Apport de la prospection electrique a l’etude de la mineralisation aurifere

Madagascar est un pays qui a des potentialités minières importantes réparties sur tout le territoire tant dans le socle cristallin que dans les formations sédimentaires. Parmi ces ressources, en termes d’activité minière, l’or occupe une place non négligeable dans ce pays si on ne se réfère qu’aux différentes ruées dans les diverses régions. Historiquement, l’or a été pour la première fois découvert dans la grande Ile en 1845, pourtant ce n’est qu’en 1883 que ce dernier commence à être exploité. C’est Jean LABORDE qui est l’auteur de cette découverte. Ce potentiel minier constitue un moteur capable d’entraîner le développement de l’économie du pays s’il est exploité industriellement. Toutefois l’exploitation de gisement d’or dans le pays s’effectue encore d’une manière artisanale. Face à ce problème, en 2008, le Gouvernement a pris une décision de développer cette filière. Ainsi, un avis d’appel à manifestation d’intérêt national et international concernant l’exploration des gisements d’or, sur les permis miniers dans les Régions Diana et Betsiboka a été lancé par le Ministère chargé des mines de l’époque. La Société KRAOMA a obtenu le permis d’exploitation n°31386 sur la zone de Betsiaka Région Diana.

MILIEU PHYSIQUE

Origine du nom BETSIAKA

Betsiaka vient du mot «tsiaka » qui est le terme dialectal pour désigner les morceaux de la nervure principale des feuilles de raphia. A l’époque, la totalité des cases était fabriquée avec les nervures (baobao) et les tsiaka de raphia d’où l’appellation qui est restée jusqu’à nos jours.

Fondations historiques

Betsiaka s’appelait à l’origine Betsiakahely, par opposition à Betsiakabe, et il a été créé par JAOSORATRA et SINIGARA à la fin des années 1800. Tout laisse à supposer que ce village de Betsiakahely était sous la juridiction du canton de Mosorobe puisque selon les traditions orales, les deux pionniers sus-nommés n’ont pas pu s’installer à Betsiakahely qu’après avoir obtenu l’autorisation de MAHABARY, Chef de Canton de Mosorobe. Quant au village de Betsiakabe, c’est un bouvier du nom de JAOBITRANO qui en était le fondateur. Betsiakabe ayant été abandonné par la suite du nom de Betsiakahely a été simplifié et est devenu « Betsiaka » tout court. Chef-lieu de canton en 1960, puis Firaisampokontany en 1977, Betsiaka devient finalement commune rurale en 1995 durant la IIIèmeRépublique.

Situation géographique et délimitation administrative

Situation géographique

Les communes limitrophes de Betsiaka sont :
❖ au Sud-ouest : Ambakirano (District d’Ambilobe)
❖ à l’Est : Maromokotra (District de Vohémar)
❖ au Nord-ouest : Tanambao Marivorahona (District d’Ambilobe)
❖ au Sud : Bobakindro (District de Vohémar)
❖ au Nord : Anivorano Nord (District de Diégo II).
❖ au Nord-Est : Ankarongana (District d’Antsiranana II) .

Situation Administrative

La zone de l’étude se trouve dans la commune rurale de Betsiaka, District d’Ambilobe, Région Diana . Pour y arriver, il faut tout d’abord passer par le District d’Ambilobe qui se trouve au PK 1025 de la RN6, une route goudronnée depuis la capitale. Puis, il faut emprunter une piste carrossable de 25 km sur la RN5a, menant vers la région SAVA (Nord Est). Betsiaka se trouve à environ 660 km à vol d’oiseau au Nord-Nord-Est d’Antananarivo. L’aéroport commercial le plus proche est à Antsiranana situé à environ 80 km au nord de la zone d’étude. La route goudronnée reliant Diego Suerez à Ambilobe est une portion de la RN6.

Ressources naturelles

Relief et Hydrographie

Au nord, la zone aurifère de Betsiaka est bordée par une haute falaise gréseuse qui domine près de 500m de la plaine de l’Ambavazoro constituée d’argile schisteuse triasique. Au sud, des lignes parallèles de collines correspondant, pour la plupart, à des affleurements des filons quartzo-barytiques ont été remarquées. A l’Est, le périmètre est approximativement limité par le petit massif syénitique de Betakilotra. Ambavazoro draine les eaux de tout le périmètre. En saison sèche, son débit est très faible. Il arrive même que son cours inférieur est à sec. Ce ruisseau se jette dans le lac Babano qui à son tour se déverse dans la Mananjeba. La Mananjeba est un fleuve côtier assez important qui passe à proximité immédiate de la limite ouest de la commune rurale de Betsiaka.

Climat

Habituellement, le climat de Betsiaka est marqué par deux saisons distinctes :
– une saison chaude et pluvieuse, du 15 Novembre jusqu’au 15 Mai ;
– une saison fraîche et sèche, qui va du 15 Mai au 25 Novembre.

Cependant, on a assisté ces dernières décennies à des changements climatiques qui se traduisent par un raccourcissement prononcé de la saison des pluies, caractérisé par la forte intensité des orages mais de courte durée ; et un rallongement de la durée de la saison sèche. Alors que la température moyenne annuelle, quant à elle, est de l’ordre de 23°C.

