bien loin du réalisme de l’affiche de La Vie d’Adèle, ce sont tous les codes de la tragédie qui sont ici mis en scène, faisant référence à une force qui nous dépasse. La position enlacée de Léonardo Di Caprio et de Kate Winslet de même que leurs regards fermés mettent déjà en scène l’amour et la douleur. Le bateau qui pointe sur eux les met en valeur et les déifie presque. Le public quant à lui, avec ce navire qui vient droit sur lui, a la sensation d’une immensité toute prête à l’engloutir, contre laquelle il ne peut rien. Enfin, la baseline « Rien sur terre ne pouvait les séparer » contribue à faire des deux héros des demi-dieux, et amplifie le tragique de l’affiche. Nous sommes donc ici sur un montage figé, qui vend au grand public le légendaire drame hollywoodien et va à l’encontre d’une grande partie des codes visuels du cinéma d’art & essai. Le deuxième élément déterminant d’une affiche est son texte. Sur l’affiche de La Vie d’Adèle, le texte est inscrit en lettres attachées, avec un certain « négligé travaillé » dans la police : l’écriture apparait immédiatement comme travaillée, différente. Elle contribue à rendre l’affiche originale, à la faire sortir du lot. Cette capacité à apparaitre comme différent, c’est également cela qui, dans l’esprit du public, contribue à labelliser un film « art & essai ». L’affiche de Titanic, à contrario, présente une police d’écriture classique des affiches hollywoodiennes, avec cette succession de noms à peine lisibles en bas de l’affiche, comme on a l’habitude de les voir sur les affiches américaines. Mais cet élément de typographie est peut-être secondaire à côté d’un des éléments clés de l’affiche d’art & essai : les logos. Là est tout l’enjeu de l’affiche d‘art & essai : rendre le plus visible possible les récompenses et participations du film aux divers festivals de cinéma. Comme nous l’avons vu précédemment, près de 60% des personnes interviewées dans notre étude vont ou sont déjà aller voir un film uniquement à cause de son palmarès en festival. L’enjeu marketing des récompenses festivalières n’est plus un secret et leurs logos ne manquent pas d’attirer notre regard au premier coup d’œil. Le plus puissant sans doute est la palme du Festival de Cannes. Qu’il s’agisse d’une palme d’or, d’un grand prix, d’une simple sélection ou d’une diffusion à la quinzaine des réalisateurs, la typographie fait immédiatement sens dans la tête du public. Le mythe du Festival de Cannes en France est profondément ancré dans l’imaginaire collectif et, quelque soit le film qui en sort (conformiste ou non), sa labellisation cannoise équivaut à une labellisation « art & essai ». La palme dorée est donc un élément clé de l’affiche du film d’Abdellatif Kechiche : elle est d’ailleurs mise en valeur, centrée sur fond blanc au dessus de la photographie. La marge blanche en haut de l’affiche a pour unique fonction d’accueillir cet élément, avec en prime « PALME D’OR », ce qui rajoute au prestige du logo. Autres éléments sémiotiques importants, les logos des partenaires jouent également un rôle de taille dans la perception de l’affiche. Ici, le logo France Inter joue aussi un rôle de label, en apportant une image intellectuelle et sérieuse au film. L’accréditation de France Inter donne du crédit à l’affiche, qui retient d’autant plus l’attention des cinéphiles, là où un logo Fun Radio aurait donné une image beaucoup plus grand public. L’affiche d’art & essai présente donc des symboles récurrents qui s’impriment dans l’imaginaire collectif. L’affiche de cinéma d’art & essai, qui devrait justement ne rentrer dans aucun format, a finalement une codification qui permet immédiatement d’informer le public et qui participe à une catégorisation de l’art & essai.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

REMERCIEMENTS
INTRODUCTION
I – Les consommateurs de l’objet « film » et la construction d’une catégorie 
A – Le public du cinéma en France : habitudes, goûts et perceptions
B – Le public du cinéma d’art & essai : un groupe social restreint
II – « Art & essai » : une impossible définition ?
A -Derrière le mythe : une définition incertaine ?
B – La définition des experts : l’art & essai n’est pas un genre
III – L’ « art & essai » : un enjeu marketing de taille
A – Les experts du cinéma : un réseau d’ « influenceurs » puissant
B – Distribution et exploitation : la construction d’une symbolique propre à l’art & essai 
C – Le segment « art & essai » dans l’industrie cinématographique : constats et recommandations
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
OUVRAGES
ARTICLES
SOURCE
RESUME
MOTS-CLES
ANNEXES
Annexe I
ANNEXE II
ANNEXE III
ANNEXE IV

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *