Aperçu historique des questions culturelles dans la traduction

Aperçu historique des questions culturelles dans la traduction 

Les recherches menées sur le culturème et, plus globalement, l’expression de la culture dans la traduction ont été à la base de notre réflexion autour des marqueurs culturels et contextuels dans la traduction lors du passage du polonais vers le français. En effet, la paire linguistique qui nous intéresse a été peu abordée dans les études traductologiques. Les académiciens qui s’y sont intéressés sont plus souvent originaires de Pologne que de France, et une grande partie des travaux s’intéressent au passage du français vers le polonais et non l’inverse. Toutefois, des études existent sur l’expression plus générale de la culture dans les textes, qu’ils soient littéraires ou non.

Culture et traduction de l’Antiquité au XIXème siècle 

Pourquoi adopter une approche historique à la présentation des liens entre culture et traduction ? En réalité, la réponse est fort simple : la traduction est constitutive des civilisations et des cultures qui ont traversé les temps. Aucune société, aucune culture ne s’est jamais pleinement suffit à elle-même. Les échanges, qu’ils soient commerciaux, littéraires, scientifiques ou autres ont toujours participé à ces constructions, et la traduction y a joué un rôle essentiel. Ces contacts se sont également établis au niveau interlinguistique. L’exemple par excellence en est donné avec les serments de Strasbourg du 14 février 842 qui constituent, en quelque sorte, l’acte de naissance de la langue française. Ils marquent l’alliance entre deux souverains francs : Charles le Chauve et Louis le Germanique. Charles le Chauve prononce les serments en langue tudesque parlée par les soldats de Louis le Germanique. Quant à Louis le Germanique, il les proclame en langue romane pour se faire comprendre des troupes de Charles le Chauve. Les deux rois, fils de Louis le Pieux, s’allient par ce geste contre leur troisième frère, Lothaire Ier. L’origine exacte de la version écrite des serments est toujours sujette à discussion. Cependant, la symbolique de cet acte traductionnel fondateur perdure, et les serments de Strasbourg constituent le premier document écrit français.

La pratique de la traduction remonte cependant à une période fort antérieure à la naissance du français écrit. L’humanité traduit depuis 3000 ans avant notre ère : le métier de traducteur fait ainsi partie des plus vieux métiers du monde. Aux origines, la traduction était affaire de castes et de familles. Ainsi, l’Égypte antique représentait une aire multilinguistique. Les princes d’Éléphantine transmettaient l’art de l’interprétation dans leur famille, comme en attestent les inscriptions sur leurs tombes qui datent du milieu du IIIème millénaire avant Jésus-Christ. Quant à la fameuse pierre de Rosette, elle constitue probablement l’un des plus grands témoignages de l’activité traduisante de l’Antiquité dans cette région du monde. Des dictionnaires bilingues, trilingues voire quadrilingues ont également été retrouvés en Mésopotamie, patrie des débuts de l’écriture qui comptait plus d’une soixantaine de langues. À Carthage, comptoir commercial majeur au Xème siècle avant J-C., une caste de traducteurs œuvrait à la transmission linguistique. Ils se distinguaient par leur crâne rasé où un perroquet était tatoué ; si ses ailes étaient fermées, le traducteur ne travaillait que dans une seule langue. Si elles étaient déployées, il en connaissait plusieurs.

Étonnamment, la civilisation grecque ne porte que très peu d’indications sur l’activité de la traduction, ce qui peut s’expliquer par son ethnocentrisme important : ce qui est extérieur à leur civilisation est considéré comme ayant peu de valeur. Les traducteurs grecs étaient peu nombreux, la plupart des traductions étant réalisées par des étrangers. Cependant, ce fut en grec que la Loi de Moïse fut traduite pour la première fois. La légende veut que le roi d’Égypte Ptolémée II Philadelphe ait envoyé soixante-dix sages à la bibliothèque d’Alexandrie pour traduire le texte sacré ; ceux ci seraient parvenus à en produire une version unifiée. C’est de là que cette traduction tire son nom : la Septante.

Les Romains, malgré leur supériorité militaire, ont conscience des avancées de la civilisation grecque. C’est par le biais de la traduction qu’ils s’approprient ses acquis, bien souvent par le pastiche qui ne cite pas les ouvrages de référence. Par ailleurs, bien que les élites romaines soient souvent bilingues, leur statut peut leur interdire d’utiliser le grec. Ainsi, dans les échanges entre les deux nations, le besoin d’interprètes et de traducteurs se fait ressentir. Plusieurs mots sont mis au point pour désigner l’acte de traduire : verto, la version ; converto, la conversion ; transverto, le transfert ; ou encore translato, la traduction, la translation. C’est aussi dans l’Empire romain que, pour la première fois, les traductions sont signées. Ainsi, Cicéron a traduit de nombreux grands penseurs grecs tels que Démosthène, Platon ou encore Xénophon. Ce fut également le premier à théoriser sur la traduction dans De Optimo genere ortaorum [Du meilleur genre d’orateur], où il refuse le mot à mot afin de rendre au mieux l’idée et le style de l’auteur tout en respectant les lois de la langue.

La grande période historique suivante de la traduction fut celle du christianisme. En 382, le pape Damase Ier charge un jeune polyglotte de traduire la Septante en latin. L’élu n’est autre que le futur Saint Jérôme, patron des traducteurs. Il consacre sa vie à cette œuvre. Il s’appuie sur le texte hébreu plutôt que sur sa traduction latine et constate d’importants écarts entre les deux versions. Le texte auquel il aboutit, la Vulgate, constitue un texte de référence pour le catholicisme. Par ailleurs, Saint Jérôme est l’auteur d’un essai intitulé La meilleure méthode de traduction, où il défend des approches selon si le texte traduit relève du sacré (traduction mot à mot) ou du profane (traduction plus libre). L’importance de l’ancrage culturel du texte à traduire est d’ores et déjà pressentie. En France, la traduction chrétienne connaît un véritable essor entre le IXème et le XIIIème siècle. Les vies des saints sont rédigées et traduites, de véritables lexiques de la foi, du sacré, de la martyrologie se constituent afin d’expliquer les mots obscurs pour le lecteur. Raoul de Presles, conseiller de Charles V, propose une traduction de la Bible ainsi que d’un certain nombre de textes sacrés. Il les dote de préfaces et de postfaces où il explique les difficultés rencontrées et justifie sa façon de faire. Ce n’est pas le seul à adopter cette habitude, également suivie par d’autres tels que Nicolas Oresme, théologien, mathématicien, astronome et traducteur du XIVème siècle. Il s’agit de prémices de réflexions théoriques sur la traduction. La Réforme protestante, amorcée en 1517 par Marthin Luther, constitue un tournant important pour la traduction des écritures sacrées. En effet, les réformateurs profitent de l’essor de l’imprimerie pour faire circuler la Bible en langues vulgaires, et non plus seulement en latin. Sous Charles VIII, une nouvelle tendance s’affirme : on ne traduit plus seulement pour la transmission des idées, mais aussi pour le plaisir du lecteur, en l’occurrence du roi, et pour l’utilité publique. La censure apparait dans les traductions, mais doit être justifiée par l’un ou l’autre de ces motifs. Ce que nous appellerions aujourd’hui « réception de la traduction par le public cible », voire « par la culture cible », est ainsi mis en lumière sans être nommé. Pendant que la traduction chrétienne prend son expansion en France, l’Espagne voit apparaître les premières traductions que l’on pourrait aujourd’hui qualifier de « professionnelles » : Jean de Séville traduit les médecins Avicenne et Al-Farabi, Adélard de Bath travaille sur les traités mathématiques d’Euclide.

Après le Moyen-âge et l’invention de l’imprimerie, la Renaissance voit se développer deux tendances principales dans la traduction : l’une qui lui est favorable, l’autre qui lui préfère les productions nationales. Plusieurs personnages se placent en tête du mouvement favorable. Clément Marot (1496-1544) est un écrivain, traducteur d’Ovide et de Virgile… qui ne maîtrise ni le grec, ni le latin. Cependant, ses objectifs ne concernent pas uniquement la transmission des ouvrages : imiter la rhétorique latine, travailler le style et enrichir la langue française. Etienne Dolet (1496-1546) vit longtemps en Italie avant de revenir en France. Il traduit Antiochus de Platon, où Socrate déclare que la mort n’a pas d’emprise sur l’homme. Pour cela, Dolet est condamné au bûcher et brûlé avec ses œuvres à Paris. Quelques années avant sa mort, il théorise sa pratique de la traduction dans La Manière de bien traduire d’une langue à une autre, où il estime que : 1. le traducteur doit parfaitement comprendre l’écriture de l’auteur et le sujet abordé ; 2. il doit parfaitement connaître ses langues de travail ; 3. la traduction ne doit pas s’opérer mot à mot ; 4. il convient de proscrire les calques lors du passage à la langue traduite et 5. le résultat final doit constituer un ensemble harmonieux. Enfin, Jacques Amyot (1513-1593) est un traducteur officiel du roi François Ier et entreprend de traduire pour lui La Vie des illustres de Plutarque. Il y consacre dix-sept ans de sa vie, et explique son procédé dans sa préface où il établit que la traduction doit non seulement être fidèle au contenu d’origine, mais aussi à sa forme et à son style. Pour ce qui est du groupe fermé à la traduction, le chef de file en est Joachim du Bellay. Pour lui, la traduction peut être utile pour ceux qui ne connaissent pas les langues étrangères, mais n’apporte rien au niveau du style et n’est utile qu’à la connaissance. Le XVIIème siècle voit l’apparition de traductions qui réfutent les premières élaborations théoriques de ces traducteurs. C’est le siècle des Belles Infidèles, traductions esthétiques, mais éloignées de l’original afin de plaire le plus possible au public visé. Le chef de file de ce mouvement est Nicolas Perrot d’Ablancourt. Les textes d’origine sont mutilés pour plaire aux lecteurs et obéir à la morale stricte du siècle. Cette tendance va mener à la production de textes qui seront considérés comme des productions originales de la littérature française. Par exemple, L’École des maris ou Les Fourberies de Scapin de Molière sont des adaptations très libres de l’auteur latin Terence. Certains vont toutefois se soulever contre ces procédés, tels que les hellénistes M. et Mme Dacier ou François Malherbe. Cependant, même eux ne peuvent se soustraire totalement aux exigences morales de l’époque ; ainsi, Malherbe opte pour un langage qui pouvait être plus châtié que dans les originaux. Il préconise par ailleurs les ajouts pour éclaircir les passages obscurs, les omissions pour éviter les répétitions, et la réécriture pour mieux plaire au lecteur, et place ainsi sa pratique dans la lignée des Belles Infidèles. Son disciple, Antoine Godeau, défend quant à lui la traduction comme un art à part entière, qui peut être difficile et dont les productions peuvent égaler celles des originaux. Dans toutes ces approches, l’adaptation de la traduction au public cible, au contexte social, moral ou culturel joue un rôle majeur.

De la naissance de la linguistique à l’apparition de la traductologie 

Au XIXème siècle, il est considéré que le sanscrit est à l’origine des langues – bien qu’il ait été démontré depuis que cette théorie est fausse. De nouveaux champs disciplinaires consacrés à l’étude de la langue voient le jour : c’est la naissance de la philologie. La langue est étudiée tant du point de vue diachronique que synchronique. Wilhelm von Humboldt développe les premières idées sur les universaux du langage et l’influence de la langue sur la pensée dès les années 1820-1830. Ferdinand de Saussure, père du structuralisme qui défend l’idée de la «langue en tant que structure », s’inspire de ces idées dans son Cours de linguistique générale publié en 1916 par deux de ses disciples, Charles Bailly et Albert Séchehaye. Des distinctions s’opèrent rapidement dans les concepts linguistiques : langage vs. langue, langue en tant que système vs. parole en tant que réalisation individuelle de la langue, signifiant vs. signifié, etc.

Les tendances se diversifient selon les régions du monde. Aux États-Unis, Sapir et Whorf développent l’hypothèse de Sapir-Whorf selon laquelle « les représentations mentales dépendent de la langue ». Ils rejoignent ainsi les idées émises par Humboldt plus de cent ans plus tôt. Leonard Bloomfield introduit à la linguistique deux notions fondamentales pour les théories futures. La première est la dénotation, qu’il définit comme la « faculté du signe à renvoyer à un élément extérieur à la langue » qui correspond au sens littéral d’un terme, celui qui se retrouve dans les dictionnaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
DE LA LINGUISTIQUE AU CULTURÈME : OÙ EN EST LA RECHERCHE AUJOURD’HUI ?
1. Aperçu historique des questions culturelles dans la traduction
a. Culture et traduction de l’Antiquité au XIXème siècle
b. De la naissance de la linguistique à l’apparition de la traductologie
c. De l’approche linguistique à l’approche culturelle dans la traductologie
2. Culture et contexte dans les textes à visée non culturelle
a. Traduction technique
b. Traduction juridique
3. Fantasy et traduction des textes de grande diffusion
a. La fantasy dans les études littéraires en France
b. Culturème et traduction des littératures de l’imaginaire
c. L’arrivée du Sorceleur dans le domaine universitaire polonais
4. Conclusion
OÙ TRAQUER LE CULTURÈME ?
1. Le reportage littéraire, objet d’une recherche préliminaire
a. Parcours de l’auteur
b. Le reportage littéraire dans Le Christ à la carabine
c. Autoportrait d’un reporter, entre reportage et autobiographie
2. Le roman historique, un groupe-témoin
a. Définition
b. Les Chevaliers teutoniques, Henryk Sienkiewicz
3. Le roman policier, un corpus secondaire comparatif
a. Introduction au roman policier
b. Le roman policier comme genre littéraire culturellement marqué
c. La Peste à Breslau, Marek Krajewski
4. Un corpus principal issu du genre de la fantasy
a. Fantasy et culture
b. Qu’est-ce que la fantasy ?
c. La fantasy en Pologne et en France
d. Sorceleur, Andrzej Sapkowski
5. Le jeu vidéo comme corpus secondaire de grande diffusion
a. Présentation générale
b. The Witcher III, CD Projekt RED
6. Quel corpus pour l’analyse du culturème dans la traduction des littératures de grande diffusion ?
ET S’IL EXISTAIT DES CULTURÈMES DE L’IMAGINAIRE ?
1. Du symbolique à l’imaginaire
2. Remarques sur la place de l’imaginaire dans la fantasy
3. Contes et légendes selon la classification d’Aarne-Thompson
a. Andrzej Sapkowski, une inspiration ancrée dans le conte
b. The Witcher III dans le respect des canons de Sapkowski
4. Imaginaire slave
a. Le Sorceleur au pays de l’imaginaire slave
b. The Witcher III, des prérequis polonais nécessaires à l’appréciation du jeu ?
c. Les Chevaliers teutoniques, la non-traduction du culturème imaginaire polonais
5. Créatures imaginaires
a. Le Sorceleur, tueur de monstres
b. Les bestiaires du jeu vidéo
c. L’irruption de l’imaginaire dans le roman policier
d. Les Chevaliers teutoniques, un aperçu des croyances slaves anciennes
e. De la traduction des bestiaires
6. Mythologies européennes
a. Mythologies celtiques, nordiques, scandinaves, gréco-romaines
b. Légendes arthuriennes
7. De la traduction des références génériques sur l’exemple des culturèmes de l’imaginaire
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.