Pluviométrie

La précipitation moyenne annuelle est de 143mm. Le mois le plus arrosé est le mois de janvier avec 21 jours de précipitation et celui le plus sec est le mois de juillet avec 1 jour de précipitation. La pluviométrie varie de 7,5 mm en saison sèche à 629,8 mm en saison de pluie.

Paysage

Dans cette superficie de 590 km2 , la Commune rurale de Betsiaka offre aux voyageurs qui la traversent, un paysage désertique et rocailleux où s’étendent la savane, quelques broussailles, épineuses pour la plupart, et une poussière fine se transformant facilement en bourbiers en saison de pluie. Dans les zones habitées (Mantalimaro, Ankatoko, Betsiaka etc.), des cratères et des terrassements évoquant un paysage, rappellent la première source de revenus des habitants : l’extraction d’or.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PARTIE 1. CADRE GENERAL DE LA ZONE D’ETUDE
CHAPITRE I. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE
I.1. MILIEU PHYSIQUE
I.1.1. Origine du nom BETSIAKA
I.1.2. Fondations historiques
I.1.3. Situation géographique et délimitation administrative
I.1.4. Ressources naturelles
I.1.5. Sols et végétations
I.1.6. Situation démographique
I.2. MILIEU ECONOMIQUE
I.2.1. Ressources minières
I.2.2. Agriculture
I.2.3. Élevage
I.3. MILIEU SOCIALE
I.3.1. Enseignement et éducation
I.3.2. Santé
I.3.3. Autres infrastructures
I.3.4. Route
I.3.5. Sécurité
I.3.6. Valeurs culturelles et cultuelles
CHAPITRE II. GEOLOGIE DE LA ZONE D’ETUDE
II.1. STRATIGRAPHIE
II.1.1. Socle cristallin précambrien
II.1.2. Formations Sédimentaires
II.2. GEOLOGIE STRUCTURALE
II.3. PETROGRAPHIE ET MINERALOGIE
II.3.1. Socle cristallin précambrien
II.3.2. Sédimentaire
PARTIE 2. GENERALITES SUR L’OR ET METHODOLOGIE
CHAPITRE III. GENERALITES SUR L’OR
III.1. HISTORIQUE ET DEFINITION
III.1.1. Aspect historique
III.1.2. Définition
III.2. PROPRIETE DE L’OR
III.2.1. Propriété physique
III.2.2. Propriété chimique
III.2.3. Propriété optique
III.3. CLASSIFICATION DES GISEMENTS D’OR DANS LE MONDE
III.3.1. Gisements primaires
III.3.2. Gisements secondaires
III.4. UTILISATION DE L’OR
III.5. TITRAGE DE L’OR
III.6. PRODUCTION MONDIALE DE L’OR
III.6.2. Grands pays producteurs d’or
III.7. OR A MADAGASCAR
III.7.1. Métallogénie de l’or à Madagascar
III.8. CLASSIFICATION DES GISEMENTS D’OR A MADAGASCAR
III.8.1. Gîtes primaires
III.8.2. Gîtes secondaires
CHAPITRE IV. METHODE DE PROSPECTION ELECTRIQUE
IV.1. PROSPECTION GEOPHYSIQUE
IV.1.1. Quelques définitions
IV.2. PROSPECTION GEOPHYSIQUE ELECTRIQUE
IV.2.1. Définition
IV.2.2. Historique et principe de la méthode
IV.3. PROPRIETES ELECTRIQUES DES ROCHES
IV.3.1. Résistivité électrique des roches
IV.3.2. Conductibilité électrique des roches
IV.4. BASE METHODOLOGIQUE DE LA PROSPECTION ELECTRIQUE
IV.4.1. Notion de la méthode de la polarisation provoquée
IV.4.2. Notion de la méthode de résistivité
IV.4.3. Polarisation provoquée, appliquée aux problèmes de recherche d’or
IV.5. DIFFERENTES TECHNIQUES DE MESURE UTILISEES EN PROSPECTION ELECTRIQUE
IV.5.1. Trainés ou profilages électriques
IV.5.2. Sondage électrique
IV.5.3. Panneau électrique
PARTIE 3. TRAVAUX DE PROSPECTION ET INTERPRETATION DES RESULTATS
CHAPITRE V. TRAVAUX REALISES SUR TERRAIN
V.1. PRESENTATION DU SITE D’ETUDE
V.1.1. Localisation de ce site
V.1.2. Géologie locale du site d’étude
V.1.3. Historique du permis minier sur la zone de Betsiaka
V.2. ACQUISITION DES DONNEES
V.2.1. Matériels utilisés
V.2.2. Méthode de mise en œuvre
V.2.3. Mode de traitement des données
CHAPITRE VI. PRESENTATION ET INTERPRETETION DES RESULTATS
VI.1. LOCALISATION DE PROFILS GEOPHYSIQUES REALISES
VI.2. RESULTATS ET INTERPRETATIONS
VI.2.1. Mode de présentation des résultats
VI.2.2. Présentation de profil géophysique de référence
VI.2.3. Présentation des résultats et leurs interprétations
VI.3. SYNTHESES DES INTERPRETATIONS DES RESULTATS
CONCLUSION ET PERSPECTIVE
ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *