Analyse de la production et de la commercialisation de produits avicoles

Quelques définitions du concept filière

   Les économistes recourent souvent à des outils et à des méthodes de travail pour analyser les tissus économiques. Ils ont besoin pour cela de classer les acteurs économiques dans des ensembles distincts en fonction de leurs activités, en fonction des relations existantes entre eux et en fonction de leurs comportements. C’est ainsi que nous les classons en secteur d’activité ou en branche d’activité. Le concept de filière s’inscrit, lui également dans cette logique. Ainsi, la revue de littérature nous renseigne sur l’existence d’une multitude de définitions pour faire référence à cette notion de «filière». Dans ce sens, nous voudrions en conséquence citer au préalable quelques définitions représentatives de la notion «filière» afin d’appréhender d’avantage ce terme. L’approche filière est développée par Malassis en 1971 et cité par LABONNE, (1987): «La filière se rapporte aux itinéraires suivis par un produit ou un groupe de produits au sein de l’appareil de production; elle concerne l’ensemble des agents entreprise et administrations et des opérations (de production, de répartition et de financement) qui concourent à la formation et au transfert du produit jusqu’au stade final d’utilisation, ainsi que les mécanismes d’ajustement des flux des produits et des facteurs de production le long de la filière et à son stade final». Pour MORVAN, (1991) cité par BAS et al., (2013): « La filière est une succession d’opérations de transformation aboutissant à la production de biens ou d’ensemble de biens; l’articulation de ces opérations est largement influencée par l’état des techniques et des technologies en cours et est définie par les stratégies propres des agents qui cherchent à y valoriser au mieux leur capital. Les relations entre les activités et les agents révèlent des interdépendances et des complémentarités, mais sont aussi largement déterminées par des relations hiérarchiques dont le jeu contribue à assurer la dynamique de l’ensemble. Utilisée à plusieurs niveaux d’analyse, la filière apparaît comme un système plus ou moins capable selon les cas d’assurer sa propre transformation. » Nous remarquons à travers les définitions précédentes:
– l’absence d’une définition unique et universelle pour le concept filière. Chacun dispose de sa propre définition et des limites qu’il entend donner à ce concept selon son champ d’investigation;
– la filière décrite, retrace en général l’itinéraire suivi par un produit de sa phase primaire qui est considérée comme l’amont de la filière jusqu’à sa dernière phase qui est considérée comme l’aval de la filière.
 aviculture moderne
C’est un élevage de type intensif qui se développe autour des centres urbains en expansion, mais reste encore minoritaire NEPAD, (2005). Il est essentiellement tourné vers la production d’œufs de consommation, la population de poulets de chair étant marginal jusqu’à a récemment en Afrique de l’Ouest. Ajour hui la production de poulets de chair est aussi importante.
 notion de performance
Étymologiquement, performance vient de l’ancien français parformer qui signifiait « accomplir, exécuter », au XIIIème siècle. Le verbe anglais to perform apparaît au XVème siècle avec une signification plus large. Comme La filière retrace d’abord la succession des opérations qui, partant en amont du produit, aboutit en aval, après plusieurs stades de transfert dans le temps, l’espace et la forme, à un produit fini au niveau du consommateur on parlera de performance d’une filière. Parler de la performance d’une filière revient à juger de la capacité d’une entreprise à atteindre les résultats au moindre coût, la capacité de l’entreprise à créer des emplois, sa contribution à l’équilibre de la balance commerciale, à l’objectif de stabilité des prix, ses effets d’entraînement sur l’ensemble du système productif POUQUET et al., (2000). Dans l’approche initiale « classique rationaliste », le concept de performance d’une organisation se situe au centre d’un triptyque : objectifs, moyens et résultats qualifiant trois notions de performance :
– efficience, c’est lorsqu’une entreprise arrive à atteindre ses objectifs avec moins de coûts et de moyens ;
– efficacité, c’est lorsqu’une entreprise est suffisamment efficace pour atteindre ses objectifs ;
– pertinence, c’est lorsqu’une entreprise s’est munie des bons moyens pour atteindre ses objectifs GALDEMAR et al., (2012).
Dans cette approche, le pilotage de la performance s’inscrit au cœur du processus de contrôle de gestion, mais reste néanmoins tourné vers des objectifs essentiellement internes à l’entreprise : atteindre les résultats au moindre coût ALONSO UGAGLIA et al., (2013). Ainsi, la performance est essentiellement de nature économique et financière et orientée vers la création de valeur pour les propriétaires de l’entreprise.
 Rentabilité
La rentabilité d’une entreprise mesure sa capacité à maintenir une activité productive créatrice de richesse compte tenu des imperfections du marché POUQUET et al., (2000). Cette mesure est principalement fondée sur les comptes d’exploitation des entreprises. Il existe une grande diversité d’indicateurs de rentabilité. Ils peuvent être regroupés en trois grandes familles qui cernent chacune la rentabilité d’un point de vue spécifique: la rentabilité d’exploitation, la rentabilité économique et la rentabilité financière

Historique et origine du concept filière dans l’analyse économique

   A l’origine, le concept de « filière » est francophone et a été développé par des institutions de recherche françaises telles que l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et le Centre de Coopération Internationale de la Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) dans les années 1960 autour de l’étude des relations de l’agriculture avec les secteurs amont et aval. Ce concept est issu d’une approche technico-économique de la production, et renvoie aux opérations techniques le long d’une chaine de production selon le Collectif Stratégies Alimentaires CSA, (2013). Le concept anglophone de « value-chain » que l’on peut traduire par « chaine de valeur » a été introduit dans les années 1980 par Michael PORTER, un professeur de l’Université Harvard (USA), et est intimement lié à l’analyse de la structure des coûts et les sources potentielles ou existantes de différenciation pour identifier un avantage concurrentiel de manière à ce que la firme obtienne une rentabilité supérieure à la moyenne du secteur BAS et al., (2013). Dans leur utilisation comme outil d’analyse, les concepts de filière et de chaine de valeur se réfèrent à des types d’analyse différents: la filière renvoie à une notion d’ensemble, à des analyses de type systémique, alors que la chaine de valeur renvoie plutôt à des analyses séquentielles, ou éclatées, des différents maillons de la chaine de production. Cependant, le terme « filière » n’a pas trouvé de traduction fidèle en anglais et est souvent traduit par « value chain », ce qui explique la distinction peu tranchée entre ces deux notions CSA, (2013). La filière au sens de MORVAN en 1991 cité par BAS et al., (2013) est un outil qui permet de remplir différents objectifs:
– analyser les structures de l’industrie et son évolution à travers l’outil de description technico économique et la modalité de découpage du système productif;
– analyser les stratégies des firmes;
– analyser les politiques industrielles.
Au sens de Jussara Braz, en 2002 cité par KIROUANI, (2013). «L’approche filière est formulée dans le cadre de travaux en économie industrielle, ce concept est couramment utilisé depuis les années 70 pour étudier la production, la transformation et la commercialisation d’un produit spécifique et ses dérivés. Le concept de filière rompt ainsi avec l’opposition entre les démarches micro et macro-économiques. En effet, la filière relève d’une approche méso économique, à mi-chemin entre la micro-économie qui porte sur le comportement individuel des agents économiques et la macroéconomie qui décrit le résultat agrégé au niveau d’un vaste ensemble (région, nation) des activités économiques individuelles»

Fonction des acteurs de la commercialisation.

Les Grossistes : ils traitent directement avec les producteurs. Ils sont installés dans la plupart des cas dans les marchés urbains. Ils sont intermédiaires entre les producteurs et les demigrossistes.
Les demi-grossistes : ils traitent directement avec les grossistes. Ils sont généralement plus nombreux que les précédents. On les trouve généralement dans les marchés urbains et les quartiers. Ils distribuent principalement leurs produits dans les alimentations, boutiques, les kiosques et chez les détaillants. Parfois ils contournent les grossistes pour traiter avec les producteurs afin d’augmenter leur marge bénéficiaire. Ils utilisent principalement des engins à deux (02) roues pour assurer la distribution.

Analyse des soldes de gestion (RNE, MN, VA) de la rentabilité des fermes

   L’analyse des revenus au niveau des différents groupes d’élevage montre que les petits éleveurs et les gros éleveurs, présentent un Résultat Net d’Exploitation d’une moyenne de 16 282 124,37 FCFA par an et 167 019 643,6 FCFA par an respectivement. Ce résultat net ramené à l’effectif de chaque groupe respectivement (23 et 19 personnes) indique que le salaire d’un éleveur du groupe I (petits éleveurs) est en moyenne 707 918,45 FCFA par an et celui d’un éleveur du groupe II (gros éleveurs) est en moyenne 8 790 507,55 FCFA par an. Ce revenu peut être utilisé pour couvrir les besoins de ces producteurs, tels les dépenses alimentaires, sanitaire, l’éducation des enfants et de renouveler le capital investi dans la ferme.

CONCLUSION ET RECOMMANDATION

   Au terme de la présente étude nous pouvons retenir que la filière avicole semi industrielle est un secteur économique en développement avec des performances de productions, économiques et financières intéressantes comme l’illustre les comptes d’exploitations des fermes. Chaque acteur de la filière joue un rôle important contribuant à l’essor de la filière. Leurs activités sont complémentaires et interdépendantes car chacun joue un rôle important dans les maillons de la filière. Cependant la filière est confrontée à d’énormes difficultés à savoir ; la survie de la filière dépend de l’approvisionnement extérieur des intrants alimentaires et vétérinaires, le manque d’organisation des acteurs, le manque de professionnalisme de la part des acteurs intervenants dans la filière, le coût élevé des intrants entrant dans le processus de production. Quant aux prix des produits avicoles notamment les œufs de consommation, ils demeurent généralement hors de portée du consommateur moyen au Burkina Faso. Les résultats de l’analyse des marges nettes indiquent que les producteurs ont la marge nette la plus élevé. L’écart de cette marge nette par rapport au commerçant est important ce qui est à l’origine du climat conflictuel qui règne entre les acteurs de la filière. Cela est ressorti des entretiens lors d’une rencontre avec les acteurs de la filière. Mais il faut retenir que le coût de production varie en fonction du prix des intrants alimentaires variant suivant les saisons. Le projet d’ouverture d’une centrale d’achat des produits vétérinaires constituent un début de solution parmi les mesures qu’il faudra prendre pour réduire les coûts de production et améliorer la commercialisation des produits avicoles. Pour amorcer un développement durable de la filière avicole moderne, chaque acteur doit entreprendre des actions concrètes il s’agira :
A l’endroit de l’État:
– évoluer vers une sélection variétale des races locales avec les races exotiques afin que les espèces résultantes s’adaptent à notre climat ;
– soutenir des structures des organisations professionnelles types tel que la MDA pour la formation des acteurs (basse-couriers, techniciens).
Aux Producteurs :
– déclarer leur coût de production à leur organisation, cela va permettre à l’union de la filière de suivre l’évolution des prix des produits, de veiller sur la transparence et de fixer un prix à la commercialisation accessible au consommateur moyen.
– engager des contrats de vente avec les commerçants pour faciliter l’écoulement des produits avicoles.
Aux commerçants :
– restructurer leur association professionnelle pour mieux défendre leurs intérêts.
– élargir l’association aux demi-grossistes afin de mieux renforcer l’association et de veiller sur le prix à la consommation.
Aux chercheurs :
– intensifier la recherche sur les moyens de réduire les coûts de production, d’actualiser les résultats permanemment sur les filières agricoles afin d’éclairer les acteurs et les pouvoirs de décisions de prendre des mesures appropriées.
– étudier sur l’ensemble du territoire afin de donner un aperçu de la contribution globale de la filière à l’économie et d’appréhender les différences de prix des produits avicoles dans les différentes zones du pays.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
Chapitre I : REVUE DE LITTÉRATURE
1.1. Concepts et cadre théorique
1.1.1 Quelques définitions du concept filière
1.1.2 Historique et origine du concept filière dans l’analyse économique
1.2. Généralité sur la filière avicole moderne
1.2.1 Caractéristiques des échanges mondiaux
1.2.2 Présentation de la filière avicole moderne au Burkina Faso
1.2.3 Structures de la filière
1.2.4 Production d’oeufs de consommation au Burkina
CHAPITRE II : MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE
2.1 Présentation de la zone d’étude
2.1.1 Caractéristique physique du milieu naturel
2.1.1.1 Situation géographique
2.1.1.2 Justification du choix des sites d’études
2.2.1 Échantillonnage
2.2.2 Outils de collecte
2.3 Méthode de collecte
2.3.1 Entretien
2.3.2 Méthode de collecte de données auprès des producteurs et commerçants
2.3.3 Difficultés rencontrées et limites de l’étude
2.4 Méthode de traitement et d’analyse des données
2.5 Étude de la comptabilité des fermes
2.5.1 Étude des coûts de production d’œuf de consommation
2.5.2 Analyse des comptes
Chapitre III : RESULTATS ET DISCUSSION
3.1 Résultats
3.1.1 Caractéristiques de la filière
3.1.1.1 Caractéristiques des producteurs avicoles
3.1.1.1.1 Répartition des producteurs en fonction des zones de production (%)
3.1.1.1.2 Répartition des producteurs en fonction du genre (%)
3.1.1.1.3 Répartition des producteurs en fonction des tranches d’âge (%)
3.1.1.1.4 Niveau d’instruction des producteurs avicoles (%)
3.1.1.1.5 Répartition des producteurs en fonction de la catégorie socioprofessionnelle (%)
3.1.1.1.6 Répartition des producteurs en fonction d’une formation en aviculture (%)
3.1.1.2 Caractéristique des commerçants
3.1.1.2.1 Répartition des commerçants en fonction des marchés de commercialisation
3.1.1.2.2 Répartition des commerçants en fonction du genre (%)
3.1.1.2.3 Répartition des commerçants en fonction des tranches d’âge (%)
3.1.1.2.4 Répartition des commerçants en fonction de la source d’approvisionnement en produits avicoles (%)
3.1.1.2.5 Répartition des commerçants en fonction du type de contrat
3.1.2 Typologie des producteurs
3.1.2.1 Résultat de l’analyse factorielle
3.1.2.2 Résultat de l’analyse twostep cluster
3.1.2.2.1 Description des groupes des éleveurs de poules pondeuses
3.1.2.3 Description des acteurs de la commercialisation
3.1.3 Fonction des acteurs de la commercialisation
3.1.4. Organisations des acteurs de la filière
3.1.5 Difficultés rencontrées par les acteurs de la filière
3.1.6 Résultat de l’analyse économique et financière
3.1.6.1 Résultat d’analyse des charges d’exploitations
3.1.6.1.1 Coûts fixes
3.1.6.1.2 Coûts variables
3.1.6.2 Étude de coût de production
3.1.6.2.1 Éleveur du groupe I
3.1.6.2.2 Éleveur du groupe II
3.1.6.3 Comparaison des coûts de productions des différents groupes
3.1.9 Circuits des différents produits avicoles
3.1.9.1 Circuits de distribution des œufs de consommation
3.1.9.2 Circuit de distribution des poules reformées
3.1.7 Variation du prix des différents produits avicoles
3.1.7.1 Œufs de consommation
3.1.7.2 Poules reformées
3.1.8. Rentabilité de la filière
3.1.8.1 Rentabilité des éleveurs
3.1.8.1.1 Compte de résultats des différents groupes d’éleveur
3.1.8.1.2 Compte de résultats des acteurs de la distribution des produits avicoles
3.1.8.1.3 Marges nettes des différents acteurs de la filière
3.1.8.1.4 Comparaison des marges nettes des différents acteurs de la filière
3.1.8.1.5 Compte consolidé de la filière
3.1.8.6 Répartition de la valeur ajoutée entre les différents acteurs de la filière (%)
3.2 DISCUSSION
3.2.1 Résultat de l’enquête
3.2.2 Caractéristiques de la filière
3.2.3 Coût de production d’un œuf
3.2.4 Analyse des soldes de gestion (RNE, MN, VA) de la rentabilité des fermes
3.2.5 Marge nette de la filière
3.2.6 Valeur ajoutée de la filière
CONCLUSION ET RECOMMANDATION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.