Apprentissage de l’orthographe

Apprentissage de l’orthographe

Procédures d’accès au lexique mental

L’identification des mots écrits ainsi que la production orthographique nécessitent le recours à diverses connaissances lexicales organisées en mémoire selon leurs relations sémantiques, phonologiques et orthographiques (David, 2003). Tout d’abord, l’organisation par association de traits sémantiques concerne les relations de sens qui lient les mots. Par exemple, le mot « fraise » est associé au mot « pomme » et au mot « fruit ». L’organisation par association orthographique, quant à elle, concerne une organisation selon des propriétés visuelles, ainsi le mot « lion » est graphiquement associé à « loin ». Ces connaissances sont emmagasinées sous la forme de représentations mentales en mémoire à long terme (Coltheart, 2004). Le répertoire de ces formes orthographiques mémorisées est appelé lexique mental (Fayol et Jaffré, 2008) et ces formes seraient récupérées lors de tâches de reconnaissance ou de production de mots écrits. L’accès à ces représentations nécessite l’activation de procédures. C’est ce que nous abordons dans le prochain paragraphe.
L’accès au lexique mental consiste, en contexte de lecture, à établir une correspondance entre une forme perçue par l’œil et une représentation conservée en mémoire (Champagnol, 1989). En situation d’écriture, l’élève active plutôt une représentation mentale qu’il tente ensuite de transcrire (Jaffré, 1991). Deux principales procédures reconnues par les modèles traditionnels de développement de la lecture ont été associées à la production orthographique. Il s’agit des voies directe et indirecte, dont il sera question ci-après. Une troisième procédure, l’analogie, qui est également considérée dans le développement de la compétence orthographique (Goswami, 1988), combinerait plusieurs types de connaissances emmagasinées en mémoire en situation de reconnaissance ou de production de mots écrits.

Deux voies d’accès au lexique orthographique : directe et indirecte

En situation de reconnaissance ou de production de mots, deux procédures, l’une directe, l’autre indirecte, pourraient être déployées selon que le mot est inscrit ou non dans le lexique mental. Pour les besoins de notre exposé, nous nous limitons au contexte d’écriture afin d’expliquer ce qui suit.Selon Daigle et Montésinos-Gelet (2013), dans le cas où l’élève doit orthographier un mot dont la représentation mentale est partielle ou absente, il solliciterait la procédure indirecte (Fayol et Jaffré, 2008). Ce sera le cas lorsqu’en situation de dictée, l’élève doit écrire un mot qu’il ne connait pas (même à l’oral) ou encore un mot dont l’orthographe n’est pas connue ou est partiellement connue. Dans ce contexte, l’élève portera son attention sur les segments phonologiques du mot, soit les syllabes orales et les phonèmes, et tentera de transcrire chaque segment par des marques orthographiques plausibles (Fayol et Jaffré, 2008). Par exemple, si l’élève doit écrire le mot gâteau, il pourrait produire des séquences telles que gato, gateau, gatteau, etc. Ces formes écrites correspondent à ce qui est entendu et non à ce qui est attendu (Fayol et Jaffré, 2008). La procédure indirecte permet aussi à l’élève de recourir à des segments orthographiques connus pour produire le mot attendu (Fayol et Jaffré, 2008). Par exemple, si on suppose que l’élève connait les mots beau et vin, il pourrait produire le mot *beauvin plutôt que bovin. La procédure indirecte sollicite toutes les connaissances orthographiques de l’élève et ce dernier recourra à toutes les unités sublexicales connues pour écrire les mots.Dans le cas où le mot est connu à l’oral et que la forme visuelle est présente en mémoire, la représentation lexicale serait activée spontanément grâce à une procédure dite directe (Fayol et Jaffré, 2008). Cet accès direct permettrait de reproduire à l’écrit de manière précise la représentation stockée en mémoire. La procédure directe réduirait la charge cognitive relative aux manipulations liées à la mise en correspondance graphophonémique.En début d’apprentissage formel de la langue écrite, bien que l’apprenti lecteur-scripteur ait développé certaines connaissances phonologiques et visuelles, son répertoire de représentations de mots écrits est pratiquement inexistant (Giasson, 2011). Cela l’amènerait à avoir recours le plus souvent à la procédure indirecte pour lire ou écrire des mots nouveaux (Daigle et Montésinos-Gelet, 2013). En ce qui a trait à la production de mots, l’apprenti scripteur s’appuierait sur ses connaissances générales du système orthographique produisant ainsi des mots hypothétiquement plausibles sur le plan phonologique et/ou orthographique. Une troisième procédure orthographique, l’analogie, qui est complémentaire aux procédures précitées, contribuerait non seulement à la récupération des représentations orthographiques en mémoire, mais également au développement de nouvelles formes orthographiques. Nous la présentons ci-après.

Procédure par analogie

La procédure par analogie consiste à identifier un mot écrit ou à le produire en l’associant à un autre mot connu. L’élève peut s’appuyer sur les caractéristiques phonologiques, morphologiques ou orthographiques d’un mot familier pour identifier ou produire un mot non familier (Pacton, Foulin et Fayol, 2005). Par exemple, l’élève pourrait se référer à la graphie [ɑ̃] du mot maman, dont il connait l’orthographe, pour écrire le mot angélique qui ne fait pas encore partie de son lexique. Il pourrait également s’appuyer sur le morphogramme in d’incorrect pour identifier ou produire le mot inconnu. En situation de production, l’apprenti scripteur s’appuierait soit sur l’orthographe d’un mot entier ou sur des parties du mot pour prédire l’orthographe d’un mot nouveau (Goswami, 1988). Cette procédure serait activée automatiquement et de façon non consciente (Nation et Hulme, 1996). Le recours à l’analogie suggère que l’apprenti scripteur fait appel aux informations orthographiques spécifiques des mots écrits en situation de production de mots (Bosse, Valdois et Tainturier, 2003; Martinet, Valdois et Fayol, 2004) à la condition cependant que le mot soit inscrit dans son lexique mental (Pacton, Foulin et Fayol, 2005). Cette procédure serait même utilisée précocement, c’est-à-dire dès le début de la scolarisation (Bosse et al., 2003). Ces mécanismes de traitement des mots liés aux procédures directe et indirecte et aux procédures analogiques permettraient à l’élève de construire des représentations orthographiques de plus en plus stables et de plus en plus normées. Grâce à la rétroaction de l’enseignant (ou d’un expert), l’élève serait en mesure de reconsidérer une représentation orthographique de manière à la remplacer par celle qui est attendue en fonction de la norme orthographique (Chandler, 2003; Truscott, 2001).Nous venons donc de voir que la compétence orthographique se développe grâce aux expériences, formelles et informelles, de l’élève. L’acquisition de connaissances orthographiques, notamment celles liées aux propriétés des mots, et l’efficacité des procédures de stockage et de récupération des mots dans le lexique mental contribueraient à l’expertise en orthographe. Pour évaluer ce niveau d’expertise, plusieurs choix méthodologiques sont possibles. Nous présentons dans la prochaine section des résultats de recherche issus d’une analyse des erreurs. Ce type de méthodologie a l’avantage de préciser où sont les problèmes des élèves et de permettre la formulation d’hypothèses quant à l’origine de ces erreurs. Ces résultats permettront de mettre en lumière certains phénomènes susceptibles de rendre compte des difficultés des élèves en orthographe lexicale et, conséquemment, d’orienter les objectifs de la présente recherche.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie Modèles de développement de l’orthographe

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie Modèle étapiste constructiviste de Ferreiro où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Table des matières
Résumé
Abstract
Liste des tableaux
Liste des sigles
Remerciements
Introduction
1. Problématique
1.1 Réussite des élèves en lecture et en écriture
1.1.1 Enjeux sociaux liés à la réussite en lecture et en écriture
1.1.2 Plan d’action pour l’amélioration du français
1.1.3 Résultats des élèves en orthographe
1.2 Apprentissage de l’orthographe
1.2.1 Émergence de l’écrit
1.2.2 Début de l’apprentissage formel de l’écrit
1.2.3 Consolidation des apprentissages formels
1.2.3.1 Procédures d’accès au lexique mental
1.2.3.1.1 Deux voies d’accès au lexique orthographique : directe et indirecte
1.2.3.1.2 Procédure par analogie
1.3 Bilan descriptif des connaissances orthographiques
1.4 Enseignement de l’orthographe lexicale
1.5 Synthèse et question générale
2. Cadre théorique
2.1 Code orthographique et compétence orthographique
2.1.1 Caractéristiques générales du code orthographique du français écrit
2.1.2 Apprentissage du code orthographique : trois ordres de connaissances
2.1.2.1 Propriétés phonologiques
2.1.2.2 Propriétés morphologiques
2.1.2.3 Propriétés visuelles des mots
2.2 Modèles de développement de l’orthographe
2.2.1 Modèle étapiste constructiviste de Ferreiro
2.2.2 Modèle interactif et simultané de Besse
2.3 Enseignement de l’orthographe lexicale
2.3.1 Contexte informel d’apprentissage de l’orthographe
2.3.2 Contexte formel d’enseignement de l’orthographe
2.3.3 Dispositifs d’enseignement
2.3.3.1 Les Orthographes approchées
2.3.3.2 Les Ateliers de négociation graphique
2.4 Enseignement de l’orthographe lexicale : les études empiriques
2.4.1 Approches testées en salle de classe
2.4.2 Études portant sur les pratiques déclarées des enseignants
2.5 Synthèse
2.6 Objectifs spécifiques de recherche
3. Méthodologie
3.1 Description générale de l’étude
3.2 Participants
3.3 Collecte de données
3.3.1 Entretiens individuels
3.3.1.1 Questionnaire d’entretien .
3.3.1.2 Déroulement des entretiens individuels
3.3.1.3 Traitement des données
3.3.1.3.1 Traitement partiel des données
3.3.1.3.2 Traitement complet avec codage
3.3.2 Groupes de discussion
3.3.2.1 Document de réflexion et guide du groupe de discussion
3.3.2.2 Déroulement des rencontres
3.3.2.3 Traitement des données avec codage
3.4 Synthèse
4. Résultats
4.1 Résultats des entretiens individuels
4.1.1 Résultats aux questions d’entretiens individuels
4.1.1.1 Section 2 du questionnaire d’entrevue
4.1.1.2 Section 3 du questionnaire d’entrevue
4.1.2 Résultats associés aux commentaires des répondants
4.1.2.1 Résultats détaillés des trois domaines
4.1.2.1.1 Résultats relatifs aux propriétés des mots
4.1.2.1.2 Résultats relatifs aux approches éducatives
4.1.2.1.3 Résultats relatifs aux dispositifs
4.2 Résultats des groupes de discussion
4.2.1 Résultats associés aux commentaires des répondants
4.2.1.1 Résultats relatifs aux propriétés des mots
4.2.1.2 Résultats liés aux approches éducatives
4.2.1.3 Répartition des commentaires liés aux dispositifs
4.3 Bilan
5. Discussion
5.1 Propriétés des mots
5.2 Approches éducatives
5.3 Dispositifs d’enseignement
Conclusion et limites
Bibliographie

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.