Anatomie fonctionnelle du rein

ANATOMIE FONCTIONNELLE DU REIN

Macroscopie
Les reins sont 2 organes pairs situés dans la cavité abdominale sous diaphragmatique et de chaque côté de la colonne vertébrale. Par rapport aux autres organes, ils se trouvent en arrière, dans le retro péritoine. Chez l’homme adulte, chaque rein pèse environ 150g. Le rein comporte 2 régions bien distinctes : le cortex où se trouvent les glomérules et la médullaire dont l’extrémité interne ou papille se projette de la cavité excrétrice (petit calice).

Néphron
Le néphron est l’unité fonctionnelle du rein. Chaque rein comprend environ 1,2 millions de néphrons avec des variations importantes (0,7 à 1,5 millions) qui sont déterminées génétiquement et qui pourraient expliquer la susceptibilité à certaines maladies rénales.

Chaque néphron comporte un glomérule avec sa capsule et le tubule attenant. Légendes :
1. Glomérule
2 .Tube proximal
3. Segment droit du tube proximal
4. Branche descendante fine
5. Branche ascendante fine
6. Branche large ascendante
7. Macula densa 8. Tube contourné distal
9. Tube collecteur 10. Tube collecteur cortical
11. Tube collecteur medullaire externe
12. Tube collecteur interne

Segments de néphron 

Le tubule est formé successivement d’un tube proximal, une anse de Henlé, un tube distal et un tube collecteur. L’ultrafiltrat d’origine glomérulaire est ensuite modifié le long de son parcours tubulaire.

Vascularisation  
Le rein est un organe très richement vascularisé qui reçoit environ ¼ du débit cardiaque. L’artère rénale principale se divise en artères lobaires. Après avoir pénétré le parenchyme rénal, ces artères donnent des artères inter lobaires qui se dirigent radialement vers le cortex pour former les artères arquées situées à la base de la médullaire. Les artères intralobulaires se branchent à angle droit sur les vaisseaux arqués pour traverser le cortex jusqu’à sa périphérie. Ce faisant, elles donnent naissance aux artérioles afférentes, chacune d’entre elles se terminant par un fin réseau capillaire, appelé floculus glomérulaire. Chaque glomérule est donc alimenté par une seule artériole afférente et drainé par une artériole efférente qui donne naissance à deux ramifications : les capillaires péri tubulaires et les vasa recta. Ces capillaires entourent les segments tubulaires du cortex. Les vasa recta qui traversent la médullaire sont des capillaires qui proviennent des artérioles efférentes des glomérules juxtamédullaires, c’est à dire situées dans la partie profonde du cortex.

Les voies urinaires 

L’urine sort du tube collecteur et s’écoule dans les calices, le bassinet puis l’uretère. Les 2 uretères s’abouchent dans la vessie après un trajet sous muqueux qui assure un dispositif anti-reflux.

LES PRINCIPALES FONCTIONS DU REIN

Rôle sur l’homéostasie 

Le rein joue un rôle central dans le maintien du volume des fluides de l’organisme (eau, compartiments hydriques). Le rein assure le maintien du bilan (quantité) et de la composition ionique d’un grand nombre d’ions mono ou divalents : Na+ , K+ , Ca++, Mg+ , Cl- , HCO3- , Po–4. Les modifications importantes du débit des urines et de leur composition traduisent les capacités du rein à s’adapter à une situation physiologique ou pathologique donnée.

Fonction exocrine
Le rein assure l’excrétion des déchets métaboliques terminaux endogènes dont certains potentiellement toxiques, tel que l’urée, la créatinine, l’acide urique, et l’oxalate. Le rein élimine un grand nombre de produits chimiques exogènes : toxines, médicaments et xénobiotiques en général. Le mécanisme d’élimination varie selon la substance considérée, la filtration glomérulaire et la modification tubulaire.

Fonction endocrine 
Le rein représente un véritable organe endocrine capable d’effectuer la synthèse et la sécrétion d’un grand nombre d’hormones et de médiateurs autacoïdes. Il assure aussi un rôle important dans la régulation endocrine du volume extracellulaire et de la pression artérielle. Ces substances sont :

VASO-ACTIVES
– LA RENINE : La sécrétion par l’appareil juxtaglomérulaire est stimulée par la baisse du débit sanguin glomérulaire ou la modification de la concentration en sodium de l’urine primitive. La cascade ainsi activée aboutit à la formation d’angiotensine II, vasoconstricteur qui tend à augmenter la pression de filtration glomérulaire en augmentant la tension artérielle et en induisant une constriction de l’artériole efférente. La rénine est aussi la stimuline principale de l’aldostérone, hormone impliquée dans la rétention de sel et d’excrétion de potassium.
– LES PROSTAGLANDINES RENALES (5 PGI1, PGE2) jouent un rôle important dans la micro circulation rénale en cas d’hypovolémie et dans l’excrétion rénale de sodium ;
– Le système KININE – KALLICREINE : intervient dans l’excrétion de sodium ;
NON VASO- ACTIVES
– L’ERYTHROPOIETINE : principale hormone stimulant la production médullaire des érythrocytes et régulant la masse globulaire, elle est sécrétée dans la corticale rénale ;
– Le CALCITRIOL (1,25-D-dihydroxycholecalciférol) qui assure également la régulation hormonale du métabolisme minéral, notamment du calcium.

Espace catabolisation
Le rein joue un rôle important dans le catabolisme des protéines de petit poids moléculaire (β2 micro globulines, chaînes légères et des hormones polypeptidiques (insuline, glucagon, parathormone, calcitonine, hormone de croissance, gastrine).

Métabolisation
Le rein intervient dans un certain nombre d’inter conversions métaboliques comme la néoglucogenèse, métabolisme lipidique ou de l’homocystéine.

L’INSUFFISANCE RENALE

Définitions
C’est un syndrome qui exprime l’adaptation de l’organisme à la suppression plus ou moins totale du fonctionnement rénal. Cliniquement, si l’agression est brutale, on parle d’insuffisance rénale aiguë ; si l’agression est progressive, on parle d’insuffisance rénale chronique.

Insuffisance rénale aiguë
C’est une suspension transitoire souvent réversible de la fonction rénale. C’est une incapacité partielle ou totale du rein survenue en quelques heures ou jours, à éliminer les produits de catabolisme azoté et maintenir l’équilibre hydroélectrolytique.

Insuffisance rénale chronique
C’est une perte définitive et irréversible de la fonction rénale. C’est un syndrome défini par la baisse du débit de filtration glomérulaire comportant également des anomalies hydroélectrolytiques et endocriniennes. Elles sont en rapport avec une réduction permanente et définitive du nombre des néphrons fonctionnels.

Diagnostic de l’insuffisance rénale 

Trois types d’insuffisance rénale peuvent être distingués : d’après A. Lengani, G. Coulibaly :
– Insuffisance rénale aiguë fonctionnelle ;
– Insuffisance rénale aiguë organique ;
– Insuffisance rénale chronique.

Insuffisance rénale aiguë fonctionnelle

L’anamnèse permet déjà une orientation diagnostic : les désordres circulatoires, les états de chocs et les pertes digestives ou urinaires sont en faveur d’une insuffisance rénale fonctionnelle. Le diagnostic de l’insuffisance rénale fonctionnelle est facilement évoqué en présence d’une anurie (diurèse < 200 ml/jr) ou une oligurie (diurèse entre 200 – 500 ml par jour), dans un contexte d’hypovolémie ou de bas débit cardiaque. Dans ce cas, le diagnostic repose sur l’élévation simultanée du taux sérique d’urée et de créatininémie, calcémie et phosphorémie typiquement normale. La numération formule sanguine montre l’absence d’anémie et s’il y a anémie, elle peut avoir une autre cause (exemple choc hémorragique). La taille des reins constitue un élément de diagnostic non négligeable pour le diagnostic : elle est conservée ainsi que la différenciation cortico-médullaire.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : REVUE DE LA LITTERATURE
I- ANATOMIE FONCTIONNELLE DU REIN
I. 1. Macroscopie
I. 2. Néphron
I. 3. Vascularisation
I. 4. Les voies urinaires
II- LES PRINCIPALES FONCTIONS DU REIN
II. 1. Rôle sur l’homéostasie
II. 2. Fonction exocrine
II. 4 Espace catabolisation
II. 5.Métabolisation
III- L’INSUFFISANCE RENALE
III.1. Définitions
III.1.1 Insuffisance rénale aiguë
III.1.2 Insuffisance rénale chronique
III.2. Diagnostic de l’insuffisance rénale
III.2.1 Insuffisance rénale aiguë fonctionnelle
III.2.2 Insuffisance rénale aigue organique
III.2.2.1 Néphropathie glomérulaire
III.2.2.2 La néphropathie tubulointerstitielle
III.2.2.3 La néphropathie vasculaire
III.2.3 Insuffisance rénale aiguë obstructive
III.2.4 Diagnostic de l’insuffisance rénale chronique
III.3. Les différentes étiologies de l’insuffisance rénale
III.3.1. Causes de l’insuffisance rénale aigue fonctionnelle
III.3.2 Causes de l’insuffisance rénale organique ou parenchymateuse
III.3.2.1 Nephropathie glomérulaire
III.3.2.2 Néphropathie vasculaire
III.3.2.3 Néphropathie tubulaire
III.3.2.4 Néphropathie interstitielle
III.3.3 Insuffisance rénale obstructive
III.3.4.1- Maladies glomérulaires
III.3.4.2 Maladies vasculaires
III.3.4.3 Néphropathies interstitielles
III.3.4.4 Néphropathies héréditaires
IV.1.1 Traitement étiologique
IV.1.1.1- Traitement de l’insuffisance rénale aiguë fonctionnelle
IV.1.1.2- Traitement de l’insuffisance rénale aiguë organique
IV.1.1.3- Traitement de l’insuffisance rénale aiguë obstructive
IV.1.2. Traitement symptomatique
IV.1.3. Epuration Extra-Rénale (E.E.R)
IV.2. Conduite à tenir devant une insuffisance rénale chronique
IV.2.1 Traitement étiologique
IV.2.2. Traitement symptomatique
IV.2.2.1 La diététique
IV.2.1.2 Préserver le capital restant
IV.2.1.3 Adapter les posologies
IV.2.1.4 Corriger l’anémie
IV.2.1.5 L’hypocalcémie et l’hyperphosphorémie
IV.2.1.6 Le traitement de l’Hypertension Arterielle
IV.2.1.7 Le danger cardio-vasculaire
IV.2.1.8 Le risque de la déshydratation
IV.2.3 La transplantation rénale
DEUXIEME PARTIE : METHODE D’ETUDE ET RESULTATS
I. Méthode d’étude
I.1. Les objectifs de l’étude
I.2. Types d’étude
I.3. Critères d’inclusion
1.4. Critère d’exclusion
I.5. Paramètres d’études
I.6- Résumé des observations
II- Résultats
II.1. Insuffisance renale aigue au CHD II Antsirabe
II.2. Insuffisance rénale chronique au CHD II Antsirabe
TROISIEME PARTIE : COMMENTAIRES ET SUGGESTIONS
I- Age
II- Sexe
III- Profession
IV- Résidence
V- Circonstances de découverte
VI- Antécédents
VII- Signes cliniques
VIII- Signes biologiques
VIII.1- Calcémie et phosphorémie
VIII.2- L’anémie
VIII.3- Créatininémie
VIII.4- L’urémie
VIII.5- Protidémie
VIII- Protéinurie
IX- Imagerie
X- L’étiologie
XI- Evolution
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *