Approche territoriale de l’accès et de l’usage des TIC en milieu urbain

Territoire

   « Le territoire peut être défini comme la portion de la surface terrestre, approprié par un groupe social pour assurer sa reproduction et la satisfaction de ses besoins vitaux. On peut considérer que cette entité constituée par l’ensemble des interactions qu’un groupe entretient dans le temps avec son territoire, en liaison avec le monde extérieur est un espace géographique.» Cette définition de LE BERRE nous permet de faire la substitution au terme « espace » en conférant plus d’épaisseur à ce que l’on pourrait nommer environnement, c’est-à-dire ce qui nous entoure dans une acceptation très globale. C’est-àdire mêlant à la fois milieu physique, naturel et aménagé. Mais subtilement, le territoire s’avère être beaucoup plus vaste que l’espace, l’environnement, ou les hommes qui le peuplent et se l’approprient ; il est plus que tout cela, c’est l’utilisation. Selon A. Moine, « Le territoire est un système complexe dont la dynamique résulte de boucles de rétroaction qui lient un ensemble d’acteurs et l’espace géographique qu’ils utilisent, aménagent et gèrent en fonction de leurs représentations, passées, présentes et projetées ». Le territoire est un tout puisqu’il recouvre une complexité qui demeure difficile à saisir, à cerner et limites floues. La notion de territoire telle que nous concevons, est donc là pour pallier une réelle difficulté à comprendre la réalité qui nous entoure. En somme, le territoire se construit, c’est un espace approprié par un groupe, fait de lieux unis et ceci grâce à la technique qui permet de modeler l’espace par l’impact des infrastructures sur l’occupation du sol et par les transformations globales qui s’y introduisent.

Ville

   « Une ville est un milieu physique caractérisé par une forte concentration de populations, d’activités humaines avec un système de relations de flux et de fonctions diverses : habitat, commerce, administration, industrie, éducation, politique, culture, transport, loisirs, etc. » La ville est un élément fondamental de l’organisation et de structuration de l’espace, du fait de l’intensité des relations qu’elle entretient mais également de l’influence importante qu’elle exerce sur l’espace environnant. La ville est à la fois un milieu physique et humain où se concentre une population qui organise son espace en fonction du site et de son environnement, en fonction de ses besoins et de ses activités propres et aussi de contingences sociopolitiques. La ville est un milieu complexe qui ne peut cependant pas se résumer à une approche physique. Le milieu urbain est aussi la traduction spatiale de l’organisation dans l’espace et dans le temps des hommes et des activités dans un contexte précis. Ce contexte peut être physique, politique, économique, social, culturel, religieuse (Touba, Tivaoune,…) et touristique. Du point de vue géographique, le terme « ville » regroupe deux sens :
– Au sens spatial, la ville est une agglomération caractérisée par une certaine densité d’habitats et une population relativement nombreuse ; aspect morphologique, mode d’occupation du sol.
– Au sens fonctionnel, la ville est un lieu d’échange, un nœud de flux de personnes, de capitaux, de marchandises, de culture urbain, d’informations, etc. Elle est l’élément fondamental de l’organisation de l’espace, du fait qu’elle entretient des relations et exerce une influence importante sur l’espace qui l’entoure ou son interconnexion. Il n’y a pas de définition précise de ce qu’est une ville. Parmi les principales caractéristiques de définition des villes, nous retiendrons la prédominance des habitations collectives et verticales (immeubles), les infrastructures de transport et de communication assez développée.

Technologie de l’information et de la communication (TIC)

   Les TIC sont « un ensemble disparate qui va des techniques rudimentaires d’alerte à l’acheminement du courrier terrestre ou par réseaux électrique ou électroniques.» Cette définition est incomplète pour la composition exacte des TIC de nos jours. Les TIC ont eu une évolution notoire et multiple composantes actuelles et des domaines d’interventions mixtes. Mais la notion est complexe étant donné qu’il existe plusieurs définitions possibles. En fait, les TIC regroupent les domaines des télécommunications, de l’audiovisuel, de l’information, du multimédia ainsi que les réseaux comme ceux des satellites et du câble. Avec les TIC assimilés à l’internet, l’information et la communication deviennent accessible et disponible presque partout dans le monde même si c’est de façon inégal. Elles offrent aux usagers, la capacité de gestion de l’information et se présentent sous diverses formes. Ces technologies se positionnent comme des outils pouvant être utiles dans un contexte de monter en puissance de nouvelles formes de management et d’organisation territorial par les référents de l’efficacité, de la qualité, de la responsabilisation des agents et de la relation de service. Aussi dans un contexte où la communication entrave quelque part la communication entre la population et les administrées : « des objets matériels, outils procédés, qu’à des objets immatériels, des connaissances, des contenus, des symboles et couvrent les trois branches de la communication : les télécommunications (téléphone, transmission par câble ou par satellite), l’informatique au sens large et l’audiovisuel ». Ces outils entrainent des innovations dans l’organisation, dans la mobilité et dans la gestion du temps.

Analyse et traitement des données

   Après la collecte des données, nous avons procédé au dépouillement, au traitement et à la l’analyse des données recueillies. Ainsi les données alphanumériques et cartographiques seront traitées par des applications comme Word, Excel et des logiciels informatiques comme Sphinx et autres.
 Les données alphanumériques : Le traitement des données recueillies durant la phase d’enquête et d’entretien auprès des services communales, des institutions et des populations de la ville, ont permis de faire des graphiques et des tableaux pour bien appréhender le niveau d’accès et d’usage des TIC. Pour ce faire, l’application de Word nous servira de saisie du texte, Excel et Sphinx pour faire les traitements de données et faire des graphiques et tableaux illustrative de nos écris.
 Les données cartographiques : Les données recueillies à partir de l’enquête quantitative seront cartographiées pour une meilleure lecture du niveau d’utilisation des TIC par les différents quartiers de la ville. Pour ce faire, les logiciels comme Arc Gis et ou Quantum GIS nous permettrons de traiter des données spatiales et géographiques à l’aide du Système d’Information Géographique (SIG). Les informations collectées sont matérialisées par des cartes permettant une lisibilité du niveau d’accès et d’usage des TIC par les quartiers constituant la ville de Ziguinchor.

Accès aux technologies de l’information et de communication dans la ville

   A Ziguinchor, comme dans le reste du Sénégal le mode d’accès aux TIC était essentiellement collectif grâce aux télécentres et aux cybercentres. En effet, l’accès collectif était donc la principale forme d’accès aux TIC. Du fait de la pauvreté qui affectait les populations, les chances d’acquisition individuelle d’outils d’information et de communication ont été particulièrement faibles. Actuellement l’accès aux TIC n’est plus une affaire de luxe ou de riche, mais l’accès est devenu primordial voir obligatoire surtout pour les jeunes. La population de la ville de Ziguinchor a, depuis la dernière décennie, accès à plusieurs types technologies de l’information et de la communication. En effet, de par ces caractéristiques géographiques et géopolitiques, on pourrait s’attendre à un retard en matière de diffusion des TIC, mais la ville s’aligne actuellement de plus en plus sur les autres villes sénégalaises qui ont bénéficié d’un ambitieux programme de modernisation des infrastructures de la part des opérateurs téléphoniques et l’inondation des marchés par la vente de ces matières technologiques. Les TIC sont accessibles à tous les niveaux même si des égards sont notés dans les différents quartiers et aussi dans les types des technologies que disposes les citoyens. Dans les ménages dont nous avons eu accès, les TIC y sont accessible, mais cela de façon diverse. En effet, dans les 150 ménages enquêtés, nous avons une proportion de 100% d’accès aux TIC, qui est une avancée notoire dans la ville par rapport à son histoire et sa situation géographique au reste du pays.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
I-Problématique
1.Contexte et justification
2. Définition des concepts
3. Question générale
4. Objectif général
5. Hypothèse général
II.Méthodologie recherche
1.La recherche documentaire
2.Enquêtes de terrain
3. Analyse et traitement des données
4.Difficultés rencontrées
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA VILLE DE ZIGUINCHOR
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA VILLE DE ZIGUINCHOR
I.Bref historique de la ville de Ziguinchor
II.Situation géographique
CHAPITRE II : URBANISATION ET SITUATION DEMOGRAPHIE
II.Population de la ville
III.Approche économique de la ville de Ziguinchor
DEUXIEME PARTIE : TIC DANS LA VILLE DE ZIGUINCHOR
CHAPITRE I : ACCES AUX TIC DANS LA VILLE 
I-Accès aux technologies de l’information et de communication dans la ville
II-Les différents types de TIC accessible au peuple
1-Le téléphone mobile explose à Ziguinchor
2-Les stations de radiodiffusion dans la ville de Ziguinchor
3-La télévision dans les ménages
4-Les ordinateurs : outils des salariés et le secteur de l’éducation !
III-Les conditions d’accès et lieu d’achat de ces technologies
1-Les conditions d’accès des TIC dans la ville
2-Lieux d’achats des TIC
3-Les solutions pour améliorer l’accessibilité des populations aux TIC
CHAPITRE II : USAGES DES TIC DANS LA VILLE DE ZIGUINCHOR
I-Mode d’usage TIC par les citoyens de la ville
II-Appréciation de la qualité d’usage des TIC et les motifs
CHAPITRE III : ACCES ET USAGES A L’INTERNET DANS LA VILLE DE ZIGUINCHOR
I-L’Internet dans toutes les villes régionales du Sénégal
II-Ziguinchor connectée à l’internet
1-Types de moyens d’accès à Internet
2-Les opérateurs téléphoniques gagnent le marché de l’internet dans la ville
2.1- ORANGE (filial SONATEL), l’opérateur leader dans la ville de Ziguinchor
2.2- TIGO (Groupe Millicom), réconforte sa position avec la 4G dans la ville
2.3- Expresso (SENTEL), garde la troisième place dans la ville
3-Choix des opérateurs téléphoniques
4-Les motifs d’usages de l’internet
III-Politiques de l’Etat et Collectivités territoriales en matière d’accès et d’usage des TIC
1-Ziguinchor profite d’un programme national de déploiement de la fibre optique
2-Politiques de la collectivité territoriale de Ziguinchor en matière de TIC
CONCLUSION GENERALE

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *