Approche geographique des decharges sauvages

Aujourd’hui, le concept du Développement Durable est au centre de tous les débats économiques, politiques et environnementaux. Dans toute sa composante, il met l’accent sur l’importance de la sauvegarde des intérêts des générations futures plutôt que le bien-être de la génération actuelle. Ce concept de durabilité est loin d’être respecté dans les Pays en développement, plus particulièrement dans les pays d’Afrique subsaharienne. L’accès au service et à l’assainissement sont difficiles, seuls 22 % de la population sont accordées à un réseau d’égout, 13 % utilisent la fosse septique,…etc. . Pire, la gestion des déchets est catastrophique. A Madagascar, Il n’y a ni lois ni textes législatif propres aux déchets solides, toutes les actions relatives aux déchets solides sont englobées dans le terme « assainissement », pour désigner les traitements et l’élimination des déchets et des eaux usées. Le nouveau plan de gestion des déchets solides ménagers a des objectifs et des stratégies dictés par la Politique et Stratégie Nationale de l’Assainissement (PSNA) daté de 2008. Auquel priorise la rationalisation de la collecte des déchets et l’organisation des acteurs intervenant dans le secteur de l’organisation de filière de traitement des déchets. Pourtant, la question environnementale reste un parent pauvre par rapport aux autres volets (économique, politique, social,..). Par conséquent, la collecte est rudimentaire et défaillante, peu de financement est réservé à cela. Les déchets sont simplement mis à la décharge même si en 2008, l’Etat malgache a pris comme initiative la création d’un département environnemental dans chaque Ministère et a donné des indications pour toutes les communes de bien gérer leurs déchets. C’est le cas dans la commune de Bemasoandro, située entre 18°54.12 et 18°54.86 de latitude Sud, de longitude 47°28.49 et de 47° 30.72 de longitude Est. Elle s’étend sur une superficie de 18km². La Commune Rurale de Bemasoandro est délimitée au Nord par la Commune Rurale de Fiombonana et celle d’Ambohidrapeto, à l’Est par la Commune Urbaine d’Antananarivo et au Sud par la Commune d’Andranonahotra.

LA PRESENCE DES DECHARGES SAUVAGES A BEMASOANDRO : UN PHENOMENE PALPABLE

LA COMMUNE DE BEMASOANDRO ENTRE THEORIE ET COMPREHENSION DES DECHARGES SAUVAGES

Dans l’Agglomération d’Antananarivo, toutes les communes sont confrontées à la présence des décharges sauvages. Le cas de la commune de Bemasoandro est représentatif de cette tendance. Depuis les années 2 000, le phénomène se développe et la situation se détériore. La compréhension de cette situation nécessite une étude théorique afin d’appréhender la recherche proprement dite.

La démarche adoptée, pour investir à la recherche sur les décharges sauvages

Pour comprendre aisément la décharge sauvage et les déchets dans un cadre général, il est nécessaire de procéder une démarche bien précise. Cette démarche est l’une des étapes à suivre à la cour de la recherche pour connaitre dans un premier temps la théorie sur la décharge sauvage et dans un second temps la vérification de celle-ci dans le terrain de recherche.

Les recherches sur les décharges sauvages et la gestion des déchets

Avant d’effectuer la rédaction, la première étape consiste en une revue de la littérature. Cette étape permet d’acquérir une connaissance, d’avoir un champ de vision globale, plus vaste et ouvert sur la réalité des recherches déjà effectuées sur la thématique des déchets. Le but de la recherche documentaire consiste à collecter des informations auprès des centres de recherche comme l’INSTAT, les ONG ainsi que dans les différentes bibliothèques telles que la Bibliothèque de Géographie, la Bibliothèque Universitaire, la Bibliothèque nationale, le CITE d’Ambatonakanga, la Bibliothèque Saint Paul d’Ambodirano Ampefiloha, etc. De ce fait, On a consulté des ouvrages généraux ; des ouvrages spécifiques sur les décharges sauvages et sur la gestion des déchets, les revues, magazines et journaux ; les rapports et les études et la webographie. La documentation a permis entre autres d’étudier la gestion des déchets et les afférents. Les ouvrages seront d’ailleurs cités dans la référence « Bibliographie ».

Durant cette étape, on a consulté une centaine d’ouvrages, y compris les ouvrages généraux et les ouvrages spécifiques. En effet, les ouvrages généraux consultés comptent 15 ouvrages concernant la géographie des déchets, la géographie urbaine des pays en développement, etc. Les ouvrages spécifiques consultés comptent 91 ouvrages qui parlent la gestion des déchets, les différentes lois et règlements régissant les déchets dans le monde, la participation citoyenne dans la gestion, l’organisation et le financement des déchets, et tant d’autres thématiques.

Les travaux de terrain primordiaux pour la vérification de l’hypothèse

La phase de préparation est utile pour l’obtention des données sur tous les travaux de terrain. Cette étape comporte deux techniques, tout d’abord, les enquêtes et les entretiens ensuite la réalisation des cartes. Les questionnaires seront destinés aux ménages et aux utilisateurs des abattoirs tandis que les entretiens se font auprès du responsable communal, les présidents du Fokontany et le responsable de la collecte. Cette phase s’est déroulée du début à la fin du mois d’Octobre 2016.

Les enquêtes auprès de la population locale

La population locale constitue le pilier de cette recherche, pour obtenir des informations complètes, satisfaisantes et surtout fiables au cours de l’entretien auprès d’eux, il est nécessaire d’établir un questionnaire, lequel est un moyen le plus simple et efficace pour un recueil de donnée. On a choisi la technique d’échantillonnage stratifié car la conception des déchets et la production des déchets sont en fonction du niveau de vie. Pour les ménages, nous avons mené une enquête auprès des 150 ménages dans la commune dont 50 ménages sont des ménages défavorisés, 50 ménages qualifiés ménages moyens et 50 ménages considérés ménages aisés. Nous estimons que cet échantillon est représentatif parce que d’une part, ce chiffre représente un taux d’échantillonnage de 5 % et d’autre part, ces ménages cibles ont été choisis grâce à leur présence dans l’espace. Les critères retenus pour construire cette typologie sont d’abord visuels qui ont été fait par rapport à l’habitat, à la propreté des habitats, à l’équipement observable durant l’enquête. Autrement dit, en tenant compte aux caractéristiques très hétérogènes des déchets, les critères qui influencent la production des déchets sont le niveau de vie, les types d’habitation et les types de quartiers puisqu’il s’agit aussi bien de voir tous les détails afin de connaitre la cause de l’existence des décharges sauvages. D’après les chercheurs comme Jean GOUHIER et Urban Anselme N’kounkou, « il existe une interface entre la production des déchets et l’origine social (origine, niveau social, comportement) et spatial (type d’habitat et lieu d’habitation) de la population. ». Ensuite, l’enquête au niveau des « ménages » a ainsi été effectuée dans 3 Fokontany sur les 6 Fokontany. Ces Fokontany cibles ont été choisis suivant leurs situations géographiques, selon qu’ils se trouvent à la sortie de la ville comme le Fokontany d’Anosimasina ou sur la limite septentrionale de la commune comme le Fokontany d’Ambohidahy) ou bien au cœur de la commune comme le Fokontany Bemasoandro.

Les enquêtes auprès des ménages portent aussi sur divers thématiques tels que l’identification du ménage, la date d’arrivée dans la Commune de l’enquêté, la participation citoyenne dans la gestion des déchets. Il est nécessaire de demander la date d’arriver et l’origine géographique de l’enquêté car cela permet de connaitre si l’accroissement de la production des déchets est due à l’accroissement exogène et/ou endogène de la population. Autrement dit, ces questions facilitent la compréhension de l’évolution démographique de la population car dans les pays du Tiers-Monde on assiste à un exode massif de la population rurale et la forte pression démographique de la ville centre, engendre par la suite le phénomène de périurbanisation.

La deuxième thématique qui a été posé concerne la caractérisation des déchets produits par les ménages pour connaitre la conception, la production et la nature des déchets. Selon Parrot et al (2009) et Fériel et al (2009), ces études permettent d’estimer la quantité des déchets produits, de connaitre leur typologie, d’identifier leur source de génération, de faciliter le design des équipements ou des procédés de traitement et de définir les propriétés physico-chimiques des déchets avec pour objectif ultime une stratégie efficace de leur gestion. La troisième thématique se focalise sur le comportement des ménages face à leurs déchets, la manière dont ils les évacuent et le devenir de ceux-ci. L’étude de gisement des déchets est une étape essentielle pour leur bonne gestion (Parrot et al, 2000). La quatrième thématique est basée sur la valorisation des déchets pour connaitre si l’objectif de la gestion des déchets est atteint c’est-à-dire « zéro déchet » et la gestion économique de ce dernier. D’après quelques recherches, la mise en décharge, la valorisation par compostage et le réemploi sont des pratiques couramment rencontrées dans les PED (Charnay, 2005).

Un autre questionnaire a été destiné aux associations pour voir l’apport de la société civile dans la gestion des déchets. Il est question d’insister aussi l’appréciation de la population pour la gestion communale des déchets, puisqu’il est nécessaire de demander la conception de la gestion des déchets. Il s’agit de demander la participation citoyenne dans la collecte des déchets. Ces questions sont nécessaires pour comprendre la présence des décharges sauvages dans la commune.

12 utilisateurs d’abattoirs dans le quartier d’Ampasika ont été enquêtés, cette catégorie de population à la même perception et la même attitude face aux déchets. Les enquêtes portent sur les thématique de la durabilité de ces activités, la quantité de déchets produites, le responsable et la manière dont on fait le collecte, le lieu où ils jettent les déchets et sur la conscientisation de la population face au danger que représente les déchets. Posant la question sur la durabilité des activités conduit à la connaissance de leur comportement puisque la quantité à évacuer est en fonction du besoin de la commune et celle de la ville d’Antananarivo en termes du nombre de zébus abattus. Concernant la question de la collecte et l’élimination, elles sont intéressantes dans le cas où la réutilisation des déchets d’abat pour faire des engrais, des objets artisanaux existe ou s’ils évacuent les déchets dans la nature car il est nécessaire de demander leurs avis et leurs comportements face à cette masse croissante des déchets.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
PREMIERE PARTIE : LA PRESENCE DES DECHARGES SAUVAGES A BEMASOANDRO : UN PHENOMENE PALPABLE
CHAPITRE I: LA COMMUNE DE BEMASOANDRO ENTRE THEORIE ET COMPREHENSION DES DECHARGES SAUVAGES
CHAPITRE 2 : LA GESTION DES DECHETS ET DES DECHARGES, UNE GESTION PARTAGEE ENTRE DIVERS ACTEURS
DEUXIEME PARTIE : BEMASOANDRO FACE A DES DECHARGES SAUVAGES: UNE RESSOURCE NON EXPLOITABLEE
CHAPITRE 3 : LES DECHARGES SAUVAGES, UNE REALITE GENANTE ET ATTIRANTE
CHAPITRE 4 : LES PERSPECTIVES POUR LA DISPARITION DURABLE DES DECHARGES SAUVAGES A BEMASOANDRO
CONCLUSION GENERALE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *